Culte de la vitesse sur son déclin

Exposition La vitesse et ses limites au Centre canadien d’architecture de Montréal

Culte de la vitesse sur son déclin

Paul-André Gilbert

(Agence Science-Presse) 

Cent ans après le Manifeste du futurisme, déclaration polémique chantant la modernité, peut-on dire que l’accélération de nos sociétés… ralentit? En lançant son exposition La vitesse et ses limites, le Centre canadien d’architecture veut nous faire réfléchir sur la place qu’occupe la vitesse dans notre société.

Depuis quelques années, des mouvements qui célèbrent la lenteur commencent à émerger. Par exemple, le «slowfood» cible la restauration rapide. On voit apparaître parmi les bestsellers des livres qui questionnent notre rapport à la vitesse. Ces manifestations tranchent avec l’accélération constante que notre monde a connue au cours du 20e siècle.

C’est ce paradoxe que l’Américain Jeffrey Schnapp, le commissaire de l’exposition, a voulu explorer. «Une ambivalence persiste même si notre quotidien continue d’accélérer d’une manière qui continue à définir notre identité et notre sens de la communauté».

L’exposition, présentée en collaboration avec la Wolfsonian-Florida International University et «conçue dans une optique plus critique que commémorative», est divisée en cinq pièces, qui ont chacune leur thème: la capture de mouvement, l’efficacité, la construction rapide, le corps et l’esprit, le rythme et le trafic.

M. Schnapp, directeur du Laboratoire des sciences humaines à l’Université Stanford et auteur de plusieurs autres expositions, a choisi ces thèmes pour éviter les icônes habituelles de la modernité. Au lieu de montrer des voitures rapides ou les robots d’une chaîne de montage, le commissaire s’est intéressé à des aspects du sujet qui passent souvent inaperçus, comme l’augmentation de l’efficacité dans les bureaux ou les cuisines occidentales. «Notre environnement a été tellement transformé pour permettre l’accélération de chaque élément de notre existence, que la vitesse est devenue aussi omniprésente qu’invisible», explique-t-il.

Vite, mais pas nécessairement bien

Ce qu’on découvre lorsqu’on se promène à travers les pièces, ce sont surtout des archives du 20e siècle qui nous rappellent notre rapport à la vitesse. Par exemple, dans la salle consacrée à la circulation automobile, on peut admirer des études sur les accidents. Notre obsession de la vitesse a un coût. Dans la pièce qui a pour thème l’efficacité, on voit l’évolution de nos cuisines et de nos espaces de travail à travers des photographies prises tout au long du siècle.

Il n’y a pas beaucoup de place pour la science dans La vitesse et ses limites. On y voit surtout des objets qui représentent l’évolution de la vitesse. On aurait pu penser qu’une plus grande place serait consacrée à l’environnement, car notre obsession de la vitesse, en particulier dans les transports, a un effet néfaste sur le futur de notre planète.

En faisant ressortir la vitesse comme mythe de la modernité, les organisateurs veulent marquer ce qu’ils considèrent être le début du déclin de l’ère de la rapidité. Pour Jeffrey Schnapp, la vitesse est en effet en train d’être remplacée comme mythe de la modernité.

Selon lui, le prochain mythe sera celui du développement durable. Le terme «durable», explique-t-il, est entré dans l’univers socio-culturel et n’a pas toujours des bases dans la réalité. Par exemple, les compagnies publicisent souvent leurs produits comme «biologiques» ou «verts», peu importe qu’ils le soient réellement.

Cela dit, pour M. Schnapp, notre obsession pour la vitesse ne disparaîtra pas… très vite. Il anticipe plutôt un monde où des univers rapides et lents vont se côtoyer pendant longtemps encore.

L’exposition se poursuit jusqu’au 8 novembre 2009

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Sainte-Justine a 100 ans (1907-2007)

SAINTE-JUSTINE A 100 ANS (1907-2007)

Bien plus qu’un hôpital pour enfants : une fenêtre sur l’histoire moderne du Québec

Luc Dupont                                            Dossier    Francophonie

Chaque mardi, au début du siècle à Montréal, à la rubrique des faits divers du journal La Patrie, il n’était pas rare de lire que trois, cinq ou six enfants – parfois même davantage – avaient dû être hospitalisés pour causes de brûlures graves sur tout ou une partie du corps.

Mais comment expliquer ce fait ? L’historienne Denyse Baillargeon raconte  » que les enfants étaient beaucoup moins surveillés par les parents à cette époque ; de même parce que le lundi était généralement jour de lessive dans les maisonnées, et qu’en y manipulant de pleine cuves d’eau très chaude, eh bien souvent, ce qui devait arriver… arrivait !  »

À tel point que lorsqu’on fait le tour des raisons qui mènent à l’hospitalisation des enfants à l’Hôpital Sainte-Justine dans les années 1920 et 1930, les brûlures et les fractures viennent en bonne place.

Professeure agrégée au département d’histoire de l’Université de Montréal, Madame Baillargeon en sait un bout sur le sujet puisqu’elle publie ces jours-ci, au Éditions du Boréal, un magnifique ouvrage relatant le centenaire, en cette année même, de l’Hôpital Sainte-Justine : Naître, vivre, grandir. Sainte-Justine, 1907-2007.

 
 

 

Les femmes fortes de Sainte-Justine

 

En feuilletant ce livre à l’iconographie très riche, on se rend compte, et rapidement, que l’histoire de cette institution hospitalière en est d’abord une de femmes. En fait, c’est l’histoire d’un noyau de grandes bourgeoises francophones qui inscrivent alors quelque chose d’unique dans les annales de l’histoire de la médecine canadienne en fondant et en dirigeant pendant près de 60 ans, de 1907 à 1963, une institution hospitalière.

C’est à Sainte-Justine qu’oeuvre au départ, Irma Levasseur (1877-1964), la première femme-médecin francophone de l’histoire québécoise. C’est elle qui sera la grande instigatrice de la création de Sainte-Justine, lorsqu’à son retour de St-Paul du Minnesota où elle avait été formée en médecine, elle plaide auprès de la grande bourgeoise qu’était Justine Lacoste-Beaubien (1877-1967) pour que le milieu francophone se dote d’un premier hôpital pour enfants.

 
 

 

Une fenêtre ouverte sur l’histoire sanitaire du Québec

 

 » Travailler à enrayer l’effroyable mortalité infantile qui, chaque année, décime d’une façon alarmante la population de notre ville « , voilà l’un des principaux buts de Sainte-Justine. C’est qu’à Montréal entre 1880 et 1920, un enfant sur quatre décède avant l’âge de 1 an ; pire encore, plus d’un bambin sur trois disparaît avant l’âge de cinq ans en raison d’un manque flagrant d’hygiène, une conséquence directe de l’industrialisation et de l’urbanisation massives de l’époque. C’est dans ce contexte que naissent les premiers hôpitaux destinés aux enfants.

 
 

 

Une fascination pour la modernité

 

Au cours de sa recherche sur l’histoire de l’Hôpital Sainte-Justine, l’auteure Denyse Baillargeon découvre à quel point les dirigeantes de Sainte-Justine, dès les premières années, sont stimulées par l’idée de modernité. Une fascination qui se maintient par la suite.  » Dès les années 1910 et 1920, raconte-t-elle, l’institution obtient son affiliation à la faculté de médecine de l’Université de Montréal et aux organismes de reconnaissance des hôpitaux, notamment au très prestigieux American College of Surgeon.  »

Durant les années 1930, les dames de Sainte-Justine initient ce qu’elles appellent le  » plan de quatre ans « . Ce plan consiste en une rétention volontaire de salaire (l’équivalent d’une rémunération différée) chez les médecins pour qu’ils aillent quelques années plus tard acquérir aux États-Unis et en Europe les précieuses spécialisations en pédiatrie. Selon Denyse Baillargeon,  » le plan de 4 ans montre très bien que Sainte-Justine prend de l’avance dans les années 1930 sur la réalité du médecin spécialiste qui ne va légalement prendre forme au Québec qu’à partir de 1944, au moment où le Collège royal des médecins du Canada en décide ainsi.  »

 » Difficile à préciser à quoi l’on peut attribuer cet attrait pour la modernité à Sainte-Justine, laisse tomber l’historienne après un temps de réflexion. Je suis amenée à penser que c’est vraisemblablement venu en réponse au fait que ces administratrices étaient conscientes qu’elles étaient des femmes évoluant dans un monde d’hommes, et qu’elles voulaient être prises au sérieux. C’était peut-être leur façon de dire : ‘Nous sommes des femmes, mais nous sommes – aussi – modernes !’  »

Lorsqu’il emménage en 1957 sur son site actuel de Côte Sainte-Catherine, Sainte-Justine participe de l’ère des grands hôpitaux modernes, passant alors de 300 à 800 lits.  » C’est vraiment dans la période 1930-1970 que l’on voit apparaître la pédiatrie moderne, poursuit l’historienne.  » C’est également durant ces années-là – et les antibiotiques y sont pour quelque chose – que les femmes vont se tourner en masse vers l’hôpital pour accoucher ; alors que 15 % seulement des femmes accouchent à l’hôpital dans le premier tiers du 20e siècle, elles seront 60 % en 1945 et 95 % en 1955. Un retournement complet en quelques décennies.

 
 

 

Vers un centre mère-enfant ultra-spécialisé

 

Sans la création du département d’obstétrique en 1928, Sainte-Justine n’aurait pu évoluer en ce centre mère-enfant si prestigieux et si distinctif qu’il est devenu aujourd’hui.  » Une date à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’institution « , note l’historienne.

Grâce à ce tournant pris au début de son histoire ou presque, Sainte-Justine, se retrouve en excellente position quand les nouveaux paradigmes de soins pédiatriques apparaissent à partir des années 1960 et 1970 : l’importance de tenir compte de la mère quand on traite l’enfant, le suivi et le concept des grossesses à risques, les prématurés, la transformation du fœtus en patient, bref tout ce qui compose la néonatalogie d’aujourd’hui.

La création en 1973 du Centre de recherche de Sainte-Justine fera le reste, les scientifiques montréalais projetant l’institution, que Justine Lacoste-Beaubien avait voulu tellement moderne, sur la scène internationale. L’hôpital y joue d’ailleurs aujourd’hui un important rôle, en étant notamment à la tête d’un Réseau mère-enfant déployé dans toute la francophonie.

 
 

 

La continuité féminine

 

En 1966, à 89 ans, un an avant sa mort, Justine Lacoste-Beaubien laisse le conseil d’administration qu’elle dirigeait depuis près de 60 ans. Mais l’  » esprit  » de Justine ne quitte pas pour autant les murs de l’institution de la Côte Sainte-Catherine… car des descendants de sa famille prennent aussitôt le relais ! Ainsi entre 1966 et 1980, le CA est présidée par Marcelle Hémond-Lacoste, sa nièce par alliance. Puis entre 1985 et 1994, ce sera au tour d’une seconde Justine Lacoste, une petite nièce de la première, de prendre les commandes ! L’histoire de Ste-Justine est bel et bien une histoire de femmes et une affaire de famille. Et on attend toujours… la suivante.

Autres textes sur la  Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.