Quand George W. Bush rencontre un soulier volant

Quand George W. Bush rencontre un soulier volant

(Agence Science-Presse) – Deux neurologues ont écrit un article pour expliquer ce qui se passe dans la tête d’un président quand un soulier lui arrive droit dessus.

En temps normal, son cerveau, en fait le cerveau de n’importe quel être humain normalement constitué, prend le temps d’analyser ce que ses yeux voient, en se concentrant sur une chose à la fois, à la manière d’un projecteur de théâtre. Mais dès que surgit une menace — par exemple, un soulier volant —, le système visuel passe de la «perception» (ou l’analyse) à «l’action» — en l’occurrence, se pencher pour éviter le projectile.

Ce n’est pas une découverte scientifique, précise Jeffrey Lin dans la revue Current Biology, plutôt une explication, grâce à un événement télévisuel qui a fait le tour du monde, d’un phénomène neurologique qui continue d’intriguer les scientifiques qui étudient le fonctionnement du cerveau.

 

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Union of Concerned Scientists: 40 ans de vigile scientifique

Union of Concerned Scientists: 40 ans de vigile scientifique

(Agence Science-Presse) – Le 4 mars 1969, un groupe de scientifiques du Massachusetts Institute of Technology publiait une déclaration sur «la menace que pose sur l’humanité l’usage malsain des connaissances scientifiques et techniques».

On était alors en pleine protestations contre la guerre du Vietnam, mais ces scientifiques voyaient plus loin: la prolifération des armes atomiques, et bientôt chimiques. Cette déclaration était signée: Union of Concerned Scientists.

Quarante ans plus tard, cette association est devenue un groupe de pression omniprésent sur la scène politico-scientifique, et a été régulièrement un caillou dans le pied du dernier président Bush. (www.ucsusa.org/)

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,

Le buzz de Julie Couillard tire-t-il à sa fin?

Photo de Julie Couillard et Maxime Bernier

Le buzz de Julie Couillard tire-t-il à sa fin?

Dossier Julie Couillard , Tout le monde en parle.

J’ai débuté mon blogue il y a 2 ans et demi. Je ne savais pas dans quoi je m’embarquait à ce moment-là. J’ai touché à cette drogue et j’y ai vécu quelques buzz. Un buzz est cet instant où les statistiques de votre blogue s’enflamment. Un mot ou une expression dans un billet tombe pile sur ce que la foule recherche cette journée-là.

Cela aura pris une année avant que je ne connaisse mon premier buzz. C’était l’histoire de la banane volante. Un artiste canadien, financé par les conseils des arts québécois et canadiens, voulait faire voler une banane géante au dessus de la maison de Georges Bush. Un projet d’un million. J’avais lu cette information dans L’actualité plusieurs mois auparavant. Lorsque j’ai écrit mon billet, loin de moi l’idée d’en faire un buzz. J’étais déjà plusieurs mois en retard sur la nouvelle. Mais étant responsable du Café-Graffiti, un milieu de vie non subventionné pour de jeunes artistes urbains, il était évident que ce projet me faisait réagir au plus haut point. Mon billet était une forme d’auto-thérapie sur le ridicule de ce projet.

Quelques mois plus tard, tous les médias placent cette nouvelle à la une. Ayant déjà un billet d’écrit sur le sujet, une série d’Internautes se ruent sur Google pour chercher une banane volante. Je suis bien référencé tout au haut de la première page de Google. Non pas que mon billet était mieux que les autres. Seulement parce que je n’avais pas vraiment de compétition. Personne n’avait écrit un billet sur un sujet tel que les bananes volantes. Il faut dire que ce n’est pas un sujet des plus courants.

J’ai commenté plusieurs émissions de Guy A. Lepage, l’animateur de l’émission Tout le monde en parle. J’y ai vécu mon 2e buzz lorsque Anne-Marie Losique s’est présenté à l’émission de Guy A. Lepage. J’ai fait un billet sur sa tournée de French-kiss qu’elle a servi sur le plateau. Cela a créé un buzz et j’en ai fait un billet pour partager aux Internautes ce 2e buzz vécu avec Anne-Marie Losique.

Puisque je ne connaissais pas Anne-Marie Losique avant son apparition sur le plateau de l’émission Tout le monde en parle et que j’avais commenté sa présentation, je me suis permis de prendre quelques informations sur sa façon de présenter la sexualité. Quelques mois plus tard, j’étais prêt à vivre mon 3e buzz avec un billet intitulé Anne-Marie Losique et le sexe. Si Anne-Marie Losique seule était capable de créer un buzz sur mon blogue, quand j’ai collé le mot sexe à côté de son nom, mes statistiques se sont excitées.

Il y a eu ensuite le petit buzz permanent. Deux textes écrits pour les personnes suicidaires qui veulent en finir. Ces textes sur le suicide sont devenus mes deux classiques de mon blogue. Je me lève à 5:00 le matin pour répondre à des gens déprimés et je ne me couche pas sans avoir fait le tour pour être sûr que tout le monde a eu sa réponse. Ils n’ont pas créé un buzz instantanné. Mais en 8 mois, il y a eu plus de 53 000 visites, près de 800 commentaires et des dizaines d’intervention réalisé en dehors du site, sans compter des milliers de gens qui ont été sur les liens référant les ressources. Une sorte de buzz répartit dans le temps et qui ne cessent d’interpeller bien des gens.

Finalement, Renart L’Éveillé et Le journal d’un wannabe écrivent leur billet sur Julie Couillard et Maxime Bernier. 4 jours après, je commente le billet sur Julie Couillard. Le buzz que Renart L’Éveillé et Le journal d’un wannabe avaient vécu avec Julie Couillard était, dans ma tête, terminé. Et il l’était jusqu’à ce que Paul Larocque passe en entrevue Julie Couillard quelques semaines plus tard. Le billet que j’avais écrit pour commenter celui de Renart L’Éveillé me fait vivre un autre buzz. J’en suis encore étourdi. Sur mon blogue et celui de Reflet de Société, il y a eu 4 286 visites la première journée, 9 969 pour la 2e et 8 009 la 3e journée. 22 264 visites en 3 jours. J’ai l’impression que le buzz commence à s’effoufler. Nous verrons demain. À moins que Julie Couillard, Maxime Bernier ou Stephen Harper nous sortent d’autres informations pour exciter la blogosphère.

Vais-je survivre à la fin de ce buzz. Un blogue est déjà une drogue. Comme toute drogue, le corps s’habitue et la tolère de plus en plus. Avec le temps, elle ne procure plus l’effet escompté. Les visiteurs du blogue devraient diminuer. Est-ce que le buzz aura tué mon intérêt à continuer ce blogue?

N.B. Un débat est en cours présentement sur le buzz et sa valeur réelle pour les Internautes. Venez mettre votre grain de sel pour pimenter la sauce.

autres textes sur le  suicide:

VOS COMMENTAIRES SUR LE BUZZ DE JULIE COUILLARD.

Autres textes sur Julie Couillard

Le Bye Bye de Radio-Canada, René Angelil, Julie Couillard et la démission de Louise Lantagne

Mariage de Victor-Lévy Beaulieu et Julie Couillard

Julie Couillard et Maxime Bernier réuni dans Wikipédia anglais!

L’autobiographie de Julie Couillard et les retombées de Maxime Bernier sur Stephen Harper et le parti conservateur

Le buzz de Julie Couillard tire-t-il à sa fin?

Photos de Julie Couillard (ex-conjointe d’un Hells Angels et d’un Rockers) et Maxime Bernier, ministre conservateur

Sexisme d’Anthony Kavanagh envers Julie Couillard.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

VOS COMMENTAIRES SUR LE BUZZ DE JULIE COUILLARD.

Le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec pilent sur une pelure de bananes!

Le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des arts et des lettres du Québec pilent sur une pelure de bananes!

Dans L’actualité de janvier dans la section écran radar, un petit article nous parle d’un artiste montréalais, César Saez. Celui-ci veut amasser un million de dollars pour construire une banane géante et la placer à 40 kilomètres au dessus de l’état de George Bush. Cette banane aérospatiale sera visible de jour comme de nuit pendant un mois.

Je n’ai rien à redire sur un artiste qui dit lui-même que « c’est dans l’absurde que se situe l’art ». J’aurait préféré qu’il dise que c’est dans l’absurde que se situe SON art. Il n’est pas nécessaire de mettre dans le même bain que lui tous les autres artistes. Richard Séguin, Paul Piché, Gilles Vigneault et compagnie sont des artistes. Ont-ils eu besoin de verser dans l’absurde? Pas convaincu.

Là où j’ai été plus écorché par cette nouvelle quelque peu insolite, c’est en apprenant que César Saez dit avoir recueilli 100 000$ dont une partie provient de subventions du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Oups. Qu’un artiste veuille verser dans l’absurde ça le regarde. Mais que le Conseil des Arts du Canada et que le Conseil des arts et des lettres du Québec cautionnent cette absurdité, je décroche. Je suis obligé de me questionner sur les critères de sélection pour l’attribution de subventions dans ces deux institutions.

En tant que société, est-ce qu’on vient de piler sur une pelure de bananes?

Ministère du tourisme et les festivals

Le Festival Orgue et couleurs, l’Église St-Nom-de-Jésus: les Journées de la culture et le hip hop

Nana Mouskouri, ses lunettes et les blondes

Denys Arcand, Denise Robert et Téléfilm Canada

Black Tabou aux Francofolies de Montréal

JK Rowling, Harry Potter et un doctorat honoris causa

La maison Simons, des skates et des vitrines

Patrick Huard, Bon cop, bad cop et le cinéma québécois

L’émission 5 sur 5 de Radio-Canada et le graffiti: grande déception

Anne-Marie Losique frenche presque tout le monde à Tout le monde en parle

La ministre de la Culture et des communications Line Beauchamp et son discours de 10 000$

Richard Martineau et le tabac au cinéma

L’humour et la politique

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les jeunes et les grand débats sociaux

Les jeunes et les grand débats sociaux
Écrit par Marylène Bergeron, Vol 13-4

Suite au visionnement du documentaire Fahrenheit 9/11, réalisé par Michael Moore, neuf élèves de 4e secondaire de la Polyvalente Horizon-Blanc de Fermont ont décidé de concevoir une gigantesque murale.

Ce collectif leur a donné l’occasion de se questionner et d’échanger sur un sujet dont ils ne s’étaient jamais vraiment préoccupés auparavant.

Réaction instantanée

Réalisée pendant leurs cours d’arts plastiques, la murale était un excellent moyen d’allier leurs habiletés de création à leur soif d’apprendre et de s’exprimer sur l’un des points chauds de la scène politique internationale. Aucun projet n’aurait pu les sensibiliser davantage aux impacts négatifs que peuvent avoir certaines décisions politiques sur le monde, ont expliqué les adolescents.

«La plupart des jeunes de notre âge ne se sentent pas vraiment concernés par les questions de pouvoir ou d’économie. Sauf qu’après avoir vu en classe le film sur les attentats du 11 septembre et sur certaines actions posées par le gouvernement Bush au cours de son dernier mandat, on a tout de suite eu envie d’exprimer notre sentiment à propos de tout ça.»

Et le résultat est assez évocateur: le Président des États-Unis et son ministre de la défense, Donald Rumsfeld, ont été transformés respectivement en Père Noël et en Fée des glaces pleins aux as, sillonnant un ciel d’images de guerre sur leur traîneau propulsé par des missiles… Marqués, et même choqués par certains faits étalés dans le long-métrage de Moore, les élèves ont affirmé voir maintenant d’un œil plus critique les divers événements de la politique internationale.

«Au fond, ce sont les grandes puissances mondiales qui mènent la planète. Elles décident de poser telles ou telles actions, souvent sous de faux prétextes, pour obtenir ce qu’elles veulent. Personne ne semble se préoccuper du fait qu’il y aura des guerres, que cela entraînera de la pauvreté, de la misère et beaucoup de souffrance. Le pire dans tout ça, c’est que les dirigeants sont au courant des répercussions de leurs actes! Malgré tout, l’argent passe en premier et c’est ce que nous avons voulu dénoncer. Selon nous, aucun compte de banque ne pourra jamais remplacer la paix. Nous savons bien que notre travail ne chan-gera pas le monde, mais c’était important pour nous d’exprimer notre désaccord».

Un projet prônant la tolérance

Cependant, même s’ils ont voulu démontrer une situation qu’ils trouvent horrible, les jeunes artistes tenaient absolument à souligner que leur murale est une œuvre non violente. C’est pour cette raison qu’un extrait de la chanson Quand les hommes vivront d’amour, de Raymond Lévesque, accompagne l’immense collage. Par ce texte, ils ont souhaité intensifier le côté ironique de leur message tout en lui donnant une note d’espoir.

Nadine Lapierre, enseignante en arts plastiques, est très satisfaite de ce qu’ont accompli ses élèves. Tout au long de la création, elle affirme que les jeunes ont fait preuve de beaucoup d’ouverture et de respect envers les idées de chacun. «Je suis particulièrement fière d’eux parce qu’ils ont démontré une grande maturité tout au long de chacune des étapes de la création. Il y a eu beaucoup de discussion, ils ont posé de bonnes questions, se sont documentés et ont fait équipe afin de bien comprendre l’ampleur du sujet. L’entraide et la tolérance ont été leurs mots d’ordre et c’est la preuve qu’ils ont réellement saisi la signification de leur projet.»

Et la suite?

Cela ne fait aucun doute, cette murale est une réalisation de taille. Et elle pourrait bien mener ses créateurs tout droit jusqu’en Colombie-Britannique! En effet, la pièce servira à appuyer la candidature des jeunes pour le concours Mon rêve d’école, lancé par la populaire émission de télévision, Virginie.

Les gagnants des différentes catégories recevront un prix en argent destiné à la concrétisation d’un projet ayant une portée sociale. «Nous aimerions beaucoup découvrir Vancouver et ses environs. C’est très multiculturel et l’environnement est si différent d’ici! Les musées, l’art, l’histoire, les mentalités: tout ce qui nous permettra d’élargir nos horizons sera bienvenu. Nos jeunes sont avides de découvrir ce qu’il y a à l’extérieur de notre région. Ils souhaitent donner leur opinion et participer, à leur façon, à l’avancement de la société. Il suffit de leur donner des occasions de le prouver pour qu’ils vous surprennent à chaque fois!», conclut Madame Lapierre.

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/12/18/tous-les-sentiers-menent-a-fermont/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/12/15/viser-les-plus-hauts-sommets/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/12/18/ca-clique-a-fermont/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/05/le-cafe-graffiti-a-lassaut-de-fermont/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/02/naissance-dune-cooperative-jeunesse/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Si Kimveer avait écouté du jazz ?

Si Kimveer avait écouté du jazz ?
écrit par Louise Girard, Vol 15-2, Décembre 2006

heavy metalLa bête a refait surface dans les médias en septembre dernier alors que Kimveer Gill a appuyé sur la gâchette en écoutant du heavy métal. Comme d’habitude, les médias ont parlé d’un des nôtres uniquement parce qu’il a fait un mauvais coup.

Oui, la communauté métal existe vraiment. Les amateurs de heavy métal se reconnaissent grâce à leur chevelure, à leurs t-shirts de groupes, à leurs logos, à leurs décorations argentées, aux crânes, flammes, serpents, araignées, chauves-souris, loups et aigles qui ornent leurs vêtements, puis aux tatouages qui décorent leur peau. Sur la planète métal, les frontières n’existent pas. Si bien qu’en voyageant de par le monde, d’une ville à une autre, ils finissent par se reconnaître et à se rassembler grâce à leurs affinités. Or, l’habit du métalleux typique est seulement une carapace. Ce qui unit ces personnes, c’est d’abord l’amour de la musique.

Une musique sous-estimée

Le heavy métal est une musique variée, technique et, pour plusieurs, incompréhensible! Que du bruit, disent souvent les non-initiés! Et, pourtant, le talent et la dextérité de plusieurs musiciens métal est comparable au génie des musiciens classiques et jazz. Les amateurs, quant à eux, sont des mélomanes, des collectionneurs, des mordus! Eux-mêmes, ils sont musiciens, artistes et écrivains dans leurs passe-temps. Ce sont des passionnés.

Les fans de métal sont rarement seulement des fans. Ils sont souvent dans un groupe ou bien ils sont impliqués dans une émission de radio, un webzine, organisent des spectacles, créent des courts métrages, dessinent. Ils rêvent de vivre dans le monde du rock comme leurs idoles. J’invite d’ailleurs tous les curieux à visionner le documentaire Metal — A Headbanger’s Journey, de l’anthropologue et fan de métal, Sam Dunn, qui offre un reflet réaliste et honnête de notre mode de vie.

Les pochettes des albums métal sont parfois de style gore et sanglant. Souvent, ces images ne sont que des dessins de nos peurs ou des caricatures de notre société dans la même veine que les films d’horreur.

Vous voulez voir du gore? La une de La Presse était bien plus dégueulasse le matin du 14 septembre, surtout pour déjeuner! Elle était vraie, la photo de cet enfant qui gisait dans son sang, en plein milieu du boulevard Maisonneuve à Montréal. En vente dans tous les bons dépanneurs!

Rarement, des experts du style écrivent et commentent l’actualité métal dans les médias de masse. Alors, un lot de clichés reviennent toujours. Les médias ne devraient pas chercher à nous comprendre, mais simplement essayer de nous connaître. Nous sommes des êtres humains à part entière. Pas plus fous, pas plus bêtes, pas plus sombres… peut-être juste un peu plus réalistes.
Il n’est pas normal que les journaux artistiques rapportent chaque escale de Dobacaracol en France, alors que personne n’est là pour mentionner que Neuraxis a joué au Japon et que Cryptopsy revient d’une tournée européenne! Les groupes québécois se font remarquer actuellement et se font même signer sur des étiquettes de disques étrangères. La scène locale est plus en santé que jamais!

La musique métal comprend plusieurs sous-genres, ce qui prouve qu’il y en a pour tous les goûts: le power métal, le black, le death, le grind, le thrash, etc. Ils ont tous leurs particularités, tant par rapport à leurs textes, à leur look, qu’aux instruments utilisés. Les formations varient entre le traditionnel quatuor (chanteur, batteur, guitariste, bassiste) et le grand orchestre (opéra avec violon, piano, accordéon, guimbarde, etc.).

louise girard

Trame sonore quotidienne

Revenons à Kimveer… Dans les jours qui ont suivi sa mort, les médias ont tout de suite trouvé le filon: il écoutait du métal! Les médias ont donc parlé des goûts musicaux de ce disjoncté et ils ont aussi mentionné qu’il aimait bien le coca-cola… A-t-on fait un lien entre la noirceur de ce breuvage et les actes qu’il a commis? Un coup parti, il auraient pu indiquer quelle était le type de détergeant qu’il utilisait pour nettoyer son linge noir!
Oui, j’ai déjà fredonné les paroles de la chanson «À tout le Monde», de Megadeth, avec cette envie d’en finir avec une situation de ma vie personnelle, mais aussi après avoir réussi à me libérer d’un fardeau, une larme de satisfaction au bord de l’œil. Souhaiter la mort, c’est seulement souhaiter la mort d’un aspect de notre vie, de notre condition… Ce n’est pas littéralement de mettre fin à la vie. Quand la mort sonne à notre porte, c’est le temps des changements! Je crois qu’il faut alors se donner le droit, en tant qu’être humain, d’être en constante mutation, en constante évolution, d’être à l’écoute de nous.

Combien de femmes ont pleuré en écoutant «Hélène» de Roch Voisine? Qu’est-ce que George Bush écoute avant d’envoyer les soldats au front? Quels étaient les goûts musicaux de Marc Lépine? Le père de famille sans histoire qui, du jour au lendemain, décime sa famille au complet, écoutait-il Cité Rock Détente au boulot? D’un côté plus positif, est-ce qu’on sait ce que fredonnent Tiger Woods et Saku Koivu en jouant à leur sport favori? Les effets de la musique sont multiples, mais, personnellement, je crois que c’est la condition de chacun qui pousse à appuyer sur «play». La musique est énergie, mouvement, libération, introspection… Ce qui me choque, c’est que, si Kimveer avait écouté du jazz, jamais les médias n’auraient parlé de ses goûts musicaux. Le heavy métal est une musique comme les autres, de la création, un exutoire.

L’auteure est la fondatrice du magazine
Sang Frais (www.sangfrais.com).

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.


Ben Laden, Saddam Hussein, boucs émissaires des États-Unis?

Ben Laden, Saddam Hussein, boucs émissaires des États-Unis?

Par Alain Martel, Carrefour Jeunesse Longueuil

Quiconque regarde un tant soit peu les nouvelles, de ce temps-là, en a entendu parler. Saddam est «L’ENNEMI». Il en faut un: Ben Laden est disparu. Il faut concentrer l’attention de la population sur quelqu’un d’autre. De plus visible, plus accessible, plus facile à attraper. Sinon, l’attention reviendra sur l’économie. Sur ces merveilleuses entreprises du «Rêve américain» qui viennent de mettre des milliers de gens, d’épargnants d’une vie, dans la dèche. Les Enron, Nortel et autres. C’est plus payant politiquement de taper sur un pays que nous avons nous-mêmes armé et entraîné quand cela faisait notre affaire, parce qu’il ne veut pas se plier à «l’idéal américain», la belle démocratie capitaliste…

Questionnement

Oh boy! Le problème, c’est qu’il est impossible de savoir ce qui se passe vraiment. Il faut avoir une confiance aveugle en nos dirigeants. Le méritent-ils? Je trouve ça très difficile. Personne nous dit la vérité. Ça finit toujours par une forme de démagogie subtile ou non. On joue avec nos sentiments, nos peurs, nos susceptibilités et nos sensibilités. On sait comment obtenir de nous à peu près n’importe quoi.

Conflit d’intérêt

On voit des exemples de «gestion américaine». Ce qui me fâche, c’est que Monsieur Bush lui-même s’est arrangé pour sauver ses économies en récupérant ses investissements quelques jours à peine avant que ça ne s’écroule. Comme on peut facilement s’en douter, il ne fait pas ce qu’il demande aux autres. Pourquoi devrait-on faire différemment d’un gars respecté, le Président des U.S.A., un gars qui connaît la gimmique? S’il enlève son argent, il doit savoir? Alors, j’enlève le mien?

Pendant que des personnes dites expertes, payées à coups de millions, engloutissaient les économies de personnes comme vous et moi, ils se payaient le luxe qui ne nous est même pas accessible dans nos rêves. Quand les gens se sont mis à récupérer leurs économies aussi, la Bourse a capoté. Et là, on s’est décidé à faire payer quelques boucs émissaires, quelques vice-présidents de ceci ou conseillers de cela afin que nos yeux se ferment et que notre argent se retrouve encore entre les mains dont on ne sait trop qui qui refera la même chose, etc, etc.

Nos économies

Voilà donc ma question. S’il est impossible de faire confiance à nos dirigeants en ce qui concerne nos économies, (ce qui nous a pris des années à ramasser afin de pouvoir jouir de la vie quand nous serons considérés comme trop vieux pour y participer); s’il leur est impossible de faire attention à nous quand ça nous concerne aussi directement, comment pouvons-nous les endosser en ce qui regarde l’Irak et tous ceux qui suivront? Je ne peux les soutenir les yeux fermés.

La paix

Demandons à nos députés fédéraux de porter nos voix aux Communes et de dire à notre gouvernement que nous ne voulons pas de cette guerre et de cette vendetta. Nous voulons que le Canada conserve son rôle de médiateur et sa neutralité. Il y a assez de femmes, d’enfants et d’hommes de tous âges qui meurent pour que nous puissions continuer à nous faire fourrer dans notre grande utopie du rêve américain. Finalement, pouvons-nous leur en vouloir de ne pas jouer le grand jeu américain?

Pied-de-nez à George W. Bush, Jimmy Carter prix Nobel de la paix

Le 11 septembre

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.