Le Parlement canadien en faveur d’une position forte à Copenhague

Le Parlement canadien en faveur d’une position forte à Copenhague

Dossier Équiterre

Ottawa, le 24 novembre 2009 – Le Parlement canadien a envoyé un message clair pour indiquer son désaccord avec la stratégie du gouvernement fédéral minoritaire actuel en matière de changements climatiques. Lors d’un vote qui a eu lieu aujourd’hui portant sur une motion du Bloc Québécois, visant à prendre une position plus ambitieuse dans le cadre du Sommet des Nations Unies sur les changements climatiques à Copenhague, les trois partis de l’opposition ont voté en faveur de la motion, avec un vote de 137 pour à 124 contre.

Ce résultat arrive moins d’une semaine après la divulgation d’un sondage qui révèle que plus de 75% des Canadiennes et Canadiens sont embarrassés par le manque de leadership du gouvernement actuel relativement aux changements climatiques.

«Le gouvernement fédéral doit prendre en considération cette motion s’il veut affirmer qu’il représente les Canadiennes et les Canadiens à Copenhague», affirme Graham Saul de Réseau action climat Canada. «La majorité de la Chambre des communes croit que nous devons prendre des mesures plus musclées sur les changements climatiques, ce qui correspond à la pensée de la majorité des Canadiennes et des Canadiens qui sont du même avis.»

La motion du Bloc recommande que le Canada se rende à Copenhague avec une position qui englobe les trois points suivants:

1. La diminution de 25% en cible absolue des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990 d’ici 2020.

2. La nécessité de limiter la hausse des températures de la planète en deçà de 2°C par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle.

3. L’appui aux pays en développement dans leurs efforts de réduction de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques.

Ces trois éléments intégrés dans le mandat de négociation des représentants officiels du gouvernement changeraient considérablement la perception mondiale où le Canada est perçu comme un frein à l’avancée des pourparlers.

«Avec seulement quelques semaines à faire, ce vote rappelle au monde qu’il y a du leadership au Canada de la part de la majorité de nos députés et qu’ils comprennent l’importance du prochain sommet sur les changements climatiques», selon Steven Guilbeault d’Équiterre. «Nous devons rappeler à notre gouvernement actuel que son travail consiste à nous représenter, et qu’il a l’obligation d’écouter. Il est possible de conclure un accord juste, ambitieux et ayant force de loi à Copenhague, et notre gouvernement a l’obligation morale de démontrer qu’il souhaite y parvenir.»

Du 7 au 18 décembre, tous les yeux seront rivés sur Copenhague alors que plus de 60 chefs d’États seront réunis à Copenhague afin d’en arriver à un accord.

Jusqu’à maintenant, le premier ministre Harper affirme qu’il n’assistera pas aux négociations.

PUBLICITÉ

Concert bénéfice pour le Café-Graffiti

orchestre-symphonique-pop-de-montreal-concert-benefice 50 musiciens de l’Orchestre symphonique pop de Montréal nous présenteront un répertoire de musique de films tels que Spiderman, Mission Impossible, James Bond… Sept danseurs de Breakdance seront présents sur scène avec l’orchestre symphonique. Le 28 novembre à 19:30 heures à l’Église St-Jean-Baptiste.

Pour le prix d’un spectacle, vous soutenez un organisme jeune, intense et dynamique. Pour l’achet de vos billets du Concerto aHÉROSol, par téléphone au (514) 256-9000, sur le site Internet de l’organisme ou encore sur le Réseau Admission.Pour plus d’informations sur le concerto en aHÉROSol de l’Orchestre symphonique pop de Montréal.

Aux claviers, citoyens!

77e congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir

Aux claviers, citoyens!

Julie Picard                Dossier  Francophonie 

(Agence Science-Presse) – Fini le temps où le monde médiatique n’était réservé qu’aux communicateurs et aux journalistes patentés! Désormais, tout un chacun peut s’improviser journaliste d’un jour grâce au journalisme citoyen sur le web. Et Samia Mihoub, chercheuse à l’École des médias de l’UQAM, avance même que cette forme de journalisme devrait être prise en considération par les journalistes professionnels!

«Il y a une complémentarité à construire et à chercher entre journalistes amateurs et professionnels», précise la chercheuse lors d’une conférence prononcée cette semaine au congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) à Ottawa. D’un côté, le citoyen fait preuve d’un certain recul que le journaliste professionnel n’a pas devant des événements. De l’autre, les journalistes maîtrisent cette déontologie propre à la profession que le citoyen ne connaît pas bien, nuance-t-elle.

Journalisme citoyen, un concurrent utile

La pratique d’un journalisme alternatif n’est pas nouvelle. «Il y a toujours eu des médias qui revendiquaient une indépendance vis-à-vis les médias traditionnels. Cela s’inscrit dans la logique de la professionnalisation.» La différence aujourd’hui, c’est que les outils et le support technologiques sont plus efficaces et assurent une meilleure visibilité. Le phénomène du journalisme citoyen, soit la production et la diffusion d’informations par des utilisateurs du web, prend ainsi de l’ampleur.

Et, selon elle, ce type de journalisme parallèle est profitable aux grandes entreprises de presse. «Le journalisme citoyen permet aux médias de masse de réaliser qu’il y a un problème, qu’ils ont failli à leur mission d’informer. Ils se rendent compte de la crise de confiance à laquelle ils font face. Ils ne peuvent plus fermer les yeux.» En effet, la logique marchande qui prévaut dans le monde des médias dérange de plus en plus les citoyens. «Le public n’est pas dupe. Il sait faire la différence entre une information neutre et objective et une qui ne l’est pas.»

Un avenir à encadrer

Même si l’objectif des médias alternatifs est de parler d’événements qui ne sont pas traités dans les médias traditionnels, la tâche reste ardue. D’après les observations préliminaires de Samia Mihoub, «la révolution est lente à venir et les médias de masse restent dépositaires de l’ordre du jour», de la hiérarchisation des nouvelles.

Est-ce alors que le journalisme citoyen est l’avenir du journalisme? Pourrait-on même aller jusqu’à dire qu’il remplacera le journalisme traditionnel? «On ne peut pas trancher tout de suite.» La chercheuse ne croit cependant pas que l’un remplacera l’autre, mais qu’un plus grand enchevêtrement entre les deux apparaîtra. «Mais le journalisme citoyen pourrait aussi disparaître! On ne sait pas! C’est ce qui rend le sujet passionnant.»

Chose certaine, la montée en popularité du journalisme citoyen nécessite qu’un cadre éthique et une réglementation soient établis pour baliser la pratique, comme le souligne Samia Mihoub. Et c’est déjà commencé! Le média citoyen européen AgoraVox, par exemple, est maintenant doté d’une politique éditoriale et d’une charte de rédaction pour justifier la sélection des articles mis en ligne. Quant à l’hostilité jadis forte entre journalistes professionnels et amateurs, elle commence à s’estomper. «Les uns se rendent compte qu’ils ont besoin des autres.» La méfiance fait place à la collaboration.

Autres textes sur la  Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

PUBLICITÉ

show_image Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: www.refletdesociete.com
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Équiterre et 200 cyclistes à la Colline parlementaire

Équiterre et 200 cyclistes à la Colline parlementaire

Cyclistes_Ottawaweb
Ottawa, le 7 août 2009 – Les 200 cyclistes de la randonnée à vélo «Libre comme l’air» d’Équiterre se sont arrêtés à la Colline Parlementaire d’Ottawa aujourd’hui pour une séance d’interprétation bien spéciale. Sidney Ribaux, coordonnateur général d’Équiterre, s’est improvisé guide touristique pour l’occasion, et a présenté aux cyclistes ce point d’intérêt touristique et historique, pourtant dépourvu d’intérêt environnemental grâce aux politiques gouvernementales de l’équipe de M. Harper.

«Habituellement, dans le cadre de cette randonnée, nous découvrons des acteurs locaux qui travaillent en faveur du développement durable. Nous avons décidé de profiter de notre passage dans la région pour faire une exception et faire découvrir aux cyclistes un endroit où la lutte contre les changements climatiques et la protection de l’environnement sont bien loin d’être des priorités par le gouvernement en place», explique Sidney Ribaux.

En effet, bien qu’une loi régissant les émissions de gaz à effet de serre existe au pays, elle n’est pas appliquée, voire ignorée par le premier ministre et son équipe. Le Canada a maintenant pris la place des États-Unis à titre de mouton noir au sein de la communauté internationale sur les enjeux climatiques, en adoptant des positions négatives et en ralentissant les efforts mondiaux face à la lutte contre les changements climatiques. «Le Canada est maintenant une espèce rare, et on l’espère en voie de disparition, puisqu’il est l?un des seuls pays industrialisés dont les objectifs de réduction de GES pour la période post-2012 ne permettront pas d?éviter le seuil critique de réchauffement de la planète promulgué par la science, soit deux degrés Celsius», ajoute M. Ribaux.

Ainsi, en vue de la conférence des Nations Unies sur le climat à Copenhague en décembre prochain, les cyclistes ont profité de leur présence pour rappeler l’urgence d’agir en matière de changements climatiques en actionnant symboliquement leur sonnette devant le Parlement du Canada.

Équiterre en a profité pour réitérer ses demandes au gouvernement du Canada pour réglementer les grands émetteurs de gaz à effet de serre, dont les producteurs de sables bitumineux et les centrales thermiques, et pour investir dans les infrastructures vertes.

Les cyclistes poursuivent maintenant leur périple de près de 200 km qui leur fera découvrir la région de l’Outaouais, tout en passant des vacances écologiques et carboneutres.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

show_imageCA6F0NF7 CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: cafegraffiti.net
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Changements climatiques: l’action des gouvernements

Changements climatiques: l’action des gouvernements

Montréal, le 12 mai 2009 – Équiterre tient à saluer le dépôt du projet de loi sur les changements climatiques de la ministre Line Beauchamp qui prévoit la mise sur pied d’une bourse sur le carbone au Québec. Ce faisant, Québec devance le gouvernement fédéral alors que ce dernier n’a toujours aucune règlementation en matière de lutte aux changements climatiques et maintient sa performance accablante.

Québec

Le système de plafond et échange que le gouvernement du Québec entend mettre en place utilisera 1990 comme année de référence, comme le prévoit le Protocole de Kyoto. Comme il sera basé sur la réduction absolue des émissions de gaz à effet de serre (contrairement à Ottawa qui entend utiliser une approche basée sur la réduction de l’intensité des émissions), ce projet de loi ouvre la porte pour que le Québec puisse participer à un programme d’échanges de crédits de carbone avec d’autres états et provinces.

Pour Steven Guilbeault d’Équiterre, «le projet de loi déposé aujourd’hui représente une autre étape importante pour le Québec dans la lutte aux changements climatiques. Avec ce projet de loi, le Québec fait preuve, une fois de plus, d’un grand leadership».

Le secteur des transports demeure toutefois un défi important pour le Québec. «Il est illogique de continuer à développer le réseau routier et autoroutier d’un côté et de chercher à diminuer nos émissions de GES de l’autre. C’est faire une chose et son contraire», explique M. Guilbeault.

Ottawa

Le projet de loi de la ministre Line Beauchamp arrive au moment où le Commissaire à l’environnement du gouvernement fédéral rend public un rapport accablant sur le non-respect par le gouvernement de Stephen Harper, de la loi l’obligeant à mettre en œuvre le Protocole de Kyoto.

On nous apprenait également hier que le gouvernement Harper vient de procéder à une série de nominations de sceptiques face aux changements climatiques à des postes clés au niveau de l’appareil gouvernemental fédéral. Cela démontre une fois de plus que tout le discours fédéral en matière de lutte aux changements climatiques est vide de sens.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Stanley Vollant, médecin Innu de Betsiamites

docteur_noir_blc72 Stanley Vollant, médecin Innu de Betsiamites

Luc Dupont Dossier Autochtone

Parce qu’il n’y avait pas d’école secondaire dans son village autochtone de Betsiamites, Stanley Vollant, comme bien des jeunes Innus, a dû s’expatrier au «Sud» à l’âge de 12 ans pour poursuivre ses études. Il s’est alors dirigé vers Québec où il avait une tante qui l’a mis en pension au village de Wendake et inscrit en secondaire 1 à la Polyvalente de Loretteville. Les sarcasmes et les moqueries des autres élèves à son endroit ne furent pas longs à se faire entendre: «Ah, ah, ah, regarde le p’tit kawish… KAAAA-WISH ! KAAAA-WISH!»…

«Je me faisais traité de kawish – de p’tit sauvage – à cause de la couleur de ma peau, se rappelle Stanley. J’avais un gros accent innu, on me disait que je parlais drôle. Ça a été dur à supporter. J’ai souffert de solitude. Je me réfugiais dans mon lit sous mes couvertures, avec une petite radio, pour oublier mes peines.»
Deux fois par mois, et pendant les vacances de Noël ou d’été, Stanley revenait passer du temps dans sa communauté d’origine, sans réussir pour autant à échapper au même enfer qu’il subissait à l’école. Car, là aussi, on s’était mis à lui «pitcher» des injures par la tête: «R’garde-toé l’traître… maudit traître, t’es rien qu’une pomme!», lui criait-on.

Ses «anciens» amis n’avaient pas digéré qu’il aille étudier à Québec plutôt qu’à Baie-Comeau, comme la plupart des adolescents innus qui s’expatrient. En le traitant de «pomme», ils lui signifiaient par là que même si sa peau d’autochtone est «rouge», en dedans il était devenu «blanc» à l’intérieur, donc qu’il avait trahi ses racines.

Naître d’une sauvagesse

Le moins que l’on puisse dire c’est que le petit Stanley ne l’a pas eu facile. Il est né en 1965 à Québec dans une «crèche» – une espèce de centre d’accueil – d’une mère de 19 ans et d’un père inconnu.

À l’âge de deux jours, il est enlevé des bras de sa mère et mis en adoption. «C’est ce qu’on faisait à l’époque avec les enfants illégitimes, à plus forte raison si ces enfants étaient nés d’une sauvagesse comme on appelait alors ma mère», raconte-t-il.

Fort heureusement, le grand-père de Stanley ne l’a pas accepté et il s’est fâché tout noir. Il a emprunté de l’argent à la Compagnie de la Baie d’Hudson et s’est rendu en avion à Québec où il a annoncé aux autorités en place qu’il était tout disposé à signer les papiers qu’il fallait pour ramener l’enfant dans son village natal. Car c’est lui, désormais, qui serait son «père».

Cours d’anatomie en plein air

Dès ce moment et jusqu’à son départ pour Québec, Stanley Vollant a vécu dans les bois de la Côte-Nord avec ses grands-parents. Comme tous les enfants innus, il a appris à pêcher, à trapper et à chasser. Mais plus encore, très jeune, on lui a enseigné, avec des couteaux tranchants, à dépecer les animaux sans endommager leur fourrure. Il en a gardé une habileté manuelle stupéfiante qui ne sera d’ailleurs pas étrangère à son désir de devenir chirurgien.

«À chaque fois qu’on ouvrait un castor, ou un ours ou un autre animal, mon grand-père me disait: «Ça c’est le cœur, ça c’est le foie, ça, les reins, ça les poumons’, dit-il. Si bien que quand je suis arrivé plus tard dans mes cours d’anatomie à la Faculté de médecine, je n’ai eu qu’à transposer mes connaissances de l’animal à l’humain: j’avais déjà une longueur d’avance sur les autres!»

Mais comment le garçon, qui se faisait écœurer sans bons sens à la polyvalente, a-t’il pu non seulement s’en sortir, mais aussi devenir médecin ? Tout simplement à cause de sa première «paire» de lunettes…

«Jusqu’en secondaire 2, je n’étais pas bon à l’école, poursuit-il. Je m’asseyais tout seul dans le fond de la classe et je ne voyais plus rien au tableau… Je pensais que c’était normal,  jusqu’à ce que ma tante m’envoie passer un examen de la vue et qu’on réalise que j’étais myope.»

Dès lors, la vie de Stanley change radicalement. Il a commencé à jouer au hockey, s’est fait quelques amis et, surtout – surtout! – grâce à ses lunettes, il a pu laisser éclater son immense talent pour les études. Au cours des trois dernières années de son secondaire, il obtint non seulement les plus hautes notes de sa classe mais se classa également parmi les trois meilleurs élèves de la polyvalente. «J’allais leur prouver qu’un autochtone peut faire autre chose que jouer au bingo et recevoir le bien-être social», m’a-t-il dit en me regardant droit dans les yeux.

Après avoir rêvé d’être archéologue, ingénieur de barrage, puis pilote d’avion, il fixa son choix sur la carrière de chirurgien. «Chirurgien parce que j’avais commencé jeune, à la chasse, à aimer le travail manuel; chirurgien aussi parce que je voulais un métier où je pourrais prendre des décisions importantes: par exemple, quand le sang gicle, on ne se pose pas de question, on doit suturer la plaie au plus vite!»

Devenir médecin autochtone?

Il s’est passé 14 ans déjà depuis que le docteur Vollant a acquis son diplôme de chirurgien. Aujourd’hui, il partage son temps entre l’enseignement à l’Université d’Ottawa, sa pratique en laparoscopie (une technique chirurgicale non invasive) à l’Hôpital Montfort d’Ottawa, et son engagement en faveur des autochtones. À l’Université d’Ottawa, il est responsable du Programme autochtone dont l’objectif est de favoriser l’inscription de jeunes autochtones en médecine. Chaque année, la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa réserve huit places à des étudiants autochtones afin de faire augmenter leur nombre au pays.

Un Innu à Compostelle

Au mois d’avril dernier, le docteur Vollant a tenu un blogue où il témoignait, au jour le jour, d’une aventure extrêmement marquante pour lui: une «petite excursion» de 800 km dans les Pyrénées françaises et espagnoles. Il a marché sur le chemin de Compostelle, une vieille route qu’empruntent à pied depuis des siècles des hommes et des femmes désireux de vivre une expérience spirituelle.

Un jour, alors qu’il était très fatigué, il s’est mis à fixer ses pieds tout en marchant. Et, soudain, il eut une étrange vision: «J’ai vu non plus mes pieds d’adulte, dit-il, mais mes pieds d’enfant… les petits pieds que j’avais lorsque je marchais à la chasse, dans le bois, avec mon grand-père. J’ai alors senti autour de moi une présence. Même s’il est mort depuis longtemps (en 1982), j’ai senti qu’il était là pour me soutenir, comme il l’avait fait lorsque j’avais deux jours et qu’il était venu de Betsiamites en avion pour m’aider à commencer ma vie. «Tschima utshi, nikan nantem itete mium tshemushunnut ka aitet! Sois fort et va de l’avant, comme l’ont toujours fait nos grand-pères!»

On peut en apprendre davantage sur le Programme autochtone en communiquant avec l’Université d’Ottawa: autochtone@uottawa.ca  (613) 562-5800 poste 8657.

Petits repères

Les Innus, appelés aussi Montagnais, sont l’une des 11 nations autochtones du Québec.
L’innu, langue amérindienne appartient à la famille linguistique algonquienne.
Betsiamites, village innu de 1442 habitants, situé à 50 km en amont de Baie-Comeau. Dans tout le Québec, on compte 54 villages autochtones pour un total de 108 425 individus. (Statistique Canada, 2006)

Autres textes sur Autochtone

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Montréal – Ottawa

Montréal – Ottawa

Vancouver chapitre 4                         Dossier Ville de Vancouver, Francophonie

Bìn oui, je suis cheap. Des vacances avec des billets d’avion acheté avec des points aéroplan. C’est évident qu’avec Aéroplan, les vols directs sont assez rares. 2 arrêts pour se rendre à Vancouver. Le premier, après 12 minutes de vol, Ottawa. Le 2e arrêt, 55 minutes de vol, Toronto. Finalement, 5 heures de vol nous permettront d’atteindre Vancouver.

Parti à 10:00 ce matin de Pointe-aux-Trembles, je ne vais quitter Ottawa qu’à 15:00! Ça n’avance pas vite. On est en avion et on a mis 5 heures pour faire une distance qui aurait pris 1 heure trente en automobile! Mais ce n’est pas important, Danielle et moi sommes en vacances. On n’est pas pressé quand on est en vacances.

Pour le premier vol de 12 minutes, nous n’avons même pas eu le droit à des peanuts! Moi qui suis en régime de peanut depuis déjà un mois. Je fantasmais sur les quelques peanuts que j’espérais recevoir. Peut-être pour le prochain vol. Air Canada a 3 chances pour satisfaire mon goût de peanut.

Vous trouvez que je suis chiauleux et que quelques vulgaires peanuts ne méritent pas tant de place dans mon blogue. Écoutez, cela fait maintenant 3 heures que j’ai arrêté de fumer, je viens de manger un pointe de pizza et je n’ai pas de patch!!! Quelques peanut aurait été bonne pour me calmer les nerfs.

Bon on nous appelle pour l’embarquement. Direction Toronto. Je vous quitte momentanément et on se revoit plus tard.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

Autres textes sur la Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Recherché: prostituées ayant couché avec politiciens de Québec ou Ottawa

Recherché: prostituées ayant couché avec politiciens de Québec ou Ottawa

Raymond Viger              Dossier Journal de MontréalProstitution  et Sexualité. Suite au scandale américain du gouverneur démocrate de New-York Eliot Spitzer qui s’est fait prendre avec la prostituée de luxe Ashley Alexandra Dupre, le Journal de Montréal, sous la plume de Mathieu Bélanger, nous présente l’hypothèse qu’il y aurait à Ottawa un scandale sexuel qui se trame.

Plusieurs agences d’escortes de la région d’Ottawa-Gatineau ont été contacté pour confirmer que certains politiciens fédéraux jouent avec le feu.

Depuis quelques années, dans mes écrits je vous parle d’une prostituée à 4 000$ pour un week-end qui a eu des relations avec des politiciens. L’heure est maintenant venu d’aller un peu plus loin dans la présentation de cette prostituée et de son réseau de clients politiciens.

Reflet de Société prépare pour son numéro de juin un reportage sur l’inceste et la prostitution. Il y sera question d’un des réseaux de prostitution impliqués avec des politiciens provinciaux et fédéraux.

Un reportage qui saura attirer l’attention. En attendant, est-ce que le Journal de Montréal va déguiser Brigitte McCan en prostituée pour tenter de prendre sur le fait l’un de nos politiciens?

Autres textes sur Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.