Maison du Pharillon: thérapies dans l’amour fraternel pour jeunes toxicomanes

Maison du Pharillon

Thérapies dans l’amour fraternel pour jeunes toxicomanes

Valérie Carrier       Dossier Toxicomanie

Mercredi soir, je suis allée à la soirée portes ouvertes hebdomadaire de la Maison du Pharillon. Il s’agit en fait d’un lieu de thérapie pour jeunes toxicomanes qui veulent s’en sortir. Je connaissais l’organisme par son fondateur, Christian Beaulieu, un prêtre qui donne des enseignements dynamiques auprès des jeunes et qui a les yeux brillants comme personne! J’avais aussi déjà rencontré quelques jeunes sortis du Pharillon, mais la Maison étant à Montréal et moi habitant très loin, je n’avais encore jamais l’occasion d’y aller. Mercredi soir, j’y ai vécu une soirée très intense.

Soirées du mercredi

Dans ces soirées du mercredi, il y a un partage, qui prend la forme d’un témoignage. En général, c’est un des jeunes qui prend la parole, mais cette semaine, c’était une soirée spéciale, d’après ce qu’on m’a dit. C’est le père de l’un de ces anciens toxicomanes qui a partagé son expérience avec tous. Il a parlé de tous les problèmes que son fils avait pu lui causer, de tout le mal qu’il avait fait, de la souffrance qu’il lui avait fait endurer. Son fils était dans la salle, il écoutait et ajoutait parfois quelque chose. Le père a invité jeunes et parents qui voulaient à partager aussi leur expérience, dans tous les cas semblable à la sienne. La rencontre a ainsi donné lieu a d’incroyables témoignages.

Apprendre à s’en sortir

Pour moi, c’était d’incroyables témoignages. Eux, c’était leur vie. Mais pour qu’ils soient capables d’en parler ainsi, pour que les jeunes soient capables de parler avec sérénité de tout ce qu’ils ont fait de mal, il a fallu qu’ils passent par un grand apprentissage. Et pourtant, certains d’entre eux ne sont pas là depuis très longtemps. Ils apprennent à s’en sortir.

De la discussion de mercredi, il est ressorti que la plus grande aide que les parents ont pu apporter à leurs fils, c’est d’avoir cessé de les aider; c’est alors que ces jeunes ont dû cesser de prendre pour acquis leur nourriture et chercher de l’aide pour changer de vie. Tous étaient d’accord sur ce point.

Résultats

C’était la première fois que j’allais dans une maison de thérapie, la première fois que j’assistais à une rencontre de jeunes en cheminement pour quitter leur dépendance; je ne peux donc pas comparer. Ce qu’on m’a dit de l’approche de cette maison, c’est qu’elle implique un côté spirituel et un côté social, alors que la majorité n’abordent qu’un ou l’autre. Ce que j’en sais, c’est qu’elle est basée sur l’amour fraternel. Et ce que j’en vois, c’est que ça fonctionne: ces gars s’en sortent!

Autres textes sur Alcool et drogue 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

couverture  livre jean-simon copie Poésie urbaine. Je me raconte. Jean-Simon Brisebois. Depuis 1997 Jean-Simon s’est découvert un goût pour l’écriture. Après avoir publié une trilogie poétique aux Éditions TNT(Entité en 2008, L’âme de l’ange en 2007 et Renaissance en 2006), plusieurs de ses lecteurs étaient curieux de savoir lesquels de ces textes parlaient le plus de lui. Il revient donc en force avec Je me raconte, un court récit autobiographique. Laissez-vous guider dans le monde particulier de ce jeune auteur!  7$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Education alternative: cherchons professeurs et eleves a la maison

Éducation alternative: cherchons professeurs et élèves à la maison!

Gabriel Alexandre Gosselin

Dans le cadre d’un éventuel dossier sur les différentes formes d’éducation alternative, Reflet de Société est présentement à la recherche de témoignages de parents, enfants, proches, voisins qui donnent ou reçoivent, qui ont donné ou ont reçu l’école à la maison.

Dans le soucis de montrer les différentes facettes de cette méthode d’enseignement, qui rejoint un bassin de population restreint, mais bel et bien existant au Québec, nous aimerions entrer en contact avec vous et entendre vos histoires, vos réalités de tous les jours, savoir ce qui vous a poussé à choisir cette option. Quels sont les avantages pour vous? Les désavantages? Sentez-vous des préjugés de la population ou des gens qui vous entourent, l’appui du gouvernement?

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur l’école à la maison, l’Association québécoise pour l’éducation à domicile (AQED) distribue information, soutien et liens vers des blogues de familles qui donne l’éducation à domicile.

N’hésitez pas. Commentez ce billet, ou écrivez-moi à mon courriel: gabrielgosselin@refletdesociete.com

Au plaisir de vous lire.

Vos commentaires sur l’école à la maison

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,

À Benjamin, mon fils

À Benjamin, mon fils        GUILLAUME LEMIRE, ST-COLOMBAN

Salut mon petit gars. Mon premier enfant. Tu m’as fait renaître, découvrir la fragilité et la pureté qui se cachent derrière un homme. J’ai pris conscience que je devrai être plus compréhensif avec les autres. Nous avons tous été aussi vulnérables que toi à ta naissance.

Quand tu es né, tu avais la jaunisse et tu étais très faible. Quelques minutes après être entré dans ma vie, les infirmières t’ont volé à mes bras pour t’amener à la pouponnière. Cela a pris 2 heures avant que nous ayons des nouvelles de toi et que je puisse te retrouver. Aujourd’hui, je me rends compte de ce que cela m’a fait vivre.

Je veux que tu saches combien je t’aime et tout le bien que tu m’as fait. Je veux m’excuser du mal que j’ai pu te faire ou du manque dont j’ai pu te faire souffrir. J’ai moi-même eu un manque affectif de mon père. Je ne lui en veux pas. Mais je m’étais promis d’être plus près de toi. Je sais que nous ne sommes pas toujours sur la même longueur d’onde et que nous avons souvent des prises de bec. Peu importe, je t’aime et j’ai toujours aimé ta présence.

Je me souviens de beaucoup de choses qui sont gravées en moi. Tu avais à peine quelques mois quand nous nous sommes rendu compte que tu avais un trouble avec ton clapet anti-rejet. Lorsque tu buvais ton lait, il arrivait souvent que tu t’étouffes. Une nuit maman est venue me réveiller. Tu étais bleu et tu ne respirais plus. Pris de panique, nous ne savions plus quoi faire. Je n’ai jamais eu aussi peur de toute ma vie.

Quand je travaille à l’extérieur de la maison, tu es toujours avec moi. Tu ne te plains jamais du froid ou de la fatigue. Avec patience, tu es toujours prêt à rester encore et encore. Ton entêtement me cause souvent des troubles. Cela me laisse croire que tu seras un fonceur et que tu parviendras à tes buts.

Je me souviens de ton rire franc et profond. Nos soirées cinéma en famille. Les fois où nous sortions ensemble pour faire le BBQ et jouer à Star Wars. Malgré ton amour pour ta sœur et pour le prochain bébé, tu ressentais une certaine jalousie. Mais il n’était pas question de causer du tort à l’un ou à l’autre. J’ai tellement apprécié ces moments que j’ai souhaité que tu restes petit toute ma vie.

Je ne veux pas te laisser sur une note de tristesse ou de regret, mais plutôt sur une note d’espoir. Il est facile de se laisser déprimer par les imprévus. La vie est quelque chose d’extraordinaire. Les émotions que tu vis sont des guides pour te dire où tu dois aller. Quelles qu’elles soient, elles te seront utiles. Vis bien l’instant présent et apprécie tout, même la souffrance. On se crée des malheurs avec des choses qui vont passer. La vie arrange souvent bien les choses.

Ma recette du bonheur est simple: avoir de l’empathie, écouter son cœur, vivre son moment présent. Utilise ta force de caractère pour aller au bout de tes rêves. Lorsque tu mets de l’énergie pour atteindre un objectif, les portes s’ouvrent et les opportunités viennent à toi comme par magie. N’attends pas que les choses viennent à toi. Mets les pieds l’un devant l’autre, dans la direction où tu veux aller, sans te soucier de ce qui se cache au prochain virage. Il ne faut pas regretter ce qu’on n’a pas fait. On prend la meilleure solution au moment où nous la vivons, avec les connaissances de cet instant.

Je t’aime. Surpasse-toi mon fils pour atteindre tes buts. Et surtout, souris et sois heureux. Je sais Benjamin que je te laisse plein de recommandations qui n’ont peut-être aucun sens pour toi. Mais je tiens à te dire que, peu importe ce que tu feras de ta vie, je t’aime et t’aimerai pour l’éternité. À plus tard, mon ange.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,

Concert de piano; le micro

micro concert de piano Église St-Barnabas St-Lambert piano classique

Concert de piano; le micro

Chapitre 4

J’ai vécu beaucoup de choses lors de ce 3e concert bénéfice. Une grande difficulté que j’ai eu a été de pouvoir répondre positivement à une demande de Ginette. Prendre le micro pendant quelques instants pour m’adresser aux jeunes, leurs parents et tous ceux qui sont venus les soutenir. Je l’avais fait la première année. Je n’avais pas réussi la seconde. Même si l’exercice est difficile pour moi, j’avais regretté mon silence de la 2e année. Je me sentais ingrat de ne pas prendre aux moins quelques instants pour remercier tous ces jeunes et leurs parents.

Je m’étais promis que si Ginette me demandait de prendre le micro, j’accepterais. Elle est venue me faire la grande demande. Avec beaucoup d’humilité, parce que je ne me suis pas donné d’autres choix, j’ai accepté. Quoi dire, comment le dire? J’en avais aucune idée. Danielle et Ginette avait essayé de me donner des idées. Mais rien ne semblait passer. J’étais assieds, silencieux, dans le fond de l’église.

Ginette débute la présentation et les salutions d’usage. Elle me présente et m’invite à prendre la parole. Quand elle a nommé mon nom et que j’ai marché la distance qui me séparait du fond de l’église jusqu’au micro, c’était le vide plat dans ma tête. J’avais l’impression d’être le condamné qui se dirige devant le peloton d’exécution ou vers sa potence. J’ai fait ma petite allocution, toujours distrait par la présence des parents.

C’est tout de même paradoxale. Pour ceux qui me connaissent, en atelier, en conférence, quand on me donne un micro, il est difficile de le reprendre. Dans ces occasions, j’ai un thème parmi ceux que je connais bien et un objectif de sensibilisation ou de formation à l’égard de ce thème. Mais aujourd’hui, que puis-je dire à des jeunes qui sont venu présenter leur concert de fin d’année et à leurs parents venus les écouter? En une minute 15 secondes! Mission impossible. Sans savoir ce que j’allais dire, j’ai laissé parler mon coeur. Je n’ai aucune idée de ce que j’ai dit. Mais je pense que les gens ont bien apprécié.

Malgré tout, je sais que je n’ai pas été à mon meilleur. J’ai eu de la difficulté à regarder les enfants assieds au devant de l’Église. Mon regard s’attardait beaucoup plus vers les parents. Et surtout, je me laissais distraire par la présence d’un parent que je ne pouvais pas faire semblant que je ne le connaissait pas. Pierre Verville. Il était là, comme un simple parent et j’essayais de le traiter ainsi.

Cette minute au micro me fait vivre tellement d’intensité, que j’y ai pensé toute l’année qui précédait l’événement. Si j’ai à revivre cette expérience, je m’engage à pouvoir être plus présent aux jeunes, les héros de cette journée.

Merci à Ginette, Normand, Soeur Marie-Paule, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François, Nadine et tous les parents et amis présents à cette magnifique journée.

À suivre… Chapitre 5 Rencontre avec Pierre Verville

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les parents, le jeune et le hockey

Les parents, le jeune et le hockey

Je regarde par la fenêtre. En plein milieu de la rue, je vois le père et la mère jouer au hockey avec leur enfant. Signe évident de changements profonds de notre société.

À mon époque, nous étions une quinzaine de jeunes à joueur au hockey dans la rue. Parce que chaque famille sur notre rue avait 2 ou 3 jeunes. On pouvait se rassembler, s’organiser et faire quelque chose ensemble. Aujourd’hui, réunir 15 jeunes ne se fait plus aussi facilement. Parce que le 15e se retrouve presqu’à l’autre bout du monde.

C’était mignon de voir ces parents s’impliquer auprès de leur enfant. Mais si les parents n’ont pas le temps de le faire, celui-ci va faire quoi?

Autre signe de changement de notre société, cet enfant était une fille et non pas un garçon.

Textes sur la famille.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Familles nombreuses : facteur de risque

Familles nombreuses : facteur de risque

(Agence Science-Presse) – On aurait tout de même pu s’en douter, les parents de familles nombreuses risquent de mourir un peu plus jeunes que ceux qui ont peu d’enfants. Et contrairement à ce qu’affirmaient des études précédentes, les pères seraient autant à risque que les mères.

Le démographe Ken Smith de l’Université de l’Utah à Salt Lake city, aux États-Unis et ses collègues ont recueilli des informations sur 21,000 couples Mormons mariés en Utah entre 1860 et 1895. Près de 5% des femmes mouraient après la naissance de leur onzième enfant ! Tandis que 3% des hommes subissaient le même sort.

Les chercheurs expliquent que les grossesses répétées entraînent une perte de minéraux chez les femmes, ce qui les rend plus vulnérables aux infections. De plus, le stress généré par la maladie d’un enfant entraînerait le vieillissement prématuré des mères. Quant aux pères, l’étude ne founit aucune explication sur la cause de leur mort prématurée.

Textes sur la famille.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Communication entre ados et parents: une situation pas toujours facile

Communication entre ados et parents: une situation pas toujours facile
Vol 13-4

Lorsque la communication entre parents et ados semble devenir un enfer, pour les pa-
rents qui veulent aller vers eux, leur aider et leur montrer qu’on les aime, plusieurs moyens existent.

– Le site http://www.jparle.com est mis à la disposition autant des ados que des parents pour offrir quelques trucs et moyens pour aider. En plus des informations et de nouvelles expériences à essayer, vous pouvez poser des questions ou encore participer aux différents forums de discussion.

La ligne Tel-jeunes offre une ligne pour les pa-
rents et une autre pour les ados. Les lignes sont bilingues et fonctionnent 24 heures sur 24, 7 jours sur 7

On identifie l’adresse du groupe Parentraide le plus près de chez vous. Ces groupes permettent à des parents de se rencontrer à toutes les semaines pour échanger autour de leurs difficultés.

Tel-jeunes pour parents,
Mtl 514-288-5555
autres régions 1-800-361-5085
Tel-jeunes pour ados,
Mtl: 514-288-2266
autres régions 1-800-263-2266

Que ce soit sur les lignes d’écoute, en groupe de rencontre ou sur Internet, vous pouvez partager vos difficultés, discuter avec des intervenants et, nous l’espérons, trouver des solutions à vos difficultés. N’hésitez pas à utiliser les services qui sont là pour vous aider.

Puisque Montréal devient la capitale mondiale du livre pour l’année 2005, vous pouvez aussi en profiter pour que la lecture soit un prétexte pour échanger sur différents sujets avec les gens qui vous entourent. Avec des approches telles que «J’ai lu que… qu’en penses-tu?», cela permet au jeune de prendre une place, de se sentir important parce que vous vous intéressez à ses propos et vous lui permettez de s’exprimer. C’est une autre façon de tenter de briser la glace avec votre ado.

L’écriture peut aussi être un autre moyen pour faciliter la communication. Parfois on réagit à l’autre avant même qu’il ait terminé son idée. On peut tenter de s’échanger des lettres pour partager ce que l’on vit. Cela nous permet de pouvoir lire ce que l’autre veut nous partager. Vous pouvez prendre des pauses si l’émotion est trop forte avant de continuer la lecture. On peut aussi créer une histoire à partir d’une si-tuation qui nous agace. C’est un moyen d’aborder le sujet sans tomber dans la confrontation directe. L’écriture est un moyen de communication, une autothérapie, un prétexte à la relation. Profitons-en, c’est gratuit et pas encore taxé.

Textes sur la famille et la santé:

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/28/un-pere-veut-aider-son-fils/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/28/mere-un-jour-mere-toujours/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/10/31/la-soiree-du-hockey-un-moment-priviliege-entre-son-pere-et-son-fils/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/12/14/les-quebecois-sont-fous-de-leurs-enfants/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/10/conflit-de-generations/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/05/rupture-familiale/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/01/le-courage-dune-mere-aveugle/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent “Le Choc des Cultures”. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.