Chronique de l’humour: Génération X-Y-Z

Suis-je un babyboomers?

Le mâle Alpha en moi

Raymond Viger  Dossiers Mon humour, Humour des autres

Chronique d'humour humoriste drôle comique rireDans mon cas, la majorité du monde me classe dans la génération des babyboomers. Personnellement, ça m’horripile. Dans ma tête, je définis les babyboomers comme étant un gros paquet de bébés qui arrivent parce que la guerre est fini et qu’on recommence à fonder des familles un peu plus proches et qui font un peu plus confiance à l’avenir.

J’ai toujours supposé qu’on parlait de la 2e Grande guerre mondiale. Parce qu’elle a duré longtemps et qu’elle a affecté tout le monde à travers la planète.

Mon père était un adolescent de 12 ans à la fin de la guerre. Ma mère une enfant de 8 ans. Mettons qu’ils étaient un peu trop jeune pour avoir participé à un Babyboom d’après-guerre.

Méthode des rumeurs

Qu’est-ce qu’on en disait dans les années 1965. À mon époque, on parlait de la démographie de 1945 à 1955. Les Babyboomers de l’époque me snobaient et ne m’incluaient pas dans leur gang.

Plus je vieillissais et plus les années augmentaient pour finalement à arriver à penser que les Babyboomers puissent s’échelonner jusqu’en 1965.

Démographie et taux de naissance

Mon petit côté scientifique me ramène à une méthode plus sérieuse. J’utilise les statistiques du gouvernement du Québec pour observer les taux de naissance. Les taux de naissance ont augmenté après la guerre pour atteindre un sommet en 1957.

Et là, le 3 février 1958, le taux de naissance s’est mis à descendre. Il ne sera plus jamais aussi haut que dans les années de 1945 à 1957.

C’est pas compliqué à comprendre et c’est très scientifique. J’ai même laissé les références pour que tu puisses faire tes recherches.

Il y a eu les Babyboomers jusqu’en 1957. En 1957, le taux de bébé pour 1000 citoyens était de 30,3.

Le 3 février 1958, il y a eu moi qui a dit: stop on fait moins de bébé. Le taux de bébé au 1000 est tombé à 29,3.

C’est là qu’on voit la déficience de mon rapport à l’autorité. Le curé passait de porte en porte pour demander aux femmes de faire plus d’enfants. J’ai soutenu ma mère pour qu’elle dise NON au curé.

Après moi le déluge

Il y a eu les autres après moi qui se sont divisés les X – Y – Z selon qu’ils ont joué avec la console Atari ou sur Internet.

J’ai toujours dit que je ne fittais pas avec les autres et que je suis tout seul dans ma génération.

Puisque les plus jeunes se sont arrachés les dernières lettres de l’alphabet, je vais me contenter de la première. Je serais donc le mâle Alpha. Le début d’une nouvelle ère. Une période de changement. Certains pourraient penser que je suis le chaînon manquant.

C’est là que l’on voit toute l’importance du mâle Alpha comme moi et du changement social qui va s’en suivre. En plus de dire non à l’église pour avoir plus de bébé, c’était l’époque où l’Église gérait la Santé et l’Éducation. C’était le début de la laïcisation du Québec.

Finalement, l’Église avait commencé son histoire avec la naissance d’un bébé spécial il y a 2 000 ans. Et cette histoire s’est terminé le 3 février 1958 avec la naissance d’un autre bébé!

VOS COMMENTAIRES SUR Humour no 14: les générations X – Y – Z

Références

Autres chroniques sur Mon humour

Autres textes sur l’Humour des autres

Publicité

L’amour en 3 dimensions

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Pour commander par Internet:

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

VOS COMMENTAIRES SUR Humour no 14: les générations X – Y – Z

Publicités

Fin d’un mythe : la génération sacrifiée

Fin d’un mythe : la génération sacrifiée

Marie-Hélène Croisetière, Agence Science-Presse

Aujourd’hui dans la trentaine, les X travaillent dans une aussi grande proportion que les baby-boomers lorsque ceux-ci avaient le même âge. Serait-il temps de déboulonner le mythe de la génération sacrifiée ?

 » Il semble que oui « , répond le démographe Jacques Légaré, qui vient de publier une étude sur le sujet. Avec son étudiant Pierre-Olivier Ménard, le chercheur de l’Université de Montréal croyait  » confirmer que la génération X s’est ‘fait avoir’ par les baby-boomers « . Il a dû se rendre à l’évidence :  » les données contredisent cette croyance « .

Bien que les jeunes nés entre 1966 et 1975 aient connu une entrée plus difficile sur le marché de l’emploi, ils sont maintenant aussi nombreux à travailler que les baby-boomers lorsqu’ils avaient le même âge. Début trentaine, 91 % des hommes de la génération X occupent un emploi, contre 92 % des baby-boomers jadis. Et les femmes X, elles, font encore mieux que leurs aînées : elles travaillent dans une proportion de 78 % contre 70 % des baby-boomeuses du même âge !

Dans leur rapport publié cet automne, les chercheurs remarquent que les emplois à temps plein ne sont pas plus rares aujourd’hui que dans les années 1980 et 1990. Parmi les travailleurs de 30 à 34 ans de la génération X, 88 % sont à temps plein. À titre de comparaison, les  » vieux  » baby-boomers nés entre 1946 et 1956 travaillaient à temps plein dans une proportion de 89 %, et les  » jeunes  » baby-boomers faisaient moins bien, avec 84 %.

Les chercheurs ne fournissent toutefois pas de données sur la rémunération ou la stabilité des emplois. Jacques Légaré soutient que  » ce sont des questions très importantes et qu’il faudra les aborder très bientôt « . Ils remarquent en revanche que les X épargnent autant que leurs parents. Au tournant de la trentaine, ils ont au moins le même taux de participation aux régimes des rentes du Québec et aux REER que les baby-boomers lorsqu’ils avaient le même âge.

Les chercheurs ont enfin remarqué que la génération X est plus scolarisée.  » Ils ont profité davantage que leurs aînés de la réforme des années 1960, qui a facilité l’accès à l’éducation postsecondaire « , commente M. Légaré. Lorsque les X étaient âgés entre 25 et 29 ans, 28 % d’entre eux avaient déjà obtenu un diplôme d’université, soit le double des  » vieux  » baby-boomers du même âge.

Malgré ces données, Jacques Légaré prévient que tout n’est pas complètement réglé pour les X :  » nous avons évalué quelques paramètres seulement de la qualité de l’emploi. Il faut encore voir si les X ont des emplois stables, de bons revenus et si des mesures sociales seront prises pour réduire le fardeau fiscal que représentent la retraite et le vieillissement des baby-boomers « . Le chercheur se prépare d’ailleurs à chercher des données sur le revenu, la stabilité d’emploi et la satisfaction vis-à-vis de l’emploi de cette génération et de sa suivante, les Y. Et, puisqu’il n’est ni baby-boomer, ni X, ni Y, il se sent  » tout désigné pour regarder la situation avec un regard neutre  » !

Le rapport : www.socserv.mcmaster.ca/sedap

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.