Les murales du Devoir vs les murales du journal Métro

Deux titres, deux histoires

Métro VS Le Devoir

Raymond Viger  Dossier MédiasCulture

murale boulevard saint-laurent muraliste barréDeux médias couvrent, la même journée, la même nouvelle; le Journal Métro et Le Devoir. Pourtant, ce qu’on peut y lire est tout à fait différent. Voici les deux titres de la nouvelle:

Trois murales de Montréal dans le Top 25 des murales marquantes de 2013, Le Devoir, Isabelle Paré, 23 janvier.

Trois oeuvres du festival Mural parmi les plus belles murales du monde, Journal Métro, la rédaction, 23 janvier.

Dans l’article du journal Métro, ni dans le titre, ni dans le texte, il est mention qu’on parle des murales réalisées en 2013. Mention qui est clairement souligné dans l’article du Devoir.

Quand on m’a fait parvenir l’article du Métro, je voulais réagir. Je connaissais des murales beaucoup plus intéressantes que celles présentées. Avant de le faire, quelques recherches permettent d’expliquer la nuance. Les murales que je voulais introduire dataient de quelques années, donc pas éligible au palmarès du magazine Complex.

Autre fait intéressant, l’article du Devoir est signé par une journaliste, Isabelle Paré. Celui du journal Métro par la rédaction. Un article anonyme, écrit par on ne sait qui. Et en plus qui porte à confusion.

Les photos des murales du journal Métro ne sont pas attribuées à un photographe tandis que les photos du Devoir sont crédités aux photographes qui a fait le travail.

Certains médias semblent n’être que le fast food des nouvelles. De quoi nourrir une obésité intellectuelle.

Référence des articles mentionnées:

Murale Barré, par l’artiste Escif. Photographie de Daniel Esteban Rojas

VOS COMMENTAIRES SUR Les murales du journal Métro VS les murales du Devoir

Autres textes sur Journalisme

Carte anniversaire, poster, T-Shirt avec impression d’artistes

publicité boutique t-shirts cartes voeux carte anniversaireUne boutique virtuelle toute en couleur pour des produits artistiques originaux.

Une façon originale de soutenir de jeunes artistes dans leur cheminement artistique.

Que ce soit pour une carte anniversaire ou un T-Shirt personnalisé, un CD de musique ou un livre, la boutique des Éditions TNT mérite de faire un détour.

Merci d’encourager les artistes et le Café-Graffiti.

www.editionstnt.com (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.cafegraffiti@cafegraffiti.net

Autres artistes de la boutique des Éditions TNT:

Merci de partager

VOS COMMENTAIRES SUR Les murales du journal Métro VS les murales du Devoir

Images de Kinshasa pour le public québécois

Images de kinshasa pour le public québécois

François Richard

image

L’artiste et travailleur communautaire originaire de la République Démocratique du Congo Paul Henry Kiese présente pour la deuxième à Montréal son exposition de photographies et de montages vidéos: Kinshasa dans le regard de Paul Henry Kiese. Les oeuvres pourront être admirées du vendredi 20 mars au jeudi 26 mars 2009, au Centre social d’aide aux immigrants, situé au 6201 rue Laurendeau, dans le quartier Ville-Émard (métro Jolicoeur).

La vie au Congo

Les photographies de Paul Henry Kiese illustrent la vie quotidienne à Kinshasa, une ville secouée par les flots de réfugiés, victimes de la guerre dans l’est du Congo, qui y débarquent, l’absence de services publics et la brutalité de forces de l’ordre corrompues. L’artiste ne s’appesantit toutefois pas sur les misères quotidienne des Kinois. Il laisse une large place dans son exposition aux aspects plus positifs, notamment les cérémonies de mariage, de la vie dans sa ville natale. Son emploi de travailleur communautaire auprès des jeunes de la rue à Kinshasa a permis à Paul Henry Kiese de porter un regard compatissant et averti sur les réalités d’une ville en pleine mutation.

Un artiste et travailleur communautaire

L’histoire de Paul-Henry Kiese sera contée plus en détail dans l’édition de juin de Reflet de Société. Les lecteurs pourront alors faire plus ample connaissance avec cet artiste qui se bat quotidiennement pour assurer aux enfants de Kinshasa un avenir meilleur. Son travail auprès des jeunes de rue montréalais sera aussi évoqué. Rendez-vous en juin.

Pour visiter la page Facebook de Paul-Henry Kiese, cliquez sur le lien.

LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE SUR LES IMAGES DE KINSHASA.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Vernissage du muraliste graffiteur Arpi: graffiti sur toiles

Vernissage du muraliste graffiteur Arpi: graffiti sur toiles

Dossier : Graffiti

arpi muralistes urbain art culture urbaine murale artistes graffiti

Arpi artistes urbain hip hop muralistes peintre aérosol

L’exposition de l’artiste Arpi s’intitule GRAN  ROULÉ  pour les francophones et HIGH ROADS pour les anglophones.

Pour ceux qui connaissent le graffiteur Arpi, il se spécialise dans des toiles de formats assez grandes. Les thèmes qu’Arpi affectionnent sont l’architecture, les paysages urbains, la luminosité dégagée par la nuit, le mouvement et évidemment les trains et les métros.

murales art déco tendances modes mural artistique culture fresques

Arpi muralistes artistes urbains peintre hip hop

Arpi est un artiste que vous devez encourager. En assistant au vernissage vous aurez la chance de parler avec lui de son cheminement artistique et culturelle.

Le vernissage aura lieu vendredi le 5 décembre à 19:30 heures à l’Espace les neuf soeurs au 1900 Wellington (coin Ste-Madeleine).

L’exposition sera en place jusqu’au début janvier.

Pour informations le Café-Graffiti: (514) 256-4467.

VOS COMMENTAIRES SUR LE VERNISSAGE DE ARPI.

Pour rejoindre les artistes du Café-Graffiti: (514) 259-6900

Photos de Murales et fresques urbaines.

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Chaleur corporelle

Chaleur corporelle

(Agence Science-Presse) – Des ingénieurs suédois qui avaient sans doute beaucoup de temps libre ont calculé que les 250 000 personnes qui passent chaque jour par la station de métro centrale de Stockholm, pourraient fournir de 5 à 15% du chauffage nécessaire à un futur édifice de 13 étages, en construction juste à côté. Nul besoin de les transformer en esclaves: on récupérerait, par l’intermédiaire de ventilateurs, la chaleur générée par le passage de tous ces gens, chaleur qu’on utiliserait pour réchauffer l’eau des radiateurs. La compagnie qui emploie ces ingénieurs et possède la station de métro, Jernhusen AB, prévoit effectivement intégrer l’idée à son édifice, assure la BBC, quoique elle reste prudente sur l’économie d’énergie que cela entraînera vraiment.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Les épiciers Métro et Coin Star, une arnaque pour le consommateur

Les épiciers Métro et Coin Star, une arnaque pour le consommateur

Dossier Protection du consommateur

Le hasard d’une visite me fait entrer dans un marché Métro. J’y remarque une machine que je ne connaîs pas. En bon français, il y est écrit: « Coin Star. Turn your change into cash ». Une machine qui compte notre change et qui nous donne un crédit pour se faire rembourser en billet.

Ma première réaction est d’être emballé. Notre organisme opère une machine à liqueur. À tous les mois, je dois trouver quelqu’un pour rouler toutes les pièces. Cette machine me permettrait d’amener notre gros pot de change et de tout compter en quelques minutes. Intéressant.

Le lendemain, je me pointe avec 3 ou 400$ en petite monnaie. La machine offre un vidéo de démonstration pour en comprendre le fonctionnement. Après avoir visionné le vidéo de démonstration, certains doutes persistent cependant. Nous avons la possibilité de donner notre change à un organisme communautaire ou d’avoir un crédit sur des achats ultérieurs chez certains marchands. Je ne veux pas un crédit, je veux de l’argent en papier.

Dans le doute, je demande à une caissière si elle va me rembourser la note de crédit que j’obtiendrais de cette machine. Elle hésite pendant un certain temps et me dit que oui. Je retourne à la machine avec mon sac de change. La machine me demande si c’est la première fois que j’utilise leurs service ou si je suis prêt à débuter l’opération. Je croyais avoir toutes les instructions pour débuter, j’ai presque actionné le bouton pour commencer. Une petite voix intérieure me dit de ne pas le faire tout de suite. J’avise donc la machine que c’est la première fois que j’utilise le service. Apparaît alors à l’écran les conditions d’utilisation: Des frais de 9,8% vous seront chargé!!!

Un peu comme les petits caractères à l’arrière d’un contrat d’assurance, la machine ne se vante pas qu’elle va m’arracher 9,8% de mon change pour faire son travail. Dans mon cas, cela représente aujourd’hui près de 40$. Il n’est pas question de laissser tant d’argent à ce service qui n’en est plus un.

Je vais visiter le site corporatif de Coin Star. Coin Star a débuté en Angleterre et aux États-Unis. Ils en sont possiblement à leur début avec cette machine au Canada. On y apprend qu’en Angleterre les frais sont de 7.9%, aux États-Unis 8,9%! J’ai beaucoup de difficultés à accepter qu’au Canada il nous faut payer 2% de plus pour le même service.

Je trouve déjà scandaleux les cartes de crédit qui facturent 2% par mois. Au moins pour ce taux, il vous prête de l’argent pendant un mois. Ici, pour une opération de quelques minutes, c’est près de 10% qui seront chargé. Inacceptable en ce qui me concerne.

Est-ce que le marché d’alimentation Métro agit en bon père de famille en laissant une telle machine arnaqueuse de consommateur dans son entrée? Je ne crois pas. D’une part, les frais ne sont pas affichés clairement. D’autre part, les frais sont exhorbitants. Je classe cette opération dans la section prêt usuraire, shylock. Finalement, question d’être puriste, il nous charge 2% de plus au Canada et Coin Star n’est même pas foutu de nous mettre un nom d’entreprise et un slogan en français. « Turn your change into cash » disent-ils. Personnellement, tant que ce genre d’arnaque aux consommateurs sera là, je dis « Turn your back to Metro ».

Autres textes sur Protection du consommateur

Agences de recouvrement: harcèlement

Depo-Provera: effets nocifs

Automobile: location à long terme

Contrat: peut-on l’annuler?

Produit équitable: 5 principes

Automobile: Vente

 APA: protection des automobilistes

Charlatan: près de chez soi

Centre de remise en forme

Centre de santé

Salon de bronzage, dangers, risques et conséquences

Le commerce itinérant

Payer le juste prix

Le medicament Mirapex provoque le jeu compulsif

Ressources protection du consommateur

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le métro de Paris

Le métro de Paris

Conférence en France no 13

J’ai eu la chance de me voyager avec le métro de New York. Je trouvais le système bien développé en comparaison avec celui de Montréal. Mais que dire en comparaison avec celui de Paris. Il y a tellement de voies différentes et de possibilités qu’il faut s’arrêter 10 minutes devant la carte pour déterminer le meilleur itinéraire pour se rendre. Et les choix sont multiples!

Parfois les itinéraires sont un peu bizaroïdes. Les lieux sont proches mais nous devons faire de grands détours pour y arriver. Parfois il serait peut-être plus simple d’y aller à pied.

Il y a des contrôles réguliers dans les métros de Paris. Ne perdez surtout pas votre ticket! Un contrôleur peut vous le demander sur le quai d’embarquement, vous devez le présenter pour sortir de la station…

Dans les métros, on y retrouve des gens qui vont quêter, d’autres qui jouent de la musique. Pas dans les corridors du métro comme à Montréal, mais dans les wagons. Certains vont crier leurs discours à un bout du wagon pour que tout le monde les entendent, ensuite ils se promènent d’un siège à l’autre en espérant obtenir quelques euros.

C’est bîn beau tout ça, mais je dois être honnête et vous conter quelques anecdotes. Comme le métro de New York vous pouvez prendre un métro à gauche ou un autre dans la voix de droite. Pour chacune de ces voix, 2 métros qui vont dans 2 directions différentes utilisent les mêmes voix. Des panneaux illuminent les stations qui seront couvertes par le métro qui entre en gare. Ça fonctionne presque tout le temps. Mais quand les petites lumières ne s’allument pas pantoute, t’as l’air fou. Je me ferme les yeux et décide de prendre la voix de droite. En voyant que j’attendais pour entrer dans le wagon, un passager qui en descendait m’avise que c’est le terminus pour celui-ci et que je ne peux pas y embarquer. Bîn merci monsieur, il ne me reste que 3 autres possibilités pour me rendre à destination.

Un train arrive maintenant sur l’autre voix. Au lieu de me fermer les yeux pour prendre la décision, je demande à un passager si ce train va bel et bien à Creuil. Il me fait signe que oui. Excellent, je ne me rends pas jusqu’à Creuil, ma station est à mi-chemin.

Évidemment, si les fameuses lumières avaient fait leur travail, j’aurais pu remarquer que ma station n’était pas allumé. Parce que la bonne direction ne va pas nécessairement à la bonne place. Je l’ai compris quand le métro a passé devant ma station sans s’arrêter. Je ne suis pas sûr s’ils appellent cela un Express ou encore un “direct en gare”, mais je ne me suis pas rendu à destination du premier coup.

Il faut être très vigilant quand on voyage dans le métro de Paris. D’une part, vous pouvez avoir un papier qui vous dit de descendre à la “Gare du Nord” pour vous apercevoir que la station est en réalité identifié “Paris Nord”. Et si vous pensez que les petites différentes ne sont pas toujours importantes, vous pouvez avoir 3 stations en ligne qui comporte des noms similaires, mais pas identique. Exemple “Porte de Bagnolet” et “Parc de Bagnolet”

Petit avis qui peut vous éviter de manquer une station ou d’avoir l’air d’un parfait touriste. Il y a une petite poignée ou un bouton sur chaque porte du métro, autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. C’est pour ouvrir la porte. Elles ne s’ouvrent pas d’office comme à Montréal.

La personne qui m’a vendu les billets le matin a eu beaucoup de difficultés à comprendre quel billet me vendre. Parce que lorsque vous voyagez dans la région de Paris, vous avez des tarifs pour chaque station que vous prenez. Elles sont identifiés sur votre billet. Un lecteur optique lit les informations pour s’assurer que vous avez payé suffisamment pour votre voyage.

Vous avez compris qu’on ne m’a pas vendu les bons billets. Cela veut donc dire que lorsque je veux sortir et que je met mon billet dans le lecture optique, il n’ouvre pas la porte et une lumière rouge avec un bruit particulier avise la sécurité que vous êtes en faute. Je suis chanceux, ce sont 2 jolies demoiselles bien polies qui viennent me gronder. Après m’avoir dit que j’avais un bel accent (parce que j’ai un accent moi!), elles ont tenté de me sécuriser et elles m’ont indiqué comment faire pour sortir.

Mais ce n’est pas terminé. Si le billet ne fonctionnait pas pour la sortie, j’aurais dû penser que le billet de retour ne fonctionnerait pas plus pour le départ après mes rendez-vous. Mais quand la lumière rouge s’est allumé avec le petit bruit spécifique, je n’ai pas eu la chance de revoir mes 2 jolies demoiselles. C’était un maître-chien avec un gros toutou avec de grosses dents. J’ai l’impression que Fido n’aime pas le bruit que fait les mauvais tickets. Parce qu’il me regardait avec un air pas très très compréhensif. Je me dirige donc vers le comptoir pour tenter d’expliquer mon problème à quelqu’un avant que Fido ne se décide à me faire la peau.

Evidemment, il faut attendre sont tour et que les 8 personnes devant moi terminent leurs transactions. J’avais beau tenter d’expliquer mon problème au préposé j’ai l’impression qu’il attendait que je me fatigue et que je finisse par lui demander combien coûtait un nouveau billet pour la bonne direction. Ce que je finis par faire.

Ces quelques mésaventures me mettent légèrement en retard. Je décide d’appeler Adrien sur son cellulaire pour qu’il ne s’inquiète pas trop. Bon en France, on ne peut pas mettre de pièces dans le téléphone. Il faut une carte de téléphone ou une carte de crédit. Bon il ne prenne pas Américain Express. Pas grave, j’ai aussi une master card. Elle est capricieuse. Certains lecteurs ont de la difficulté à lire son code magnétique. Aucun des 3 téléphones de cette station n’est capable de lire ma carte. Malgré mes cartes de crédit et l’argent comptant que j’ai, je ne peux faire l’appel. Me voici donc un SCF: un Sans Cellulaire Fixe. Je vais devoir quêter à l’entrée et demander aux gens: “Tu me prête ton cellulaire pour une minute?” Ayoye! Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire pour gagner sa vie!

Le lendemain, il m’est arrivé, encore une fois que mon billet de sortie ne fonctionne pas. Christine m’a donné la consigne: Passe par-dessus ou passe par-dessous, mais grouille avant que la sécurité n’arrive.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La vie parisienne

La vie parisienne

Conférence en France no 12

Malgré tout le stress que peut représenter la conduite automobile, j’ai trouvé que les gens étaient très polis au volant. La rage au volant du Québec n’est pas présente ici. Du moins je n’ai rien vu. On me dit pourtant que plusieurs conducteurs sont impolis en France. J’avais peut-être les yeux fermés trop souvent.

Une autre réalité m’a complètement traumatisé. Mon poids. Au Québec, je suis dans la moyenne. Un peu rond, mais sans plus. A Paris j’ai l’impression d’être un lutteur Japonais de Sumo. C’a m’a pris 4 jours avant de trouver un Français de mon poids. Et encore, il a fallu que je le trouve dans les campagnes de Bourgogne. Les Français ont une meilleure alimentation que les Québécois et cela paraît sur leur poids. Fruits, légumes et moins de fast-foods. La recette est facile. De plus, avec les difficultés de stationnement, les Français marchent plus, utilisent plus le vélo et le métro. Pas besoin de vous écrire un livre à 24,95$ qui va vous prendre 4 heures à lire, je vous ai résumé l’essentiel en 30 secondes. Je suis encore sous le choc de me sentir maintenant obèse.

Il y a des habitudes, des rituels qui ont ici leur importance. Chaque Français a sa boulangerie. Il y achète un pain de qualité tous les jours, à chaque jour. Petite anecdote sur ce point. Notre ami Kalunda se retrouvait en visite à Paris. Pour être gentil, il achète pour son hôte le pain pour éviter qu’il ait à sortir le lendemain matin pour aller le chercher. C’a n’a pas passé. Pantoute! L’hôte a gentiment jeté le pain à la poubelle en expliquant à Kalunda que le pain devait être frais du matin même et il est retourné en acheté un autre!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le vandalisme dans les transports en commun

Le vandalisme dans les transports en commun

Entrevue avec Serge Savard de la Société de Transport de Montréal

Martin Ouellet

Dossier : Graffiti

graffiti dans le metro de montreal

La Société de transport de Montréal (STM) consacre annuellement 1,3 million de dollars à l’enlèvement des graffitis dans son réseau. Ça peut sembler énorme et pourtant, c’est encore insuffisant. En effet, une évaluation faite en 1999 a révélé qu’il aurait coûté 5 millions pour nettoyer complètement l’intérieur de toutes les stations du métro de Montréal. C’est sans compter ce qu’il aurait fallu débourser pour remettre à neuf tous les autobus de la flotte, la surface extérieure des stations ainsi que les abribus…

Où frappent les vandales?

Le vandalisme est généralisé à l’ensemble du réseau. Même les œuvres d’art ne sont plus respectées par la nouvelle vague de graffiteurs, qui les trouvent démodées. Certains produits chimiques très puissants utilisés pour enlever les graffitis risquent de dégrader la surface des murales ou autres pièces de notre patrimoine artistique. À la station Snowdon, entre autres, les murales représentant les quatre saisons ont été très abîmées par l’enlèvement de graffitis à répétition.

Les conséquences?

Toute personne surprise à souiller une station de métro est passible d’une amende de 75 à 500$. Depuis peu, il faut savoir également que la STM poursuit systématiquement au civil les graffiteurs pris sur le fait pour leur réclamer le montant total qu’aura coûté la réparation de leur vandalisme.

Comment évaluer les coûts?

Pour déterminer à combien s’élève la facture pour les dommages subis, la Société de transport prend en considération différents facteurs: le type de matériel utilisé pour le graffiti, la nature de la surface à nettoyer multiplié par la superficie en pouces carrés et finalement le salaire de la main-d’œuvre chargée de l’effacement. Il existe d’autres pertes reliées au graffiti, impossibles à récupérer. Par exemple, lorsque des voitures de métro sont graffités, on les retire de la circulation jusqu’à ce qu’elles soient nettoyées ou repeintes, ce qui cause une perte de productivité.

Serge Savard affirme que les sommes réclamées par la STM aux vandales sont toujours évaluées de cette façon. Ceux qui prétendent que les chiffres sont gonflés font fausse route car la méthode de calcul est approuvée par l’industrie.

Verra-t-on la fin de la guerre au graffiti un jour?

«Depuis longtemps, notre objectif n’est pas d’éliminer le graffiti, ce qui est utopique, mais de le réduire. Il faut contenir le problème, ne pas laisser déborder la situation. Une grande partie de notre clientèle n’apprécie pas le graffiti et est intimidée par sa présence dans les transports. Cela donne l’impression que le ser-vice est négligé et ça crée un sentiment d’insécurité chez la population.»

La prévention?

La STM organise des activités de sensibilisation auprès des jeunes dans les milieux scolaires et produit des brochures pour respon-sabiliser les citoyens. La Société de transport a également des représentants qui siègent à la table de concertation Alliance Métropolitaine Graffiti et Affichage, où elle travaille en partenariat avec entre autres la Ville de Montréal et le Café-Graffiti.

Un message pour les graffiteurs?

«Vous faites partie de la société vous aussi, vous payez pour vos propres méfaits» «On ne porte pas de jugement artistique sur les graffitis. Si Picasso avait été surpris à peinturer sur les murs du métro, nous l’aurions arrêté. Il faut enlever les graffs, même si certains sont beaux. De tous temps, il y a eu des artistes incompris, rejetés. Ils n’ont pas nécessairement imposé leurs œuvres à tout le monde pour autant… Dites-vous bien que nous n’arrêterons jamais de nettoyer…»

Pour rejoindre le Café-Graffiti: (514) 259-6900

Autres textes sur le Graffiti:

Arpi: Muraliste et designer d’intérieur

Inauguration de la fresque de Fluke avec RFF

Vidéo murale graffiti pour l’agence de communication ID3 (idées aux Cubes)

Murale graffiti, animation de foule, peinture en direct, T-shirt

Mural de Michael Jackson au Festival de Jazz avec les graffiteurs Fluke et Omen

Mural graffiti en direct par Fluke

Fluke pour Oxygen

Video clip graffiti hiphop et breakdance gratuit

Projet graffiti pour Oakley

Graffiti calligraphie El Seed

Le mural Jean Talon

Rencontre avec Nawlz: Graffeur du monde

Breakdance, hip hop, rap, graffiti: présentation des artistes

Vandalisme au métro Sherbrooke: un graffiteur réagit

Québec et Gatineau en mettent plein les murs

Graffiteur recherché pour les tags dans le métro

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.