Pot pourri de commentaires sur ma présence à Vancouver

Pot pourri de commentaires sur ma présence à Vancouver

Vancouver, chapitre 10                     Dossier Ville de VancouverFrancophonie

Il m’arrive de prendre mon inséparable calepin et de prendre une note sur quelque chose qui se produit et qui mériterait de se retrouver sur mon blogue. J’essaie de préparer un blogue par jour. Lorsque les idées se suivent de trop près, je suis obloigé de postdaté mes billets. Mais voilà qu’avec le voyage que j’ai entrepris à Vancouver avec Danielle, il y avait trop de choses à dire. J’en étaits rendu à avoir des billets écrits pour plus d’une semaine d’avance. C’est pourquoi vous avez sûrement remarqué que j’ai publié 7 billets dans les dernières 24 heures pour me remettre dans un espace temps qui ressemble plus à la réalité de ce que je suis en train de vivre.

Le billet d’aujourd’hui est un pot pourri d’une série de notes que j’aurais voulu vous entretenir mais qui n’ont pas trouvé leur place dans les derniers billets. Question de me mettre à date dans toutes ces notes et de ne plus traîner d’arriérages, je vous les donnent en vrac ici.

Photo souvenir ou un blogue?

Je suis en voyage et j’ai l’impression que je tiens un blogue comme d’autres tiennent une caméra photo. Au lieu de montrer à tous mes amis les photos de voyage, j’en fais une série de court textes, j’y présente différentes réflexions et commentaires. En les mettant en ligne, ceux qui ont le goût de les lire iront les lire. Autres différences, en les mettant en ligne au fur et à mesure, cela me permet de recevoir des commentaires pendant que les événements ont lieu.

Pitoune

Lors de nos déplacements, Danielle et moi avons été surpris de voir de la pitoune (des billes de bois qui flottent sur l’eau), sur la rivière Fraser. Au Québec, cela fait longtemps que nous avons cessé ce moyen de transport pour les billes de bois et que nous avons nettoyé nos rivières. Cela semble être très présent en Colombie-Britannique.

Improvisation VS Y faut que

Pas facile pour moi d’avoir un horaire à suivre et des obligations à respecter. Comble du malheur, la majorité des membres de la famille de Danielle ont déjà été à Vancouver. J’ai entendu beaucoup de  »Y faut que tu voies telle chose, Y faut que tu voies telle autre chose… » Bon! Je vais mettre de l’eau dans mon vin. Nous avons passé par le Rose Garden par hasard. Il faisait partie de cette liste de  »Y faut que ». Je vais devoir mélanger mon côté improvisateur avec quelques  »Y faut que » intercalé avec le hasard.

Débat sur l’entrée gratuite des journalistes dans les musées

Quand j’ai fait la visite, par hasard, du musée d’antropologie de l’Université de la Colombie-Britannique, j’ai payé 9$ par personne. Une affiche mentionnait que les frais de visite permettaient de pouvoir planifier un agrandissement du musée.

J’ai ma carte de journaliste professionnel. Cette carte donne l’accès gratuit à tous les musées à Montréal. Je me suis toujours fait un point d’honneur de payer mon entrée malgré tout. Parce que si je veux qu’une institution puisse entretenir ce qu’il présente et l’améliorer, ça prend de l’argent. Je paye mon entrée avec plaisir et fierté. J’y achète aussi des cartes postales pour ma fille Annie qui les colectionnent.

Souvenir du Canada Made in China

Parce que je joue aux touristes, je flane souvent dans quelques boutiques que nous croisons. Je suis toujours choqué et frustré de voir des souvenirs du Canada où l’on peut lire  »Made in China ». Au nombre d’artistes que nous avons, il serait plus cohérent de les faires participer dans la fabrication de ces souvenirs qui nous représentent.

Galanterie

J’ai accès à une automobile dont je ne peux pas débarrer les portes à distance. J’ai donc recommencé à débarrer et ouvrir la porte de Danielle. Galanterie oubliée, revenu au galop.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

Autres textes sur la Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Journalisme citoyen et les journalistes professionnels vu par Philippe Schnobb de Radio-Canada

Journalisme citoyen et les journalistes professionnels vu par Philippe Schnobb de Radio-Canada

Philippe Schnobb de Radio-Canada, suite au congrès des journalistes, a fait un blogue sur le journalisme citoyen. Je n’ai pas assisté à l’atelier dont fait référence M. Schnobb. J’étais dans un autre atelier sur les accommodements raisonnables. Cet atelier ou l’on tentait de comprendre tous les dérapages médiatiques sur cette question. L’atelier ou certains médias et journalistes ont été pointé du doigt pour leur manque de rigueur et leur incapacité à suivre un code d’éthique.

Vous comprendrez peut-être mon étonnement lorsque je lis ceci dans le blogue tenu par M. Schnobb :

Quand ces images générées par les citoyens sont placées sur un blogue, elles ne sont pas toujours mises en contexte ou, si elles le sont, cette mise en contexte peut être biaisée. Il n’y a que les journalistes qui peuvent garantir que la mise en contexte n’est pas biaisée parce que les journalistes obéissent à un code d’éthique, à des normes. Si nous ne le faisons pas, nous sommes sujets à recevoir un blâme. De l’ombudsman de Radio-Canada, du Conseil de presse ou, pire, d’un tribunal!Seul les journalistes peuvent garantir une mise en contexte qui n’est pas biaisée. Sinon, c’est le blâme. La grosse claque sur les doigts que le Conseil de presse va nous infliger. Pourtant, en 2006, j’ai fait 4 plaintes au Conseil de presse. Je les ai toutes gagnées. Les médias et les journalistes ont tous été blâmés. Est-ce que cela les empêchent de continuer? Certainement pas. Il y a trop d’argent à faire avec le plagiat et le sensationnalisme. Est-ce que quelqu’un pourrait me nommer les 4 médias et les 4 journalistes impliqués dans mes plaintes? Encore moins.

Qu’est-ce qui est mieux? Un mauvais journaliste ou un bon citoyen? Parce qu’il y a de mauvais journalistes. Et il y a des citoyens qui font un excellent travail. Ce n’est pas parce que tu portes le titre de journaliste que tu es obligatoirement bon et meilleur que les autres. Peut-on faire confiance aux lecteurs d’être capable de discernement entre le blogue et le média conventionnel qu’il lit?

 

Une chose est certaine. Les blogues permettent un échange d’information beaucoup plus grand qu’un média écrit conventionnel. Les gens laissent des commentaires, permettant une mise à jour de l’information et offre une variété de sources. Les blogues permettent aussi de donner une permanence à l’information. En page 39 d’un grand quotidien, nous avons lu qu’une grande entreprise a été condamné par l’Office de la protection du consommateur. Peu de gens l’auront vu ou s’en souviendront une semaine plus tard. Lorsque repris par un blogue, cela permet à tous les consommateurs qui font des recherches de retracer l’information et d’en être avisé avant de compléter ses achats. Et ça, même des années après les faits. Si un consommateur est insatisfait d’un commercant, même si l’information n’est pas publié dans un média, même s’il décide de ne pas porter plainte, il pourra fournir l’information à d’autres consommateurs par l’intermédiaire de son blogue. Aucun média conventionnel ne peut nous offrir autant.

J’ai vu des organismes communautaires prendre leurs caméras vidéos et passer en entrevue des politiciens et d’autres acteurs significatifs pour leur communauté. Les vidéos intégrales se retrouvent sur leur blogue. Une entrevue intégrale est-elle meilleure ou pire que le 30 secondes que l’on peut écouter aux nouvelles?

Un bénévole dans une région fait un petit journal distribué à 200 exemplaires dans son patelin. Certains ont leurs cartes de journalistes professionnels. Si le même bénévole décide de tenir un blogue au lieu d’un petit journal, du jour au lendemain, ce qu’il dit serait moins crédible?

Question d’intégrité, je ne cacherais pas mes appartenances. Je suis journaliste pour le magazine Reflet de Société. Je suis blogueur. Je suis intervenant.

Certains journalistes disent que je suis intervenant, donc que je ne peux pas être un journaliste. Certains intervenants disent que je suis journaliste, donc je ne peux être intervenant et respecter le secret professionnel.

Je me sens à l’aise de bloguer. Personne n’a osé me dire que je n’avais pas le droit de bloguer ou que je ne pouvais pas arborer le titre officiel de « blogueur ». Du moins, tant qu’une association professionnelle ne mettra pas le grappin sur le terme.

Blogueurs qui ‘ont débattu ce sujet: Renart L’éveillé, Mario Tout de go, Olivier Niquet, Le canard réincarné.

Journalisme citoyen, démocratie et Cent papiers

Blog Action Day, du vin tout près de chez vous

Blogday, une fête à inscrire à son agenda

Internet, un soutien aux magazines papier

Les blogues, la démocratie et la convergence

Chicane sur le blogue: Martin Petit, humoriste, contre Pierre Cayouette de L’actualité

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.