Donald Trump félicité par Trudeau et Obama

Justin Trudeau est-il intègre dans ses actions

Un encouragement  pour le racisme, le sexisme et la violence?

Raymond Viger     Dossiers RacismeInternational

unknown-2Si j’avais été Hillary Clinton… au nom de la démocratie je n’aurais pas concédé la victoire.

Avec 95 000 votes d’avance, j’aurais demandé des recomptages.

Cela aurait-il permis de trouver des anomalies dans le système? Possiblement que non. Mais j’aurais montrer ainsi que je ne peux pas endosser une telle aberration.

photo-jpgSi j’avais été Barrack Obama… au nom de la sécurité de mon pays, je refuserais de remettre les clés de la Maison Blanche à Donal Trump, un homme sexiste, raciste et violent.

C’est illégal me dit-on! Il a été élu démocratiquement me clame-t-on? Et bien soit. Tout comme Nelson Mandela ou Gandhi et bien d’autres, pour le respect de la démocratie, il faut parfois être prêt à faire de la prison et des illégalités pour soutenir nos principes et nos valeurs.

pm_trudeau_230x306_v3Si j’avais été Justin Trudeau… au nom de la liberté et de la paix sociale, j’aurais refusé de féliciter Donald Trump pour sa victoire pour la présidence des États-Unis.

Féliciter un homme raciste, sexiste et violent, est-ce un endossement de ce qu’il a fait et de ce qu’il est?

Je crois me souvenir que plusieurs dignitaires à travers le monde avaient félicité Adolph Hitler dans les années précédant la 2e guerre mondiale.

Sommes-nous à refaire les mêmes éternelles erreurs?

Autres textes sur Politique

couverture.jpgVanessa, Voyage dans les Caraïbes

Un roman humoristique sur la sexualité.

Un roman qui, je l’espère, pourra être lu autant par des jeunes qui s’éveillent à leur sexualité, qu’à des adultes qui veulent guérir des zones de grandes blessures.

Si vous avez peur que votre jeune ne soit pas encore assez vieux ou mature, accompagnez-le dans sa lecture. Soyez prêts à répondre à ses questions, à en discuter ouvertement avec lui.

Ce roman a été nourri par des années de travail de rue et de thérapie dans différents milieux. Des instants privilégiés qui auront permis de recevoir de grandes quantités de confidences sur un sujet, trop souvent tabou.

Bonne lecture et bon voyage dans les Caraïbes avec Vanessa.

Compte tenu du sujet développé, je ne peux pas affirmer que certains passages explicites ne choqueront pas certains. C’est pourquoi j’ai décidé de le classer 14 ans et plus. C’est l’âge à laquelle une jeune fille peut rencontrer une infirmière du CLSC et demander que les parents ne soient pas avisés de sa démarche.

14 ans et plus. Parental Guidance

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Pour commander par Internet:

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

Pour voir le catalogue complet des livres des Éditions TNT.

Le premier président cybergénique

Le premier président cybergénique

Pascal Lapointe

(Agence Science-Presse) – Si John F. Kennedy fut le premier président télégénique et Franklin D. Roosevelt, le premier «radiogénique», Barack Obama mérite-t-il le titre de premier président «cybergénique»?

Internet dans la campagne présidentielle américaine

Sa campagne aura en tout cas été la première à utiliser avec un pareil succès les différents outils d’Internet. La campagne d’Hillary Clinton n’a jamais pris Internet au sérieux, et celle de John McCain a toujours été d’une longueur en retard avec les blogues, la messagerie instantanée, Facebook ou le marketing viral.

Certes, Obama aura également été le candidat le plus télévisuel que les États-Unis aient eu depuis Kennedy et Reagan — et même meilleur que ces deux-là, ont écrit plusieurs observateurs. La télé aura donc indéniablement eu un impact plus grand qu’Internet sur cette campagne. Mais pour combien de temps encore? À voir l’importance capitale qu’a eue Internet — de la collecte de fonds par courriel jusqu’à l’utilisation de YouTube par son équipe et ses partisans —, on peut se demander si Obama ne sera pas «le dernier grand candidat télégénique»… et le premier de l’ère Internet.

Facebook et Maison Blanche

Le cofondateur de Facebook s’est joint l’an dernier à l’équipe Obama et a contribué à transposer dans la campagne électorale le modèle «médias sociaux» propre à Facebook et MySpace. Mais la «cybergénie» n’est pas juste liée à une utilisation efficace d’Internet par les conseillers en image. C’est aussi la façon dont le candidat lui-même s’approprie un nouveau média: Roosevelt aimait la radio, Kennedy la télé. Obama est à l’aise avec le cyberespace alors que les conseillers d’Hillary Clinton, pour reprendre cet exemple, avaient souligné que celle-ci ne bloguerait jamais.

Question de génération

Et quant à McCain, il semblait effectivement d’une autre génération. «McCain a l’air d’un sédentaire qui lit à propos des autres pays dans le National Geographic», a ironisé le futurologue Paul Saffo. McCain lui-même a reconnu il y a quelques mois qu’il n’utilisait jamais un ordinateur.

Sa déclaration, bien sûr, s’est retrouvée sur YouTube…

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Comment la science peut résoudre la crise financière

Comment la science peut résoudre la crise financière

(Agence Science-Presse) – Il n’y a pas que les politiciens qui parlent de réformer le capitalisme. Pour un nombre croissant d’experts, réformer le capitalisme est la seule façon de sauver… la Terre. Engloutir d’autres centaines de milliards de dollars n’est pas la solution.

Halte à la croissance

Sous le titre sombre «Comment notre économie tue la Terre», le New Scientist lance un «halte à la croissance» en des termes plus savants et plus élaborés que l’appel du même nom, il y a des décennies.

Sa démonstration, diront les écologistes, relève du gros bon sens: la consommation de ressources de notre planète augmente plus vite que ce que la planète peut supporter. Cela ne peut donc pas continuer indéfiniment.

Sauf qu’alors que le discours écologiste propose traditionnellement de réduire nos émissions de CO2 ou d’adopter un mode de vie plus durable, ce sont là des efforts futiles, disent de plus en plus d’experts de divers milieux (dont d’autres écologistes). Aussi longtemps que notre système économique sera fondé sur le dogme d’une croissance perpétuelle, nous serons condamnés. «La croissance est, pour la plupart des économistes, aussi essentielle que l’air que nous respirons», ironise le journaliste du New Scientist, et c’est de ce dogme dont il faut se départir, si nous voulons vraiment sauvegarder notre planète. Il est temps de bannir le dieu de la croissance, renchérit l’éditorial.

Les experts scientifiques contre la croissance économique

Parmi ces experts, Herman Daly, le père de l’enviro-économie, Gus Speth, qui fut conseiller à l’environnement du président américain Jimmy Carter (un conseiller à l’environnement à la Maison-Blanche dans les années 1970!) ou l’économiste britannique Andrew Simms qui s’en prend à un mythe: celui selon lequel la croissance serait la seule façon d’éliminer la pauvreté.

Considérez, écrivait ce dernier dans The Guardian, «qu’il a fallu aux États-Unis et à la Grande-Bretagne seulement une semaine pour laisser tomber des décennies de pratiques économiques bien établies afin de sauver le système financier… Nous devrions nous demander pourquoi il faut plus de temps pour sauver la planète de son réchauffement galopant.»

Pas facile, en effet, d’en convaincre les politiciens, concède le vulgarisateur et activiste canadien David Suzuki. Un appel à la décroissance, ça se glisse mal dans un programme électoral…

Produire plus avec moins

Mais «halte à la croissance» n’est pas synonyme d’âge des ténèbres, insiste Herman Daly. L’innovation technologique peut nous permettre de tirer davantage des ressources que nous avons — autrement dit, produire plus avec moins.

En soi, ce n’est pas une idée hérétique du tout: John Stuart Mill, un des fondateurs des études économiques classiques, écrivait en 1848 dans ses Principes d’économie politique, qu’une fois les objectifs de la croissance économique atteints, une économie «stationnaire» pourrait voir le jour, davantage dévolue à l’amélioration des conditions de vie, de la culture, de la morale, plutôt qu’à l’accumulation de richesses.

L’économie moderne, et par extension la politique moderne rejette cette idée comme utopique et naïve.

Mais la destruction des écosystèmes depuis 20 ans, assortie de l’épuisement des ressources pétrolières et à présent de la crise financière, rend cette idée plus difficile à balayer du revers de la main.

Pour en savoir plus

Comment notre économie tue la Terre (en anglais)

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pétition pour une science plus politique

Pétition pour une science plus politique

Pascal Lapointe – Agence Science-Presse, 27 août 2008

Reste que, en cette année d’élections présidentielles, les scientifiques semblent plus nombreux que jamais à s’agiter autour de la chose politique. L’initiative Science Debate 2008, qui milite pour la tenue d’un débat sur la science entre les candidats à la présidence, a obtenu des dizaines de milliers de signatures, en plus de l’appui d’à peu près toutes les associations de scientifiques des États-Unis et de 200 universités.

Obama et McCain pour la science

Sans se laisser démonter par le fait que le débat qu’elle demandait n’a pas eu lieu, Science Debate 2008 a été derrière la publication, dans le Wall Street Journal du 17 avril, d’une lettre signée par deux Prix Nobel, appelant à un engagement américain dans la science. La lettre était intitulée « We Need a Science White House ». En juin, le groupe publiait une liste de 14 questions à teneur scientifique, appelant les candidats McCain et Obama à prendre position sur la génétique, les gaz à effet de serre, l’exploration spatiale et la santé.

Un organisme fondé en 2004, Scientists and Engineers for America (SEA), a organisé en mai, à Washington, un séminaire d’une journée destiné aux scientifiques intéressés à se présenter aux élections. Comme le souligne placidement le rédacteur de SEA, le Congrès, à Washington, compte parmi ses élus trois physiciens, trois chimistes, un microbiologiste, deux dentistes, 13 médecins… et 215 avocats.

Les jeunes contre les changements climatiques

S’ils se présentent aux élections, ces scientifiques devront peut-être apprendre le pragmatisme, à en juger par la description que fait le journaliste Andrew Revkin (New York Times) de l’ambiance qui régnait dans cette salle du Congrès, lors du discours de James Hansen, le 23 juin dernier : « les jeunes personnes semblaient motivées par l’appel qu’il leur lançait à se mobiliser, à voter et à en recruter d’autres pour les aider à combattre en faveur du climat dont ils vont hériter. Les adjoints politiques et les fonctionnaires semblaient inconfortables, comme s’ils mesuraient la grande distance entre les recommandations du Dr Hansen pour le climat et les réalités de la politique et de l’économie. »

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Science victime de fraude?

Science victime de fraude?

Pascal Lapointe – Agence Science-Presse, 27 août 2008

Alors que s’ouvre la convention démocrate et qu’une campagne électorale s’annonce au Canada, il y a un sujet qui risque peu d’atteindre les écrans radars des politiciens: la science. Mais ne blâmez pas les politiciens: blâmez les scientifiques. Pour un James Hansen qui a eu droit à son coup d’éclat cet été, il y a une majorité silencieuse qui se mesure en millions.

Plus d’ argent pour les légumes

Cinq millions de scientifiques et d’ingénieurs aux États-Unis, contre trois millions d’agriculteurs. Pourquoi les agriculteurs ont-ils tant d’influence à Washington, demande le journaliste Daniel Greenberg. Le gouvernement dépense pourtant 70 milliards $ par année pour la recherche contre 17 milliards $ pour l’agriculture. Avec pareil fardeau pour les contribuables, les scientifiques ne devraient-ils pas se faire davantage entendre?

La question est purement rhétorique, admet l’auteur de Science for Sale (2007), sur l’influence de l’économie dans la science. Traditionnellement, les scientifiques ont « fui toute implication politique organisée, la jugeant impropre et inappropriée pour leur profession ».

Réchauffement climatique

Avec quelques rares exceptions. Il y a deux mois, le climatologue James Hansen, 67 ans, prononçait un discours enflammé devant un comité de la Chambre des représentants, à Washington. Ce comité l’avait invité pour souligner le 20e anniversaire de son premier passage devant un comité du Sénat. Un passage qui, entretemps, était devenu historique, puisque c’est par ce discours que le réchauffement climatique était entré pour la première fois dans l’arène politique.

Et la personnalité du Dr Hansen y était alors pour quelque chose: auteur de nombreux articles scientifiques sur le climat depuis 1981, conscient de l’opportunité rare qui se présentait à lui, il avait, en ce 23 juin 1988, soigné ses effets, présenté des données solides, mais dans un langage clair, insisté sur le fait qu’il était « sûr à 99 % » que les humains réchauffaient d’ores et déjà la planète… et obtenu en retour une couverture médiatique hors du commun pour un scientifique invité à parler devant un comité de la Chambre.

Les pétrole crime contre l’humanité?

Cette année, celui qui dirige depuis 27 ans l’Institut Goddard d’études spatiales, affilié à la NASA, en a profité pour jouer encore plus la carte politique — lui que la Maison-Blanche a tenté à quelques reprises de museler ces dernières années. Dans son discours, il a lancé un appel à un engagement du gouvernement dans un programme massif de conversion aux énergies alternatives, et accusé les compagnies pétrolières de « crime contre l’humanité » pour s’être aussi longtemps opposées à toute forme de lutte contre les gaz à effet de serre.

Des déclarations qui n’auraient rien eu d’insolite pour un militant écologiste, un politicien ou même un économiste de gauche, mais qui ont provoqué un malaise parmi certains de ses collègues: tous sont d’accord avec le constat (l’humanité responsable). Mais certains se demandent si c’est le rôle d’un climatologue que de proposer des solutions en dehors de son champ d’expertise.

À visiter:

Science Debate 2008
http://www.sciencedebate2008.com/www/index.php
et son équivalent québécois:

Je vote pour la science!

http://jevotepourlascience.blogspot.com/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,

La science appartient-elle aux politiciens?

La science appartient-elle aux politiciens?

(Agence Science-Presse) – Est-ce le bilan d’un gouvernement qui s’achemine vers sa fin, un rapport de fin d’année trop tardif, une petite tape sur l’épaule des critiques pour leur dire: vous aviez bien raison? Le rapport de la Chambre des représentants sur l’ingérence du gouvernement Bush dans la science n’offre rien de nouveau sous le soleil, mais il s’agit d’un bilan pas très reluisant qui passera à l’Histoire.

Des journalistes et des auteurs ont déjà écrit que le gouvernement Bush serait celui qui, de tous les gouvernements américains, aurait le plus souvent réécrit les conclusions des scientifiques qui lui déplaisaient, en particulier lorsque cela touchait au climat. Des climatologues et des Prix Nobel ont signé des pétitions, publié des lettres, pondu des mémoires. Dès 2003, un organisme à but non lucratif, l’Union of Concerned Scientists, tirait la sonnette d’alarme.

Le rapport de la Chambre des représentants, présidé par le Californien Henry Waxman, qui avait lui aussi attaqué ce dossier dès 2003, ne contient donc rien de neuf, si ce n’est qu’il provient, pour la première fois, d’un politicien plutôt que de scientifiques.

Plus exactement, d’un groupe de politiciens. De son nom complet, Commission du contrôle et de la réforme gouvernementale, cette commission permanente a pour mandat d’examiner tout ce qui ne tourne pas rond dans les multiples agences gouvernementales, de la NASA à la NOAA (National Oceanographic and Atmospheric Administration). Elle peut donc obliger des fonctionnaires à témoigner et elle a pu mettre la main sur 27 000 pages de documents, dont certains étaient restés inaccessibles aux journalistes qui suivaient ce dossier. Le fait que les démocrates aient obtenu la majorité à la Chambre en novembre 2006 lui a aussi donné un coup de pouce…

– Des communications entre scientifiques et médias strictement encadrées, voire refusées (dont le cas James Hansen).
– Des témoignages devant le Congrès et des rapports qui furent épurés de termes aussi scabreux que «réchauffement planétaire».
– Un Conseil de la qualité environnementale qui a servi de paravent à la Maison-Blanche pour carrément censurer des scientifiques payés par le gouvernement…
– Un employé de la Maison-Blanche, Philip Cooney, chargé de réécrire un rapport sur les changements climatiques, lui qui n’a pour toute expérience scientifique que d’avoir été… lobbyiste de l’industrie pétrolière.
– Un rapport de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) sur le climat, où les réécritures du chapitre sur les changements climatiques en changeaient à ce point le sens que l’EPA décida de supprimer le chapitre au complet, plutôt que de le laisser paraître sous cette nouvelle forme.

La stratégie qui se dégage de tout cela est claire, écrit la Commission: faire oublier combien les résultats scientifiques sur le réchauffement sont solides, et répandre l’idée dans le public qu’il existe au contraire une forte incertitude. Ces pratiques se sont amplifiées après le cyclone Katrina, en septembre 2005.

«Le gouvernement Bush s’est engagé dans un effort systématique pour manipuler la science des changements climatiques et tromper les politiciens et le public sur les dangers du réchauffement climatique.»

 Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel