Compétition de sperme

Compétition de sperme

(Agence Science-Presse) – Un sperme obligé de compétitionner avec celui d’un autre individu sera, justement, plus compétitif: il arrivera plus vite à destination. Ce fait avait déjà été observé chez des chimpanzés, voilà qu’on vient de l’observer chez des poissons, ce qui suggère qu’il s’agit d’une tendance assez répandue.

Etude des poissons

Une équipe dirigée par Sigal Balshine, de l’Université McMaster, en Ontario, a étudié 29 espèces de poissons du lac Tanganyika, en Afrique centrale, des espèces assez différentes pour présenter une variété de comportements sexuels, de la monogamie jusqu’à la femelle qui «magasine» plusieurs mâles et emmagasine les oeufs fertilisés dans sa bouche. Seuls les monogames présentent un sperme petit et lent: pourquoi se presser, en effet… (source: Proceedings of the National Academy of Sciences)

autres textes sur l’hypersexualisation

autres textes sur sexualité

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,

Cinq idees reçues sur l’évolution

Cinq idées reçues sur l’évolution

Julie Picard et Pascal Lapointe

(Agence Science-Presse) – Le créationnisme est tenace, et sous sa version moderne, appelée «dessein intelligent», plusieurs personnes jugent bien tentant d’y croire. Comment répliquer à ces arguments quand on n’est pas soi-même scientifique? Cyrille Barrette, biologiste à l’Université Laval, et qui a eu «l’honneur» de participer à des débats avec des créationnistes, nous fournit quelques pistes.

1. Religion et science sont incompatibles

Pour les créationnistes purs et durs, c’est un être supérieur qui a créé la Terre et les êtres humains sous leur forme actuelle, la preuve… c’est écrit dans la Bible!

Cyrille Barrette — Dit comme ça, c’est sûr que la science est incompatible avec la religion. Mais ça ne l’est pas si l’on considère ces textes sacrés comme des métaphores. Si l’on veut les utiliser au pied de la lettre, là, il y a une incompatibilité totale avec tout ce que la science nous enseigne.

2. La vie est tellement bien «fabriquée» que seul un Créateur peut être responsable. 

Certains insectes glissent sur l’eau alors que d’autres font des bonds incroyables. Et les oiseaux volent. Ces différences ne peuvent être dues au hasard.

CB – Premièrement, les biologistes sont tous d’accord pour dire que la vie n’est pas juste le produit du hasard. La sélection naturelle intervient aussi pour produire les adaptations. Ensuite, dire que c’est le Créateur qui a fait ceci ou cela, c’est un argument d’ignorance. C’est ce qu’on appelle «le Dieu bouche-trou»: il y a des trous dans nos connaissances — par exemple, on n’arrive pas à expliquer une adaptation en particulier — alors on fait une capitulation de la raison: on dit «c’est Dieu qui a fait ça».

3. Si nous avons évolué des singes, comment se fait-il qu’il y ait encore des singes?

CB – C’est une question difficile si on la prend telle quelle. Parce que posée de cette façon, cette question suppose que l’existence des singes avait un objectif; que l’objectif de l’évolution, ou de la vie, aurait été l’émergence de l’humain; donc, pour que l’humain émerge, il fallait qu’il y ait des singes avant, et puis avant les singes, des mammifères, et puis avant eux, des amphibiens, etc. Dans cette vision, c’est comme si chacune des étapes avait une mission à remplir: paver une partie du chemin qui devait mener éventuellement à l’humain, grande vedette de l’évolution.

Mais dans cette optique, on pourrait aussi se poser la même question pour les poissons: pourquoi sont-ils encore là? Ils ont donné naissance aux amphibiens, donc leur job n’est-elle pas terminée? Or, ce n’est pas du tout comme ça que ça se passe. Une espèce n’a pas pour «mission» de permettre l’émergence d’une autre espèce.

4. L’évolution est juste une théorie

CB – D’abord, il faut se défaire du sous-entendu péjoratif «c’est juste une théorie». Parce que dans le langage courant, on peut avoir toutes sortes de théories; on peut par exemple en avoir une pour expliquer pourquoi le Canadien a perdu hier soir. Mais c’est plutôt une opinion ou une spéculation. En science, ce qu’on appelle «théorie» est quelque chose de beaucoup plus solide. C’est une proposition qui explique un grand nombre de phénomènes, qui a été mise à l’épreuve, qui a résisté pendant des années aux objections. En ce sens, on peut dire que l’héliocentrisme — le Soleil au centre et la Terre qui tourne autour — est une théorie, mais c’est une théorie qui a tellement été testée que, finalement, on considère ces phénomènes comme des faits. Ce n’est pas «juste une théorie».

L’évolution est un fait qu’on peut observer: les espèces peuvent changer dans le temps et toutes les espèces ont des ancêtres, c’est-à-dire qu’elles ont émergé à partir d’ancêtres qui les ont précédés. Ce sont des faits qu’on peut observer.

5. Créationnisme et immoralité, même combat

Croire en l’évolution peut mener à la désintégration de la société, affirment certains créationnistes. Sachant qu’il doit se battre pour sa survie, l’homme devient de plus en plus égoïste et égocentrique. Tout ce qui compte, c’est que ses caractères génétiques passent à la postérité.

CB – Non seulement ça n’a aucun rapport, mais en plus, Darwin lui-même, dans ses écrits, s’est opposé catégoriquement à l’idée que ses explications biologiques puissent servir de modèles explicatifs pour les affaires humaines, la vie en société, la loi de la jungle, et tout ça. Darwin nous dit, «oui c’est ce qui se passe dans la nature, mais l’humain est autre chose que ça». L’humain est capable de transcender ça: c’est ce qu’on appelle la culture et la civilisation.

Pour écouter l’entrevue complète avec Cyrille Barrette :

www.sciencepresse.qc.ca/balado/jvpls050209.mp3

Stephen Harper, Évangélisme et créationnisme en politique.

théories anti-scientifique de Stephen Harper

Stephen Harper et l’avortement

 Stephen Harper et l’homosexualité

Lutte à la drogue: les Conservateurs contre la science

Est-ce que notre système politique met en danger la démocratie?

Stephen Harper et le social, 2 mondes étrangers

Vie sociale et politique

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Voyage de groupe

Voyage de groupe

(Agence Science-Presse) – Même les poissons reconnaissent les vertus de la démocratie. Dans l’univers d’une espèce de poisson appelé épinoche, où les individus, à la fin de la journée, doivent choisir celui qui les ramènera chez eux, on a tendance à choisir le plus gros et le plus coloré —ce qui veut dire, dans leur univers, le plus en santé et le plus costaud. Mais lorsque des chercheurs suédois les ont placés devant l’obligation de choisir entre un «bon» et un «mauvais» chef, ce sont les poissons des plus gros groupes qui ont beaucoup plus souvent choisi le «bon» chef.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Des poissons qui chantent

Des poissons qui chantent

(Sylvain Lanouette, Agence Science-Presse) Nos ancêtres lointains ont développé les bases de la parole alors qu’ils nageaient encore dans les océans, nous apprend le magazine Science. Tous les vertébrés partagent un ensemble de neurones qui leur permet de produire des sons. Le chant des oiseaux, le croassement des crapauds, le rugissement d’un fauve et la voix d’un chanteur d’opéra partagent ainsi la même origine. L’équipe d’Andrew Bass a fait cette découverte en étudiant la vessie natatoire du poisson-crapaud, une sorte de ballast duquel ont évolué nos poumons. Ce poisson utilise son organe empli d’air pour produire un chant nuptial. En étudiant le développement des neurones qui le contrôle, les chercheurs ont découvert que ceux-ci sont analogues aux neurones qui permettent aux vertébrés terrestres de produire des sons.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,

Iceberg vert

Iceberg vert

(Agence Science-Presse) – On a peine à imaginer un iceberg comme un lieu grouillant de vie. Et pourtant, voici qu’une équipe de biologistes vient bel et bien de qualifier ces masses flottantes de glace de « lieux chauds de l’écologie » (ecological hotspots). Dans le cadre d’une des plus étranges études environnementales de la dernière année, portant sur deux icebergs qui se sont détachés du continent antarctique, cette équipe américaine a découvert que ces icebergs attirent des communautés d’oiseaux de mer ainsi qu’un réseau complexe d’algues, de krills (une minuscule crevette) et de poissons qui se maintiennent en-dessous de l’iceberg. Cet écosystème très particulier serait même assez abondant pour accroître la productivité biologique de la région immédiate de 40%, écrivent les auteurs dans Science.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La féminisation des cours d’eau

La féminisation des cours d’eau

(Agence Science-Presse) – Un peu partout, autour du monde, l’oestrogène pollue les cours d’eau. Excrétée par l’urine, cette hormone se retrouve dans la plupart des lacs et des rivières où elle féminise les poissons mâles. Une infime dose d’oestrogène dans un lac peut causer suffisamment de tort au système reproductif des mâles pour décimer en deux années une population entière de vairons, une variété de petits poissons qui vit dans les eaux courantes. Les biologistes de l’Université du Nouveau Brunswick suggèrent aux villes d’adopter un dispositif permettant de retirer jusqu’à 95% de l’oestrogène de l’eau.

Textes sur l’Environnement et commentaires du rédacteur sur l’Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Rat musqué, fleur de lotus et un aménagement paysager

Rat musqué, fleur de lotus et un aménagement paysager

Question de pouvoir décrocher des heures et des heures de travail que Danielle et moi investissons au Journal de la Rue et au Café-Graffiti, nous avons un aménagement paysager un peu spécial. Nous n’avons pas le temps d’avoir un chalet et d’y aller les week-ends. Nos semaines de travail se suivent à un rythme effrené. Nous n’avons que quelques week-end bien à nous durant l’année.

Notre aménagement paysager ne comporte aucun gazon. Le couper aurait été une corvée. Nous avons préféré avoir 6 chutes d’eau et 3 bassins dans lesquels nous y avons installé quelques familles de poisson. Des plantes, des arbres et des vignes complètes le décor.

Mais nous sommes à Pointe-Aux-Trembles, l’est de Montréal. Juste à côté du Centre de la nature. J’ai eu à partager ma récolte de raison avec un gros raton laveur, faire des pas de danse pour éviter une moufette, être étonné par un grand héron qui s’est perché sur ma pergola pour tenter de manger mes poissons. Il y a même un chevreuil qui a traversé la rue Sherbrooke devant nous pour aller se cacher dans un champ tout près de notre maison! Même si je demeure à Montréal, j’ai parfois l’impression d’être dans le bois. Et nous ne nous en plaignons pas.

Nous avons toutes sortes de plantes, autant aquatiques que terrestres. Les plantes ont été sélectionné pour avoir des périodes floraisons qui varient d’un mois à l’autre, des couleurs différentes et même leurs odeurs changent d’une semaine à l’autre. Avec des vignes qui poussent d’un pouce par jour, notre jardin prend parfois l’allure d’une jungle.

Une seule plante manquait à notre collection. Une fleur de lotus. Nous avons décidé de compléter notre collection. Nous installons cette fleur de lotus en plein milieu de l’un des bassins. Mais voilà, en moins de 12 heures, un animal vient l’attaquer, la manger, déterrer toutes les racines pour n’en faire qu’une bouchée. Nous avons un nouveau colocataire, un rat musqué!

Le rat musqué est un animal protégé. Pas question de mettre des collets pour l’attraper. J’ai dû me garnir d’une trappe. Le but du jeu est de pouvoir le relocaliser. Mais voilà. Nous avons eu la chance de le voir à plusieurs reprises. Il est rendu tellement familier avec nous, qu’il passe s’en s’inquiéter entre nos pattes quand on fait du jardinage. Juste pour dire qu’il ne nous salue pas au passage!

Et ma trappe demeure installée et il ne s’y aventure pas. En espérant que cet hiver, lorsque la nourriture sera plus rare qu’il soit attiré par mon piège. En attendant, il a mangé les racines de notre fleur de lotus (qui nous avait coûté un bras), ma récolte de raisin, quelques pommes…

Si je ne réussis pas à l’attraper cet hiver, j’imagine que, chanceux comme nous sommes, nous aurons à vivre avec la réalité que c’est possiblement une femelle qui va accoucher, faisant de Danielle et moi, grand-parent adoptif d’une nouvelle famille de rat musqué! Cela va bien compléter notre collection de 123 poissons, 4 chats et 2 oiseaux!

Textes sur l’Environnement et commentaires du rédacteur sur l’Environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Les poissons, c’est fini?

Les poissons, c’est fini?

Agence Science-Presse

Et s’il n’y avait plus de poissons dans nos assiettes? Ni fruits de mer? D’ordinaire, la crainte est de voir disparaître une espèce, comme la morue, ou une série d’espèces. Mais jamais auparavant n’avait-on envisagé la disparition de la totalité de la faune sous-marine. Du moins, la faune sous-marine commerciale, c’est-à-dire celle qui est la cible des pêcheurs. Si ces derniers ne changent pas radicalement leurs pratiques, il pourrait bien ne plus rien rester à nous mettre sous la dent aux environs de l’an 2050. Dans une étude qui a fait le tour du monde en quelques heures, des chercheurs de cinq pays dressent ainsi un portrait plus noir que jamais de l’avenir de la pêche. Et de l’avenir de notre alimentation après l’an 2050.

Comment l’équipe dirigée par Boris Worm, biologiste marin à l’Université Dalhousie de Halifax (Nouvelle-Écosse) est-elle arrivée à cette estimation? À partir de l’analyse de 50 années de données sur les pêches. Et ces données proviennent d’un projet, appelé Sea Around Us, qui a justement été institué il y a une quinzaine d’années en réponse au déclin appréhendé des espèces commerciales de poissons. Ce programme de recherche, hébergé à l’Université de Colombie-Britannique, est aujourd’hui devenu une méga-base de données: 500 millions d’items sur les captures de pêcheurs des quatre coins du monde, remontant aux années 1950.

L’objectif de départ n’était toutefois pas de documenter le déclin des espèces commerciales, qui ne fait pas de doute, mais de répondre à l’objection selon laquelle des perturbations chez quelques espèces autres que des poissons peuvent nuire à l’ensemble des réserves de poissons.

Autrement dit, cette étude, disent ses auteurs, démontre que tout est interelié: une chute rapide de la biodiversité depuis 200 ans s’est accompagnée d’un déclin de la qualité des eaux près des côtes qui elle-même s’est accompagnée d’une croissance d’algues qui sont dévastatrices pour la vie sous-marine.

Ceci dit, leur conclusion la plus spectaculaire —la mort de la pêche commerciale vers 2050 si rien n’est fait entretemps— suscite quelques objections. Ainsi, pour Steve Murawski, scientifique en chef au service des pêches de l’Administration nationale des océans et de l’atmosphère des États-Unis (NOAA), bien qu’il ne fasse pas de doute que les réserves de poissons doivent être protégées avec plus d’ardeur, le modèle choisi par Boris Worm et ses collègues, et paru dans la revue Science, s’appuierait sur une définition économique du mot « effondrement » (collapse) qui ne fait pas l’unanimité: on parle d’effondrement d’une population lorsque celle-ci atteint 10% de son maximum historique. Or, on ignore totalement si ce chiffre correspond à quelque chose d’aussi dramatique pour le reste d’un écosystème.

« Ce n’est pas un bon indicateur de ce qu’est une réserve de poissons en santé », déclare Murawski parce que cela fait courir le risque de sous-évaluer une population de poissons à partir d’une seule saison de surpêche.

N’empêche que cette étude rappelle que 29% des réserves de poissons qui étaient disponibles en 1950 se sont d’ores et déjà effondrées. Tout au plus Boris Worm et ses collègues se réjouissent-ils que certains des efforts de conservation des dernières années aient renversé le déclin dans certaines des 44 zones protégées. Si l’effort était accentué, l’échéance de 2050 reculerait d’autant.

Textes sur l’environnement et commentaires du rédacteur sur l’environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.