Réchauffement climatique, météo et foudre au Brésil

Réchauffement climatique, météo et foudre au Brésil

Marc Gallichan, Agence Science Presse, dossier réchauffement de la planète.

SÃO PAULO — Le Brésil se targue de ne pas avoir de volcans actifs, ni d’être sur la trajectoire des ouragans et d’avoir rarement des tremblements de terre. Il y a toutefois un phénomène qui le touche avec une fréquence dévastatrice : la 807670_lightning foudre. Le Brésil est le pays qui est le plus frappé par les éclairs au monde. Par an, 50 millions l’atteignent, soit environ 7 par km2, soit sept fois plus qu’au Canada.

Ce phénomène trouve son explication dans l’étendue de son territoire, les conditions climatiques et l’absence de grandes élévations. « Le Brésil est le plus vaste pays tropical de la planète et la chaleur est l’énergie principale pour la formation de tempêtes », explique Osmar Pinto, coordonnateur du Groupe électricité atmosphérique (ELAT) de l’Institut brésilien de recherche spatiale. Cette équipe de recherche étudie les causes et les effets des éclairs, utilisant différents instruments tels un réseau de capteurs de localisation d’éclairs et des caméras, captant des images, à haute vitesse.

Cette abondance de décharges électriques a bien sûr ses conséquences. La foudre tue chaque année plus de 80 personnes et coûte 500 millions de dollars en dommages à la nation brésilienne. Étudier les éclairs permet alors « de développer de nouveaux systèmes de surveillance et d’alerte pour minimiser les dégâts lors d’orages », commente M. Pinto. Si les régions chaudes ont plus de tempêtes que les tempérées — comme au Canada —, tout porte cependant à croire, selon M. Pinto, que la hausse des températures — contribuant à une plus grande évaporation de l’eau, matière première de la formation de nuages dont les cumulo-nimbus, véritables fabriques à tempêtes — augmenterait du même coup le nombre d’éclairs.

Les premiers résultats d’une étude de l’Université de Princeton corroborent d’ailleurs des évidences déjà observées par l’ELAT. Dans les centres urbains, on note une tendance à un bond des attaques de foudre en comparaison aux zones rurales. Le vilain, suspecte M. Pinto, est l’effet connu sous le nom d’île de chaleur causé par les édifices, l’asphalte, mais aussi la pollution.

« L’action humaine serait, par exemple, responsable de la hausse de 15% des éclairs à São Paulo », fait remarquer le chercheur qui s’apprête à publier un travail sur l’influence du climat et des éclairs. Autre constat: lors des journées moins polluées, notamment les fins de semaine, le tonnerre et les éclairs diminuent dans la mégalopole. Cela laisse présumer, conclut-il, que ce phénomène augmentera possiblement avec le réchauffement climatique. Le Brésil n’a donc pas fini de se faire bombarder!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Grano de Oro au Costa Rica: un autre mode de vie autochtone

Grano de Oro au Costa Rica: un autre mode de vie autochtone

(Agence Science-Presse) Notre séjour à Turrialba est maintenant terminé. Nous nous retrouvons aujourd’hui plus à l´Ouest du pays, pas très loin de la région où l´ouragan Alma a fait un ravage de ça quelques jours et inondé la région du Guanacaste. Avec le soleil qui plombe, j´ai confiance pour les Ticos que la situation va se rétablir.

La matière à réflexion en ce moment surpasse mes capacités à compacter le tout sur une page de blogue… Je me concentrerai donc sur une visite particulière mercredi et jeudi passés, lorsque je me suis retrouvé dans une réserve indigène, à Grano de Oro plus précisément. Le sujet des indigènes intéresse Monica, une des stagiaires. Je l´ai accompagnée dans son aventure là-bas.

La réserve que nous avons visitée est de loin différente de ce que nous pouvons retrouver au Québec. Pour nous rendre là-bas, nous avons du parcourir des kilomètres sur des routes de terre, s´enfoncer dans une jungle dense et braver la pluie. Nous avions comme guide un jeune homme de 14 ans dénommé Mark. Sa famille, américaine et très croyante, vit près de la réserve depuis trois générations (il est de cette troisième génération). Une famille bien spéciale où tous parlent anglais, espagnol et la langue des Cabecars (les indigènes de la réserve de Grano de Oro). Mark ne nous servait donc pas seulement de guide, mais d´interprète.

Au premier coup d´oeil, je me suis demandé comment un jeune homme de 14 ans pouvait nous être utile dans la mission dans laquelle nous nous embarquions. Eh bien, il s´est vite révélé plus utile que ce nous aurions pu espérer de n´importe qui sur cette planète. La famille de ce jeune garçon jouit d´un contact privilégié avec les Cabecars et indigènes de partout dans la région de Turrialba. À 14 ans, Mark est probablement un des non-indigènes qui parle le mieux le Cabecar dans tout Grano de Oro, si ce n´est dans tout le Costa Rica!

La réserve

J´ai pris du temps à comprendre, en nous promenant à pieds à travers les montagnes, en quoi consistait exactement la réserve que nous sommes allés visités. Les maisons des indigènes ne sont pas toutes rapprochées dans un lieu spécifique. Tous établissent leur demeure où bon leur semble. Donc, pour passer d´une famille Cabecar à l´autre, histoire de récolter un maximum d´informations, il fallait souvent passer quelques sommets, traverser quelques ruisseaux et surtout trouver le bon chemin. Les maisons, souvent faites de toles (quand ils ont la chance d´en avoir) sont très rustiques et la terre battue fait office de plancher.

Les écoles indigènes se retrouvent dans la même ambiance. C´est plutôt spécial de voir une école…sur le sommet d´une montagne, entourée d´arbres, avec aucun signe de civilisation autour. D´ailleurs, l´éducation aux petits indigènes vivant dans la réserve connaît son lot de problèmes. Particulièrement dans la saison des pluies, où les enseignants n´ont l`habitude de se déplacer vers l´école que deux ou trois jours par semaine alors que ça devrait plutôt être cinq jours par semaine.

Le fait de parler avec quelques indigènes et avec le père et l´oncle de Mark nous ont permis de mieux cerner la réalité des Cabecars à Grano de Oro. Mais comme il s´agit du sujet de reportage de Monica, je ne vous en dirai pas plus. J´espérerai plutôt que Monica réussisse à faire publier un article sur le sujet, qui vaut la peine d´être découvert et mieux connu.

Sur ce, à bientôt,
Pura Vida comme ils disent ici!
Gabriel.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,