Société et jeunes

Vers une nouvelle politique jeunesse

Le Sommet des jeunes

Après deux ans de préparation, le Bureau de consultation jeunesse (BCJ), dont l’action couvre la région de Montréal, tenait enfin son Sommet des jeunes au collège Ahuntsic, du lundi 12 août, Journée internationale de la jeunesse, au vendredi 16 août. Il s’agissait d’abord d’un lieu de réflexion pour les jeunes qui souhaitent s’impliquer positivement dans la société, sans se limiter à la critiquer.

Normand Charest       DOSSIER Valeurs de Société, Société, Jeunes, Politique.

reflet de société débat reflexion sociale

Un événement d’une semaine, cela demande une grande logistique. Et nous pouvons voir, dès 8 heures ce lundi matin, une armée de jeunes s’affairer un peu partout. Tout au long de cinq jours, il faudra choisir entre deux ou trois activités qui se tiennent en même temps, et d’abord entre un point de presse et une conférence.

Point de presse : les jeunes et leur enthousiasme

Le point de presse est donné par cinq jeunes assis à la même table. Au centre, la députée du NPD, Lysane Blanchette-Lamothe, qui nous dit que, selon son expérience du terrain, les jeunes s’intéressent beaucoup plus à la politique qu’on peut le croire, et que « si les jeunes sont l’avenir, comme on le dit souvent, ils sont aussi le présent », raison pour laquelle nous devons tenir compte d’eux et de leur implication dans la vie en société.

De chaque côté d’elle, se tiennent deux représentants des jeunes, une fille et un garçon : de la France, Fatima Diaby et Vincent Quintana ; du Québec : Judeisy de Léon et Ursy Ledrich (nous les rencontrerons plus tard pour une interview).  Probablement tous les quatre des jeunes « issus de l’immigration », comme dit l’expression. On est d’abord frappé par la bonne capacité d’expression de ces jeunes qui se sont, visiblement, bien préparés.

Soixante jeunes Français sont venus participer à ce Sommet, des jeunes d’origine africaine ou maghrébine pour la plupart, qui offrent des ateliers et qui participent avec beaucoup de joie aux divers ateliers de cette « Univers’Cité populaire d’été » (le terme « cité » renvoyant, en France, aux banlieues dites sensibles).  Ils viennent de Paris, Mulhouse, Lille, et sont accueillis par l’équipe québécoise du BCJ. Fatima Diaby nous dit : « Nous sommes venus parce que nous avons les mêmes problématiques en France : le racisme, les relations avec la police, etc. Nous avons fait des actions de financement pour venir à Montréal : des spectacles gala, des spectacles de rue. » Si la jeune députée du NPD nous parlait d’implication sociale, Vincent Quintana parle du travail sur soi dans des ateliers qui auront lieu en après-midi, où les participants racontent leur vécu, que l’on illustrera par du théâtre improvisé (le Playback Théâtre), par exemple.

Apprendre à penser pour changer le monde

En même temps que le point de presse, le philosophe et enseignant Éric Martin offre une conférence d’ouverture sur le thème « La jeunesse dans notre société » où il encourage la jeunesse à penser d’abord, à remettre en question la vision imposée des choses.

La philosophie, dit-il, c’est la jeunesse de l’esprit, puisqu’elle remet tout en question et qu’elle jette un regard neuf sur toute chose, comme la jeunesse le fait. La philosophie demande que l’on recherche le sens de la vie, de la souffrance et des valeurs. Et il s’agit en ce moment de trouver de meilleures façons d’habiter le monde et de reconnaître ses valeurs humaines.

VOS COMMENTAIRES SUR Jeunes et société

Autres textes sur Politique et Médias

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

poster affiche flyer carte anniversaire cartes souhaits voeux affichage impression t-shirtUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux. Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti. www.editionstnt.com  (514) 256-9000 , en région: 1-877-256-9009 . cafegraffiti@cafegraffiti.net

 

VOS COMMENTAIRES SUR Jeunes et société

La ligue de l’enseignement, le droit du travail et la France

La ligue de l’enseignement, le droit du travail et la France

Conférence en France No 26

Rencontre très accueillante et chaleureuse avec les dirigeants de la ligue de l’enseignement de Lille. Cette association nationale gère plus de 12 000 animateurs en loisirs à travers la France! Le président me fait une petite synthèse de la création et de la mission de l’organisme. Il me parle des années 70. Il mentionne ensuite Napoléon! Je viens de réaliser qu’il parlait de 1870 et non pas de 1970.

Les subventions jouent un rôle important dans le systême français. Les lois et règlements encadrant l’intervention sont aussi nombreuses et complexes. Une personne ne peut agir bénévolement auprès de jeunes de moins de 18 ans sans avoir le brevet requis.

Autre normes difficiles; le droit du travail. Si un organisme engage un intervenant, il est obligé de le garder et ce, même si l’employé ne performe pas, qu’il fasse des délits ou encore qu’il sabote son travail. Pour le congédier, l’employeur a le fardeau de prouver les délits de son employé. Ce droit du travail a amené les avocats à s’américaniser. Plusieurs personnes congédiées utilisent les services des avocats pour actionner leur ancien employeur et exiger des indemnités.

Tous ces frais et ces conditions obligent les associations à dépendre des subventions pour faire leur travail. Et les subventions proviennent des politiciens donc restons gentils vis-à-vis ceux-ci. Les subventions sont souvent gérées par les différentes mairies qui vont prioriser localement leurs besoins.

La ligue de l’enseignement, comme plusieurs autres associations, travaille avec des organisations locales, mais sont aussi fédérées pour regrouper l’ensemble de ces organisations à travers la France.

Lorsque ce fût le tour de présenter le Journal de la Rue, j’ai insisté sur l’année de fondation, 1992. Pas 1892!

Nous avons été invités à terminer la rencontre au restaurant. Situé près de la Grande Place et de l’Opéra de Lille, le restaurant avait le chic de son environnement. Discuter et échanger en regardant le menu peut causer certaines surprises. Regardant rapidement le menu, je commande un steak tartare. Ce n’est pas un steak avec de la sauce tartare, c’est du steak cru! Heureusement que j’ai la capacité d’assumer mes distractions. Je ne suis pas naturellement attiré vers de la viande crue. Mais bon, le tout était bien épicé et avec la bière locale, le 3 Monts des Flandres, le tout a très bien passé.

Bon OK, je vais aussi vous partager l’anecdote du menu pour le dessert. Je n’avais pas mes lunettes avec moi. Habituellement, je réussis à me débrouiller pour quelques mots. Je commande une crêpe vanille. La serveuse et tout le monde reste stupéfait et bouche bée comme si je déparlais. La serveuse essaye de corriger le tir en me parlant de crême vanille. Ce n’est de la crême glacée que je veux, mais une crêpe. Après quelques infructueux échanges, je reprends le menu. En forçant qu maximum mes yeux, je suis dans l’obligation d’avouer que la première ligne parle de crêpe suzette tandis que la deuxième de crème vanille. La crêpe vanille n’existe pas encore! Je vais devoir considérer transporter mes lunettes partout maintenant! Moi qui n’est pas encore accepté l’idée que ma vue aie baissé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.