Tourisme: Le Ste-Cath et Vélo Pousse

Circuit touristique pour Hochelaga-Maisonneuve

Souper spectacle en vélo!

Raymond Viger  Dossiers Le Ste-CathRestaurant

7c2c768c991c83f_fileLe quartier Hochelaga-Maisonneuve est en pleine effervescence concernant les attraits touristiques:

  • Stade olympique
  • Jardin Botanique
  • Insectarium
  • Biodôme
  • Planétarium
  • Château Dufresnes
  • Bain Morgan
  • Théâtre Denise-Pelletier
  • Vélo-Pousse
  • Bistro le Ste-Cath

Le Vélo-Pousse offre 3 circuits touristiques en vélo. Le stade, les attraits d’Hochelaga-Maisonneuve et finalement, des soupers-spectacles au Bistro le Ste-Cath (jeudi, vendredi et samedi).

Imaginez-vous que pour le prix d’un repas, vous avez l’opportunité d’avoir la visite en Vélo-Pousse, le souper et un spectacle! Et des spectacles de qualité;

  • Élizabeth Blouin-Brathwaite
  • B.U (rappeur international)
  • Pascal Dufour (fondateur des Respectacles)
  • Davy Boisvert (chorégraphe Bye Bye, équipe Éric Salvail, MixMania…)
  • Sule Heitner (La Voix 2015)
  • Jennifer Tessier (Star Académie)
  • Gen Forest
  • Andréanne Forest (La Voix)

Réservations au Bistro le Ste-Cath (514) 223-8116

Réservation pour Vélo-Pousse http://www.velopousse.com

Vélo-Pousse vous offre aussi les brunchs du Ste-Cath les samedi et dimanche (9h00 à 14h00).

Finalement, vous pouvez apprendre à faire votre cocktail, les jeudi et vendredi de midi à 17h00.

VOS COMMENTAIRES SUR Le Ste-Cath au coeur du tourisme avec Vélo Pousse

Des visites guidées des plus originales.

Bistro le Ste-Cath
4264 Ste-Catherine est, Montréal (une rue à l’est de PIE-IX)
(514) 223-8116
http://www.le-ste-cath.com
bistro@le-ste-cath.com

Pour ne pas manquer les nouveautés, inscrivez-vous à notre info-lettre sur le site http://www.le-ste-cath.com ou encore programmation 2015

Merci d’inviter Le Ste-Cath parmi vos amis Facebook: Bistro le Ste-Cath.

Bistro le Ste-Cath

souper spectacle musique chant show event est montréal restaurant où sortir quoi faireUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable.

Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est.

Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes.

Pour informations et réservations: (514) 223-8116 ou bistro@le-ste-cath.com.

VOS COMMENTAIRES SUR Le Ste-Cath au coeur du tourisme avec Vélo Pousse

Il faut maintenant ralentir au Jardin Botanique de Montréal

Le Café Graffiti s’invite au Jardin botanique

Dépêchez-vous de ralentir

L’été s’en vient et tout le monde se fait une beauté. Et le Jardin botanique plus que quiconque! Pour cela, Dame Nature a fait appel au Café Graffiti, et nos artistes ont à cœur de la faire briller.

Après tant d’efforts des artistes, les visiteurs ne seront pas en reste et ils seront invités à prendre leur temps pour savourer l’harmonie du jardin.

Delphine Caubet       Dossiers EnvironnementPorte-folio

jardin-botanique-montreal-stade-olympique-muralCet été, les 4 institutions qui composent l’Espace pour la vie (Jardin botanique, Insectarium, Biodôme et Planétarium) se sont réunies autour d’une thématique commune pour l’été: «Dépêchez-vous de ralentir».

Origines du jardin

Avec ce projet, le Jardin botanique veut retourner à ses origines et inviter les visiteurs à prendre leur temps. «S’ils ne voient qu’un seul jardin et pas l’intégralité du parcours, c’est bien correct», explique Annabelle Mimouni, agente de programmes éducatifs pour le Jardin botanique. «On veut que se soit plus flâneur et moins marathonien.»

Et pour vous inviter à prendre votre temps, dès le début du parcours des arabesques sont peintes aux sols par nos artistes. Alors, inutile de chercher où aller, et laissez vous porter par l’itinéraire peint par nos soins.

Genoux et questions

jardin botanique de montréal projet lenteur muralesGeneviève, Cyril, Juan et Annie travaillent genoux sur l’asphalte pour peindre l’itinéraire. Un moment agréable pour nos artistes, qui n’ont pas toujours la chance de travailler au cœur d’un aussi beau paysage. Et leur œuvre ne laisse pas indifférents les quelques visiteurs qui se promènent en ce mois de mai. «À 100%, on nous demande ce que l’on fait, s’amuse Geneviève, t’es mieux de connaître ton texte.»

Alors, tous à leur façon expliquent que le Jardin botanique invite ses visiteurs à ralentir et à profiter de ce qui leur est offert. L’escargot, présenté comme symbole et antihéros, comme le rapporte Annabelle Mimouni, est là pour donner la cadence. Et les questions des visiteurs sont les bienvenues, puisqu’avec ce nouveau projet le Jardin botanique aspire à se rapprocher de ses visiteurs et à leur faire vivre une expérience unique.

Après des journées à peindre ces arabesques sur le sol, nos artistes ont mal aux genoux et sont exténués, mais également fiers de s’intégrer à cette programmation plus globale du Jardin botanique pour l’été.

Programmation estivale

lenteur Jardin botanique de Montréal espace pour la viePendant l’été, le Jardin botanique vous invite à reprendre contact avec la nature et «à vous déposer au fil des floraisons», explique Annabelle Mimouni. De confortables chaises seront agencées dans le jardin pour inciter les visiteurs à se reposer et à profiter des animations.

Des musiciens, poètes, danseurs,… seront présents pour vous divertir et vous relaxer. Parmi eux, la compagnie de danse Tango Libre, des flûtes japonaises ou encore des pianos libres offerts au public et aux artistes invités.

Ces activités se déplaceront chaque mois aux fils des floraisons pour suivre et accompagner la nature. Une artiste du Café Graffiti, Geneviève LeBel, sera présente tous les dimanches pour animer une murale collective, créée en direct par les visiteurs et l’artiste.

Le Jardin botanique a choisi de miser sur les artistes pour sa programmation estivale, tandis que le Biodôme met en vedette ses paresseux. Le Planétarium fera des animations sur le temps, et l’Insectarium vous invite à faire une sieste musicale. De quoi passer un doux été, au rythme de la nature.

VOS COMMENTAIRES SUR Jardin botanique de Montréal: il faut maintenant ralentir

Autres textes sur Environnement

L’amour en 3 dimensions.

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelleLa relation à soi, aux autres et à notre environnement

Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les évènements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

L’histoire est une source d’inspiration pour découvrir, d’une façon attrayante et amusante, une nouvelle relation avec soi-même et son environnement. Bonne lecture et bon voyage au pays de Tom.

Le livre est disponible au coût de 19,95$. Une co-écriture avec le journaliste Colin McGregor a permis de présenter une version anglophone LOVE in 3D.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 Par Internet:Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Autres livres pouvant vous intéresser:

VOS COMMENTAIRES SUR Jardin botanique de Montréal: il faut maintenant ralentir

Mission spatiale Phoenix, Tucson Arizona et la NASA

Mission spatiale Phoenix, Tucson Arizona et la NASA,

Dossier espace

Denise Proulx – Agence Science-Presse

(Tucson, Arizona) « Fabuleux, extraordinaire, incroyable! C’est un moment unique de ma vie », lance après une hésitation, l’un des membres du groupe d’ingénieurs de l’Imperial College de Londres, ayant travaillé à l’ajustement des deux caméras qui assureront la retransmission des images captées par la sonde Phoenix. « Nous l’avons fait, nous l’avons fait! » s’est exclamée en larmes Sara Hammond, responsable des relations avec le public pour l’Université de l’Arizona (UA).
OLYMPUS DIGITAL CAMERA Il ne restait plus rien du silence tendu qui avait subitement recouvert la grande salle du Science Operations Center, quelque 1 h 35 avant l’atterrissage de Phoenix sur la planète Mars. Les cris, les applaudissements, les accolades réunissaient en une seule grande famille les 300 scientifiques, leurs familles et les journalistes invités à assister à l’événement. Certains ont sorti le champagne et l’ont partagé sans distinction avec tous, amis ou collègues. « Je viens de trouver un emploi », répétait en sautillant un scientifique qui visiblement en déduisait que son contrat de recherche serait renouvelé. « La mission de Phoenix va faire connaître la ville de Tucson à toute l’humanité, même si c’est une toute petite ville perdue au milieu du désert de l’Arizona », se réjouissait deux heures auparavant Joaquin Ruiz, le recteur de la Faculté des sciences de l’UA, alors qu’il circulait dans les salles du Musée des arts qui, complice avec les scientifiques, avait organisé des activités pour le public.

Éduquer à l’astronomie

Dans les faits, l’Université de l’Arizona, grand maître d’œuvre de la recherche réalisée par Phoenix et où seront concentrées les données brutes recueillies par la sonde spatiale, avait orchestré la tenue de dizaines d’événements afin que le public puisse sentir l’importance de cette mission, jugée tout aussi importante que la conquête de la Lune en 1968. « L’atterrissage de Phoenix est une occasion exceptionnelle pour nous de créer un engouement pour les sciences chez les enfants. C’est très important d’éveiller leur conscience et leur imagination quant à la recherche spatiale », enchaîne le recteur de la faculté des sciences.
Tucson, installée en plein désert de l’Arizona, surfe sur sa réputation de lieu exceptionnel pour l’observation des étoiles. La pollution nocturne est bloquée par les montagnes qui entourent la ville et certaines, comme le Mount Lemmon, offrent des lieux de qualité pour y installer des observatoires de recherche. C’est aussi à l’UA que la recherche en astronomie est à son meilleur sur le territoire américain. Ce sont ses chercheurs qui ont développé le télescope Hubble et c’est dans ses laboratoires que se poursuivent les expériences de seconde génération.

Le recteur Ruiz s’intéresse donc à renouveler le bassin de chercheurs en ce domaine. « Nous avons des relations privilégiées et nous développons des dizaines de projets avec les écoles primaires et secondaires de la municipalité. Nous sommes aussi très ouvert à partager nos informations avec le milieu des arts, qui nourrit l’imaginaire des enfants et de leurs parents », complète le chercheur.

Pas étonnant donc que l’animation, le jour de l’atterrissage de Phoenix, que ce soit au Planétarium ou au Musée des arts, ait été confiée à des adolescents. « Lorsque je rentrerai à l’université, j’irai en astronomie », a d’ailleurs spontanément lancé Marcos, un jeune de 14 ans, à la fin de sa journée au Planétarium.

Des artistes se sont mêlés aux festivités. L’auteur de livre pour enfants, Chriss Gall, a profité de l’atterrissage de Phoenix sur Mars pour présenter en prélancement son livre « There is nothing to do on Mars », lequel raconte l’histoire d’un jeune garçon qui déménage sur Mars avec sa famille. Dans une autre salle du Musée des arts, un groupe d’enfants découvraient la collection de timbres des différentes missions spatiales, entreprises par les États-Unis depuis le milieu des années 1950. L’artiste peintre Robert McCall offrait, de son côté, une série de tableaux imaginant la vie de terriens sur Mars.

Des événements grand public, il y en avait pour tous les goûts et ils venaient s’ajouter aux vidéos présentés en continu sur les écrans de télévision. Les départements de médecine, de géologie, de biologie avaient tous organisé des activités de vulgarisation destinées à attirer les familles. « Certes, ce n’est pas demain que nous aurons une présence humaine sur Mars et je crois même que ce sera difficile d’en installer une. Mais si nous découvrons qu’il y a de l’eau sur Mars et comment sa présence a évolué, cela pourrait être logique que ce soit analogue sur la Terre. Nous voulons intéresser les jeunes à se passionner pour ces recherches et nous planifions que leur présence demeure au cœur de nos relations avec le public », conclut le recteur Joachim Ruiz.

Crédit photo: isouthpawi

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Vancouver trolley company, Aquarium de Vancouver et le Stanley Park

Vancouver Trolley company, Aquarium de Vancouver et le Stanley Park

Chapitre 20                       Dossier Ville de Vancouver, Francophonie

Dimanche 29 juin. Nous débutons la journée en nous rendant au Parc Vanier. Nous y retrouvons le musée maritime, le musée de Vancouver et le Space Centre, une sorte de planétarium. Après avoir discuté avec la préposé a l’accueil, aucune des activités nous attirent.

Nous décidons d’acheter les billets pour « The Vancouver Trolley company« . Un autobus déguisé en ancien tramway. Le billet est bon pour 2 jours et nous pouvons monter et descendre autant de fois que nous le voulons dans ce tramway.

Pendant le trajet, nous tentons d’identifier les arrêts qui pourraient nous intéresser. Pas grand chose finalement. La majorité des arrêts sont des hôtels pour ramasser des clients. Il y avait tout de même un tour guidé de la ville, mais le conducteur machait tellement ses mots qu’il en était presqu’incompréhensible. Il avait l’air d’avoir une fixation sur l’argent et les vedettes. A chaque building que nous rencontrions, il se faisait un plaisir de nous dire combien cela avait coûté a l’époque et combien il valait aujourd’hui. Comme si toute l’histoire d’une ville se résumait a quelques chiffres financiers. A chaque hôtel, il nous faisait la liste des vedettes qui avaient déja couché dans celui-ci. Comme si toute l’histoire d’une ville se résumait a quelques chiffres financiers et les déplacements de quelques vedettes.

Nous décidons de faire un arrêt a l’Aquarium de Vancouver qui se trouve dans le Stanley park. Nous n’avons pas été déçu de ce choix. Le nombre d’espèce de poissons présenté est impressionnant. Les décors intéressants. Un spectacle de dauphins cloture notre visite après que nous ayions arrêté quelques instants pour regarder un bébé béluga. Sa mère avait accouché 20 jours plus tôt.

Après l’aquarium, nous avons marché jusqu’au prichain arrêt du tramway, la place des Totem. 8 Totems qui s’élancent vers le ciel et la visite est terminé. Mis a part quelques boutiques de souvenirs et de rafraîchissements.

Nous reprenons le tramway pour retrouver l’automobile. Déçu de cette attraction. 35$ pour un tour guidé. S’il ne m’avait pas promis de pouvoir l’utiliser pendant 2 jours et de faire les arrêts que je voulais, j’aurais possiblement été moins déçu. Pour vendre leur salade, ils ont mis le paquet. J’ai acheté le produit, maisl il n’était pas a la hauteur des promesses faites. On pourrait peut-être dire que le produit est pas si mail mais qu’il a été très mal vendu.

La canicule continue de frapper. Cela diminue nos énergies et notre goût de visiter d’autres attractions.

Histoire complète sur le voyage à Vancouver.

Autres textes sur la Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Graffiti Hip Hop de la scène de Montréal

operation-graffiti-hip-hop-graffiteur-graff Opération Graffiti. Toute l’histoire de la création du Café-Graffiti. La relation avec les jeunes. Ce qu’ils ont vécu dans le projet. Ce qu’ils ont fait vivre aux intervenants. Toutes les anecdotes d’un projet qui fait encore parler de lui. Une façon intéressante et originale de soutenir le Café-Graffiti dans sa mission d’aide et de soutien aux jeunes. 19,95$.

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel