Risquer sa reussite

Risquer sa réussite

Gabriel Alexandre Gosselin DOSSIER Taz Skatepark

Calendrier 2011 du spectacle aHÉROSol

En 2000, Stéphane Julien, pro du roller-blade à 17 ans, s’apprête à s’envoler pour la Chine où il sera rémunéré à titre de performeur. Le Tazmahal lui avait permis de perfectionner ses techniques et le Café Graffiti avait amassé des fonds pour son départ. Depuis, Stéphane est retourné en Chine, a cofondé une entreprise qu’il partage avec ses meilleurs amis et a voyagé aux quatre coins du monde.

image Si Stéphane est aujourd’hui père d’un garçon de 6 mois et gère son portefeuille en fonction de l’avenir de sa petite famille, il n’en a pas toujours été ainsi. Lors de son premier voyage d’une durée de 6 mois en Chine, et dans les années suivant son retour, «la débauche était de mise», admet-il.

À son retour d’Asie, Stéphane figure comme cascadeur dans Roller-ball, un film hollywoodien tourné à Montréal. Avec la bonne cagnotte que ce contrat lui octroie, Stéphane se paie la vraie vie de party. «Pendant quelques mois, je me tenais avec ma petite gang hiphop. J’avais de l’argent, on cruisait, on sortait. C’était la belle vie. Mais je me suis vite rendu compte que l’argent n’est pas éternel.»

C’est en procédant à ce que Stéphane appelle un reality check qu’il a décidé de se «touner de bord». «J’avais juste envie de faire le party. Ce n’était pas nécessairement mauvais pour moi, j’avais vraiment du fun là-dedans. Mais je me tenais avec des gens qui n’étaient pas là pour les bonnes raisons, je négligeais mon patin aussi», avoue-t-il avec lucidité.

La Chine de Stéphane

Stéphane s’envole alors pour un nouveau voyage en Chine: «le premier mois a vraiment été difficile. Ça faisait trop longtemps que je n’avais pas patiné. Ça m’a pris au moins un mois pour reprendre mes habiletés!» Au cours de sa première visite dans ce pays, Stéphane a pratiqué son anglais pour la première fois de sa vie. Cette fois, c’est la profonde découverte de la Chine et de sa langue, le mandarin, qui attend le jeune désillusionné. Il y restera 3 ans!

Dans ce deuxième périple en terre asiatique, le jeune homme travaille ses façons de dépenser. Ce n’est cependant pas uniquement pour changer ses mauvaises habitudes qu’il a entamé ce voyage. Il veut également comprendre ses impulsions: «Moi, j’ai grandi dans Hochelaga. Je n’enlève aucun crédit aux gens de là-bas, je suis très attaché à ce quartier, mais je me souviens qu’avec mes amis, on devenait facilement agressif. C’était ça ma réalité.»

L’aventure et les rencontres permettront à Stéphane de se faire une nouvelle idée de tout ce qu’il apprécie dans la vie. Grâce à sa deuxième figuration importante comme cascadeur dans un film tourné en Chine avec Jackie Chan en tête d’affiche, Stéphane Julien revient au Québec l’esprit déterminé. «Ce tournage a vraiment confirmé mes aspirations de cascadeur.»

Fun professionnel

De retour à Montréal en 2004, Stéphane ne perd pas de temps pour tout mettre en oeuvre afin de réaliser son rêve. Un rêve qu’il n’est pas seul à partager. Avec 3 de ses amis adeptes du sport extrême, il crée l’entreprise de cascadeurs Fast Motion.

Pourtant, Stéphane mentionne que le travail de cascadeur est très individuel et demande beaucoup de sacrifices  personnels. «Parce qu’on était 4 gars qui se connaissaient très bien et qu’on voulait tous faire le même métier, on s’est rassemblé sous une même bannière. Quatre énergies qui poussent dans le même sens, ça peut juste valoir mieux qu’une seule!»

Aujourd’hui, Fast Motion fait du cinéma, de la télé, des performances live, des publicités, des conférences dans les écoles et de la production vidéo. À 28 ans, Stéphane Julien peut se vanter d’avoir voyagé dans l’Ouest canadien, en Russie, en Argentine, en Afrique et en Asie. Tout ça pour le compte de l’entreprise qu’il a créée avec ses quatre meilleurs chums.

«On a gagné une certaine notoriété avec les années. On peut considérer que notre réputation est bien bâtie», explique Stéphane. «C’est là et nous on s’amuse tant que ça dure. Pis c’est de ça dont je suis le plus fier: j’ai réussi dans la vie en m’appliquant dans un job basé sur le plaisir!»

Reflet de Société, Vol 18, No. 3, Juin/Juillet 2009, p. 16

VOS COMMENTAIRES SUR STEPHANE JULIEN ROLLER BLADE CASCADEUR PROFESSIONNEL.

Calendrier 2011 du spectacle aHÉROSol

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

show_image Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Calendrier 2011 du spectacle aHÉROSol

Consultant scientifique hollywoodien

Consultant scientifique hollywoodien

Pascal Lapointe

(Agence Science-Presse) – CHICAGO — Vous aimeriez côtoyer les vedettes, contribuer à la production d’une série télévisée et mettre des mots dans la bouche des plus belles filles? Simple: devenez consultant scientifique!

Hélas, le métier n’existe pas encore en français. Mais ça ne saurait tarder: il a un tel historique à Hollywood qu’il a déjà réussi à alimenter le travail d’un chercheur britannique, David Kirby, de l’Université de Manchester — dont le livre doit paraître en 2009 — et a pu justifier un atelier spécial lors du récent congrès annuel de l’Association américaine pour l’avancement des sciences.

Science et CSI

Il faut dire qu’on a nettement l’impression que la science occupe davantage de place à la télé américaine ces dernières années — l’effet CSI? —, mais en plus, même dans des productions qui n’ont rien de scientifique, se dégage un réel effort pour ne pas plaquer un jargon juste pour faire illusion.

«Aussi étonnant que cela semble: Hulk», donne en exemple David Kirby. «Son réalisateur était très soucieux de lui donner un arrière-plan (backstory) qui lui apporterait une vraisemblance scientifique.» Tout un contrat, pour un géant vert!

Mais attention aux grands sensibles: si vous tenez mordicus à garder le contrôle sur votre savoir, passez votre chemin. Vous ne serez un bon conseiller scientifique que si vous apprenez à vous adapter et à faire des compromis. Les gens de l’industrie «ne sont pas anti-scientifiques, au contraire. Mais leur jugement l’emportera toujours: est-ce intéressant? Avons-nous le budget? Le temps?»

La crédibilité de The Big Bang Theory

Propos corroborés par Tony Lordon, un des (nombreux) conseillers scientifiques auxquels a fait appel la série américaine Numb3rs (où un génie des mathématiques collabore aux enquêtes du FBI) et par le physicien de l’Université de Californie David Saltzberg, conseiller scientifique pour la série The Big Bang Theory — une comédie tournant autour de deux postdocs en physique, dont l’un voit ses horizons soudain élargis par l’arrivée d’une jeune et jolie voisine.

S’il y a des gens qui s’étonnent que des professeurs d’université se consacrent à des contrats aussi peu «sérieux», ce n’est certainement pas leur cas à eux: au contraire, disent-ils, cela fait partie du mandat de «service à la communauté» de tout prof d’université. Certains vont dans les écoles primaires, donnent des conférences ou sont juges pour les expo-sciences; eux contribuent à la qualité de produits culturels!

Et ça fait quoi, un physicien qui travaille pour The Big Bang Theory? Premier rôle: vérificateur de faits (fact checking), en relisant le scénario. «C’est le plus gros morceau du travail», explique David Saltzberg. Mais avant d’en arriver à cette étape :

— parler de temps en temps au téléphone avec les scénaristes, pour répondre à leurs questions; «mais ne vous faites pas d’idées: le gros de leur science est déjà correct, ils ont fait des recherches; ils sont intéressés, ça aide beaucoup!»

— faire des suggestions sur «la science à venir»;

— leur envoyer des photos (ou les diriger vers des animations sur YouTube) qui montrent ce à quoi devrait ressembler la scène qu’ils ont en tête;

— assister aux enregistrements, au cas où il y aurait des changements de dernière minute;

De temps en temps, une partie de l’équipe de production visite l’université, les laboratoires ou les postdocs; et à ce sujet, en 2006, avant la production du tout premier épisode, les décorateurs avaient demandé à visiter l’appartement «typique» d’un postdoc, afin de s’en inspirer.

Ils s’en inspirèrent tellement bien que le résultat fut jugé… déprimant!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,

Perez Hilton et les grandes gueules du Web

Perez Hilton et les grandes gueules du Web

Dossier Britney Spears

Le 14 mai dernier, le Journal de Montréal nous présentait Perez Hilton, un blogueur qui s’amuse à potiner sur les vedettes d’Hollywood: commentaires juteux, photo de paparazzi tout est bon pour Perez Hilton pour attirer l’attention. Les potins, vraies ou pas, sur Britney Spears, Angelina Joly, Ben Affleck, Paris Hilton… Une ou deux photos. Une ou deux phrases virulentes et c’est tout.

Ce qui me surprend c’est que des millions d’internautes se régalent de ces potins vident de sens et de véracité. Plusieurs actions en cours risquent de faire fermer le site. Mais je suis déçu que ce genre de site puissent durer des années avant que les procès le fassent fermer. La lecture est la nourriture de l’âme dit-on. Mais certaines lectures sont plus fast-food que d’autres.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.