Concert de piano 2009 au bénéfice de Reflet de Société

Concert de piano 2009 au bénéfice de Reflet de Société

concert Ginette Cyr-Charest et ses étudiants de piano classique organisent leur concert de fin d’année. Pour une 4e année consécutive, Ginette et ses étudiants en profitent pour que l’événement soit réalisé au bénéfice de notre organisme.

Je ne vous cacherai pas que ce concert me fait vivre beaucoup de choses. J’ai écrit une série de 7 billets sur ce que j’ai vécu avec le concert de l’an dernier. Danielle et moi avons bien hâte de revoir Ginette et Normand, tous les artistes qui ont travaillés fort toute l’année pour nous présenter ce spectacle de fin d’année ainsi que leurs parents et amis.

Ginette, appuyé par son conjoint Normand Charest lance cette invitation pour le concert bénéfice de dimanche:

Concert bénéfice du 7 juin prochain

 

C’est avec beaucoup de plaisir que ce concert se prépare. Nos pianistes se concentrent pour offrir le meilleur d’eux-mêmes. Il ne reste plus que quelques jours et nous serons tous ensemble à profiter d’un bel après-midi de musique.

 

Par ailleurs, pour apporter notre encouragement et notre appui à la cause que nous adoptons, je suggère, comme les années passées, que nous parlions de ce concert à notre entourage pour que de nombreux participants se joignent à nous. Ils découvriront de jeunes talents à l’avenir prometteur, et soutiendront en même temps les efforts des personnes qui se dévouent corps et âme pour contrer toutes les formes de décrochage chez les adolescents qui errent le long des rues.

 

Toutefois, afin de m’assurer qu’il y aura suffisamment de places, veuillez m’informer du nombre de personnes qui vous accompagneront. Le concert se tiendra à 14h30, au Centre communautaire, 31 rue Lorne à Saint-Lambert. Le stationnement et l’entrée sont à l’arrière.

 

Le coût d’entrée sera de 12 $ pour les adultes et de 10 $ pour les enfants. Tous pourront payer à l’entrée.

 

Ginette C.

Les places étant limitées. Laissez-moi un commentaire si vous voulez être présent, question de s’assurer de vous garder une place.

VOS COMMENTAIRES SUR LE CONCERT BÉNÉFICE DE PIANO CLASSIQUE.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,

Yannick Nézet-Séguin

Yannick Nézet-Séguin

Ces entrevues sont tirées de Debrouill’Art, numéro hors-série du magazine Les Débrouillards.

Propos recueillis par Julie Parent

Q. : Pourquoi la musique classique ne se démode-t-elle pas? OU: Pourquoi continue-t-on de jouer les œuvres des compositeurs comme Mozart ou Beethoven alors qu’on n’écoute plus nos chansons préférées de l’été dernier?

R. : Parce que ce sont des classiques, justement. Pense au Coke classique. Qu’est-ce qui fait que c’est une boisson classique par rapport au Coke cerise ou vanille ? C’est un goût qui traverse le temps.

Mozart et Beethoven aussi ont été à la mode à certains moments de leur vie… et à d’autres pas du tout ! Quand ils sont morts, on a même cessé de les jouer. Les années ont passé, puis on a redécouvert leurs œuvres. On a alors réalisé que certaines d’entre elles avaient une portée universelle. Ces pièces, qui nous  » parlent  » encore aujourd’hui, sont devenues des classiques.
C’est un peu la même chose avec la musique pop. Les Beatles ont été très à la mode dans les années 1960, puis la mode a passé. Maintenant, je pense qu’ils sont considérés comme un classique. L’être humain a besoin de recul pour voir ce qui va durer.

Enfin, il ne faut pas oublier que la musique classique est un héritage, tout comme la peinture, le théâtre, etc. On a la responsabilité de continuer à jouer ces grandes œuvres. Elles font partie de notre histoire et nous permettent de comprendre d’où vient la musique qui se fait aujourd’hui.

À 10 ans, Yannick Nézet-Séguin rêvait déjà de devenir chef d’orchestre. Grâce à son talent et à sa persévérance, il est aujourd’hui directeur artistique de l’Orchestre métropolitain du Grand Montréal. Mozart, Brahms et Beethoven n’ont plus de secrets pour lui… ou presque !

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Si Kimveer avait écouté du jazz ?

Si Kimveer avait écouté du jazz ?
écrit par Louise Girard, Vol 15-2, Décembre 2006

heavy metalLa bête a refait surface dans les médias en septembre dernier alors que Kimveer Gill a appuyé sur la gâchette en écoutant du heavy métal. Comme d’habitude, les médias ont parlé d’un des nôtres uniquement parce qu’il a fait un mauvais coup.

Oui, la communauté métal existe vraiment. Les amateurs de heavy métal se reconnaissent grâce à leur chevelure, à leurs t-shirts de groupes, à leurs logos, à leurs décorations argentées, aux crânes, flammes, serpents, araignées, chauves-souris, loups et aigles qui ornent leurs vêtements, puis aux tatouages qui décorent leur peau. Sur la planète métal, les frontières n’existent pas. Si bien qu’en voyageant de par le monde, d’une ville à une autre, ils finissent par se reconnaître et à se rassembler grâce à leurs affinités. Or, l’habit du métalleux typique est seulement une carapace. Ce qui unit ces personnes, c’est d’abord l’amour de la musique.

Une musique sous-estimée

Le heavy métal est une musique variée, technique et, pour plusieurs, incompréhensible! Que du bruit, disent souvent les non-initiés! Et, pourtant, le talent et la dextérité de plusieurs musiciens métal est comparable au génie des musiciens classiques et jazz. Les amateurs, quant à eux, sont des mélomanes, des collectionneurs, des mordus! Eux-mêmes, ils sont musiciens, artistes et écrivains dans leurs passe-temps. Ce sont des passionnés.

Les fans de métal sont rarement seulement des fans. Ils sont souvent dans un groupe ou bien ils sont impliqués dans une émission de radio, un webzine, organisent des spectacles, créent des courts métrages, dessinent. Ils rêvent de vivre dans le monde du rock comme leurs idoles. J’invite d’ailleurs tous les curieux à visionner le documentaire Metal — A Headbanger’s Journey, de l’anthropologue et fan de métal, Sam Dunn, qui offre un reflet réaliste et honnête de notre mode de vie.

Les pochettes des albums métal sont parfois de style gore et sanglant. Souvent, ces images ne sont que des dessins de nos peurs ou des caricatures de notre société dans la même veine que les films d’horreur.

Vous voulez voir du gore? La une de La Presse était bien plus dégueulasse le matin du 14 septembre, surtout pour déjeuner! Elle était vraie, la photo de cet enfant qui gisait dans son sang, en plein milieu du boulevard Maisonneuve à Montréal. En vente dans tous les bons dépanneurs!

Rarement, des experts du style écrivent et commentent l’actualité métal dans les médias de masse. Alors, un lot de clichés reviennent toujours. Les médias ne devraient pas chercher à nous comprendre, mais simplement essayer de nous connaître. Nous sommes des êtres humains à part entière. Pas plus fous, pas plus bêtes, pas plus sombres… peut-être juste un peu plus réalistes.
Il n’est pas normal que les journaux artistiques rapportent chaque escale de Dobacaracol en France, alors que personne n’est là pour mentionner que Neuraxis a joué au Japon et que Cryptopsy revient d’une tournée européenne! Les groupes québécois se font remarquer actuellement et se font même signer sur des étiquettes de disques étrangères. La scène locale est plus en santé que jamais!

La musique métal comprend plusieurs sous-genres, ce qui prouve qu’il y en a pour tous les goûts: le power métal, le black, le death, le grind, le thrash, etc. Ils ont tous leurs particularités, tant par rapport à leurs textes, à leur look, qu’aux instruments utilisés. Les formations varient entre le traditionnel quatuor (chanteur, batteur, guitariste, bassiste) et le grand orchestre (opéra avec violon, piano, accordéon, guimbarde, etc.).

louise girard

Trame sonore quotidienne

Revenons à Kimveer… Dans les jours qui ont suivi sa mort, les médias ont tout de suite trouvé le filon: il écoutait du métal! Les médias ont donc parlé des goûts musicaux de ce disjoncté et ils ont aussi mentionné qu’il aimait bien le coca-cola… A-t-on fait un lien entre la noirceur de ce breuvage et les actes qu’il a commis? Un coup parti, il auraient pu indiquer quelle était le type de détergeant qu’il utilisait pour nettoyer son linge noir!
Oui, j’ai déjà fredonné les paroles de la chanson «À tout le Monde», de Megadeth, avec cette envie d’en finir avec une situation de ma vie personnelle, mais aussi après avoir réussi à me libérer d’un fardeau, une larme de satisfaction au bord de l’œil. Souhaiter la mort, c’est seulement souhaiter la mort d’un aspect de notre vie, de notre condition… Ce n’est pas littéralement de mettre fin à la vie. Quand la mort sonne à notre porte, c’est le temps des changements! Je crois qu’il faut alors se donner le droit, en tant qu’être humain, d’être en constante mutation, en constante évolution, d’être à l’écoute de nous.

Combien de femmes ont pleuré en écoutant «Hélène» de Roch Voisine? Qu’est-ce que George Bush écoute avant d’envoyer les soldats au front? Quels étaient les goûts musicaux de Marc Lépine? Le père de famille sans histoire qui, du jour au lendemain, décime sa famille au complet, écoutait-il Cité Rock Détente au boulot? D’un côté plus positif, est-ce qu’on sait ce que fredonnent Tiger Woods et Saku Koivu en jouant à leur sport favori? Les effets de la musique sont multiples, mais, personnellement, je crois que c’est la condition de chacun qui pousse à appuyer sur «play». La musique est énergie, mouvement, libération, introspection… Ce qui me choque, c’est que, si Kimveer avait écouté du jazz, jamais les médias n’auraient parlé de ses goûts musicaux. Le heavy métal est une musique comme les autres, de la création, un exutoire.

L’auteure est la fondatrice du magazine
Sang Frais (www.sangfrais.com).

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.


Festival Orgue et Couleurs; Quand le Hip Hop rencontre le classique

Festival Orgue et Couleurs; Quand le Hip Hop rencontre le classique

Première rencontre des artistes underground et des artistes classiques du Festival Orgue et Couleurs. Merveilleuse rencontre. Grande ouverture d’esprit des deux côtés de la culture. En peu de temps, les artistes de deux mondes différents ont réussi à se créer une complicité pour cet événement des plus original. Rassurant, parce qu’avant cette rencontre, plusieurs commençaient à stresser et à souffrir d’insomnie.

L’originalité de l’événement est attrayant et suscite des débats. Cet événement fait déjà grandement parler de lui. L’actualité, Voir, La Presse, Métro, Radio-Canada (autant la radio que la télévision), Télé-Québec… Les médias ne cessent de demander des entrevues et de rencontrer les artistes qui participeront à ce spectacle.

Même l’église St-Nom-de-Jésus change de couleurs. Pendant toute la durée du Festival Orgues et Couleurs, elle sera habillé par les toiles des meilleurs graffiteurs de Montréal; Zylon, Timer, Back 175, Rodz One, Monke-1, Zeck, Arpi… Ils seront plus d’une trentaine à exposer leurs oeuvres et à les faire découvrir à un nouveau public.

Une seule représentation pour 2006. Mais des idées pleins la tête pour les organisateurs pour 2007 et 2008. Les billets sont disponibles au (514) 256-9000 ou par Internet www.journaldelarue.com

Pour rejoindre le Café-Graffiti: (514) 259-6900

Un spectacle bénéfice pour le Café-Graffiti qui ne devrait laisser personne indifférent.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.