Empreintes digitales un pouvoir secret

Dossier Science

Empreintes digitales: un pouvoir secret

(Agence Science-Presse) – Saviez-vous que vos empreintes digitales ne servent pas uniquement à la police?

Le mystère est enfin levé: une analyse microscopique révèle que ces profondes vallées sont des filtres qui servent à distinguer les textures les plus fines.

Lorsque votre doigt parcourt du coton ou du bois, l’interaction avec ces falaises et ces vallées envoie une série de vibrations aux senseurs de votre peau, et la nature des vibrations devient le signal envoyé au cerveau: ceci est du coton, ceci est du bois.

Pour en arriver à cette conclusion, des chercheurs du CNRS français racontent dans Science avoir dû produire un senseur artificiel dont la dimension reproduit celle des empreintes.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,

La signature du cancer du sein

La signature du cancer du sein

Isabelle Burgun   DOSSIER SANTE

(Agence Science-Presse) – Bonne nouvelle pour les femmes! Des chercheurs québécois viennent de mettre à jour de nouveaux marqueurs moléculaires impliqués dans la progression du cancer du sein. Cette signature issue de la génomique ouvrirait la porte à un test facile et fiable que l’on pourrait faire, dans le futur, à partir d’une simple prise de sang!

«Ces marqueurs nous permettent de savoir si une tumeur cancérigène est présente, mais aussi de connaître son type et son agressivité», explique Sherif Abou Elela, professeur du département de microbiologie et d’infectiologie de l’Université de Sherbrooke.

Une technologie avancée

Afin de comparer des échantillons mammaires cancéreux et sains, les chercheurs ont utilisé la nouvelle Plateforme RNomique Génome Québec et Université de Sherbrooke, un équipement robotisé implanté dans le laboratoire de génomique fonctionnelle de cette université.

C’est en scrutant l’ARN — ou acide ribonucléique — pour y trouver un patron précis de la maladie que les chercheurs ont réussi à isoler 41 marqueurs moléculaires reliés au cancer du sein qui agissent sur le fonctionnement et le taux de sécrétion des protéines.

L’espoir que caressent les chercheurs serait de parvenir à identifier les bons marqueurs afin de permettre le dépistage des protéines incriminantes dans une simple prise de sang. Un test moins invasif et encore plus facile!

Le cancer du sein au Canada

Le cancer du sein frappe une femme sur neuf au Canada. Plus de 430 Canadiennes apprennent chaque semaine qu’elles en sont atteintes. De ce nombre, une sur quatre mourra des suites de la maladie.

Après la signature du cancer de l’ovaire découverte par cette même équipe au début de l’année dernière, voilà un autre cancer qui pourrait être dépisté plus rapidement. Les résultats de cette étude sont publiés dans un récent numéro de la revue scientifique Cancer Research.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,

Cyberdépendance: être dépendant du monde virtuel d’Internet

Cyberdépendance: être dépendant du monde virtuel d’Internet

Matthieu Burgard      Dossier Gambling et jeu compulsif, Cyberdépendance

(Agence Science-Presse) – Paupières lourdes après une nuit passée sur Internet, sautes d’humeur, perte d’efficacité au travail, tensions au sein du couple… mais toujours cette irrépressible envie d’aller naviguer. La cyberdépendance semble être l’un des nouveaux maux de notre époque, mais reste encore mal comprise des cliniciens.

«Nos connaissances sont fragmentaires et il faut d’abord déterminer ce qu’on entend par dépendance à Internet. Il n’y a d’ailleurs pas de définition officielle dans la classification internationale des maladies» explique Louise Nadeau, directrice de l’Institut universitaire sur les dépendances à Montréal. «Pourtant au Québec, 100 personnes sur 40 000 auraient déjà consulté un spécialiste à ce sujet alors qu’aucun centre de santé publique n’offre de service spécifique.» La chercheuse mène actuellement des focus-groups avec des cliniciens pour définir des lignes directrices de recherche et identifier les enjeux éthiques liés à la cyberdépendance pour les professionnels de la santé mentale. «Mettre quelqu’un en traitement, ça n’est pas rien, affirme-t-elle. Il faut d’abord savoir ce qu’on traite, qui l’on traite et si l’on devrait traiter.»

Une vie hors de la réalité

Ce l’on sait pour l’instant: les surfeurs pathologiques utiliseraient plus souvent des applications qui leur permettent de sociabiliser comme les jeux en ligne ou les logiciels de clavardage. «Derrière leur écran, les personnes sont plus sûres d’elles, ce qui renforce leur identité». Mais un désengagement social et affectif dans le monde réel en est souvent le prix à payer. La durée passée en ligne, parfois pointée du doigt par l’entourage, ne semblerait pas être un élément satisfaisant pour le diagnostic. «On remarque par contre que certains critères du jeu pathologique ou de la dépendance à une substance peuvent être transposés à la cyberdépendance, par exemple, la perte de contrôle de l’utilisation malgré la conscience des souffrances associées», explique Mathieu Goyette, coauteur avec Louise Nadeau d’un article sur le sujet dans la revue Alcoologie et addictologie.

 

Dans 10 ans?

Les chercheurs en psychologie auront à «réaliser des études épidémiologiques plus larges et plus systématiques sur la dépendance à Internet», estime Mathieu Goyette. Les données accumulées serviront à déterminer un seuil clinique à la maladie et à comprendre son évolution. Enfin des traitements issus de ces connaissances permettront de soigner les patients, qui selon les scientifiques, pourraient être de plus en plus nombreux.

Autres textes sur Gambling et jeu compulsif

Le jeu compulsif chez les jeunes

À Loto-Québec de qui se moque-t-on?

Merci à Loto-Québec de nous avoir ruiné

Les sociétés d’État veulent-ils remplacer le Ministère de la culture?

Gambling, vidéo et DVD

Rien ne va plus, les jeux sont faits

Loto-Québec, le Casino et le suicide

Loto Quebec: Plus de cadeaux que de prévention

Les dés sont cliqués

Témoignage d’un joueur compulsif

2$; le prix à payer pour devenir un joueur compulsif

Maudite Machine, Biz, rappeur de Loco Locass

Lu dans la presse :

http://www.nouvelles.umontreal.ca/content/view/1650/1/

http://www.lactualite.com/sante/article.jsp?content=20080917_170033_40044

http://www.technaute.ca/nouvelles/internet/200802/11/01-8414-peu-de-ressources-pour-les-cyberdrogues.php

http://www.lefigaro.fr/france/20060225.FIG000002953_la_psychiatrie_de_plus_en_plus_confrontee_a_la_cyberaddiction.html

Pour les insatiables

 

Un site dérivé de psychologie.fr, entièrement dédié à la maladie

http://cyberdependance.fr/

Un dossier sur la cyberdépendance du Centre Québécois sur les Dépendances

http://www.cqld.ca/publications/cyberdependance.pdf

Un état des lieux de la maladie sur le site du Ministère des Services Gouvernementaux du Québec

http://www.bibliotheque.assnat.qc.ca/01/PER/815011/2007/2007_01.htm

L’état des connaissances sur la cyberdépendance et les activités du Centre québécois de lutte contre les dépendances

http://www.ledevoir.com/2006/11/03/122041.html

La cyberdépendance chez les adolescents

http://www.arrondissement.com/?module=document&uid=1479&division=0&subject=0&audience=5&type=1

La dépendance à Internet vulgarisée par des chercheurs de l’Université de Moncton

http://www2.umoncton.ca/cfdocs/saee/psychologie/pdf/cyberdependance.pdf

Le compte rendu d’une étude sur la cyberdépendance du Docteur Robert Ladouceur, directeur du Centre québécois d’excellence pour la prévention et le traitement du jeu

http://www.jeu-aidereference.qc.ca/www/cyberdependance_fr.asp

Un dossier sur l’addiction à Internet proposé par un site traitant de Santé

http://www.doctissimo.fr/html/sante/mag_2001/mag0309/ps_3663_cyberdependant.htm

La cyberdépendance aux Etats-Unis

http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/200512/01/01-16591-peut-on-etre-dependant-dinternet.php

http://www.branchez-vous.com/actu/06-10/10-316106.html

Un article d’une chercheur français de L’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale

http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/toxicomanies/internet_addiction/cyberaddiction.htm

Testez votre degré de dépendance à Internet (en anglais)

http://netaddiction.com/resources/internet_addiction_test.htm

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Chirurgie à Cuba: travail bâclé au Journal de Montréal

Chirurgie à Cuba et rétinite pigmentaire:

travail bâclé au Journal de Montréal

 François Richard

  Dossiers Médias et publicationSanté et Protection du consommateur

 image Le Journal de Montréal publie dans son édition d’aujourd’hui un dossier sur les soins de santé cubains comportant d’importantes lacunes. L’article porte sur le tourisme médical et on peut y lire les témoignages de Québécois qui se sont rendus à La Havane afin de se faire opérer pour une rétinite pigmentaire. Cette maladie génétique de l’oeil cause la cécité et est, selon les données médicales disponibles, incurable. Pourtant, l’auteur du dossier, Éric Yvan Lemay, ne fait aucunement mention du caractère controversé du prétendu remède cubain à cette maladie.

Un traitement contesté par les médecins

Je travaille présentement sur ce dossier dans le cadre d’un article pour le magazine Reflet de Société. Durant mes recherches j’ai pris connaissance des critiques sévères des ophtalmologistes québécois à l’endroit de l’opération offerte à la clinique cubaine mentionnée dans l’article du Journal. L’efficacité du traitement n’a jamais été scientifiquement démontrée. Les étrangers se rendant à Cuba risquent donc de dépenser des dizaines de milliers de dollars en pure perte, voire d’aggraver leur état de santé.

Le Journal de Montréal se contente pourtant de présenter des témoignages de gens satisfaits du traitement qu’ils ont reçus. Le lecteur non-averti aura l’impression que l’opération est bénifique et sans danger, sans qu’il n’ait pu bénéficier d’un point de vue divergent afin de réfléchir de façon plus critique à la question.

Des témoins honnêtes

Je ne mets pas en doute la véracité des témoignages publiés dans le Journal. J’ai d’ailleurs moi-même interrogé certaines des personnes qui y sont citées et je peux témoigner de leur bonne foi et de leur crédibilité. Je crois toutefois qu’il était du devoir de l’auteur de présenter l’autre côté de la médaille. Les témoignages ont une valeur et méritent d’être considérés, cela dit, les recherches scientifiques aussi.

Publier un quotidien en l’absence de journalistes comporte des risques. Comme celui de ne pas faire les recherches appropriées avant de publier un dossier qui pourrait induire des gens en erreur. 

Un article portant sur le traitement de la rétinite pigmentaire offert à fort prix dans une clinique cubaine sera publié dans l’édition de juin de Reflet de Société.

Cliquez pour commenter ce texte sur Le Journal de Montréal et la rétinite pigmentaire

Autres textes Protection du consommateur:

Taux promotionnel CIBC VISA et fausses représentations

Quand l’argent des cartes de crédit disparaît de la circulation

Fausses représentations des cartes de crédit

Carte de crédit et taux usuraire

Dépassement de la limite autorisée

Endettement sur carte de crédit

Canadian Tire devient une banque et une carte de crédit

Ressources protection du consommateur

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Un mot de nos amis les dauphins

Un mot de nos amis les dauphins

(Agence Science-Presse) – Les dauphins parlent: ça, nul n’en sera étonné. Mais que disent-ils? Voilà que les scientifiques ont identifié près de 200 «mots». Ou du moins 200 sifflements différents, dont une vingtaine, les plus courants, sont liés à des comportements précis: déplacements, repos, alimentation, socialisation… «Cette communication est hautement complexe et elle est liée à un contexte; donc, en un sens, on pourrait l’appeler un langage», explique Liz Hawkins, du Centre de recherche sur les cétacés en Australie, qui a consacré trois ans à enregistrer et étudier 1647 sifflements provenant de 51 bancs de dauphins vivant près des côtes australiennes.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Gambling et Jeu compulsif

La réalité sur les jeux de hasard, un outil de discussion pour les jeunes

gambling-jeu-compulsif-gambler-joueur-pathologique-poker-casinoDVD Gambling. 20$ + 5$ (taxes et frais de transport)

DVD de sensibilisation rassemblant témoignages et interventions de Biz, de Loco Locass, de l’ancienne croupière Éléonore Mainguy, du joueur devenu paraplégique Did Bélizaire et de plusieurs joueurs compulsifs. Le moyen idéal de s’éveiller aux conséquences de la dépendance au jeu.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009.

Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc, H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Domicilié au pôle Nord

Domicilié au pôle Nord
Nicolas Martin – Agence Science-Presse

Deux scientifiques, prêts à discuter, apparaissent devant la caméra web. Leur tâche, aujourd’hui, est inhabituelle: présenter, à des jeunes de 12 à 17 ans, leur mode de vie à l’intérieur de la station de recherche polaire Spitzbergen, en Norvège. Cette activité, à laquelle participaient ces jeunes curieux, s’est tenue à Berlin, les 2 et 3 novembre derniers, lors du Forum des sciences franco-germano-québécois.

Eric Lamagnon et Nicolas Le Viavant, chercheurs français à la station polaire, expliquent que la journée type d’un scientifique basé au 79e parallèle n’est pas radicalement différente de celle d’un scientifique du «Sud». Le changement est perceptible lorsqu’ils sortent de la station: grande étendue blanche, noirceur constante en hiver, températures extrêmes; pas de métro ni de panneaux publicitaires. En outre, plusieurs scientifiques n’y séjournent que pour une courte période et repartent aussitôt, souvent sans même avoir pu constater les particularités la région, ajoutent-ils.

Bien que franco-allemande, la station possède le statut de centre de recherche international en territoire norvégien. La langue officielle est l’anglais, et une trentaine de scientifiques provenant d’une douzaine de pays vivent dans ce petit village éloigné. Une piste d’atterrissage permet de garder un lien rapide avec le reste du monde, la communauté norvégienne la plus proche, Longyearbyen (1800 habitants), étant située à 100 km.

Interrogés par un jeune élève sur les effets des changements climatiques observables à partir de la station, Lamagnon et Le Viavant confient que ces effets sont «manifestes» et même «visibles à l’œil nu». En effet, nul besoin de se munir d’instruments pour remarquer que la neige fond plus vite au printemps et que la glace tarde à se former à l’automne. La fonte des glaces augmente chaque année, ce qui a pour effet d’éroder la côte constituée entièrement de glace. Depuis 1993, la côte a reculé d’environ 200 m par an. Par ailleurs, l’eau du fjord se réchauffe constamment depuis 40 ans. Ils ont également constaté que l’ours polaire se faisait de plus en plus rare dans la région depuis quelques années en raison de la diminution de la banquise.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Des clés pour la recherche

Des clés pour la recherche

Agence Science-Presse – Isabelle Burgun

Emma Tome (nom fictif), atteinte d’une maladie rare, participe à une recherche destinée à tester un nouveau médicament. Les travaux de recherche achevés, et publiés, ses prélèvements sanguins étiquetés sont rangés au sein d’une biobanque dans les locaux de la compagnie pharmaceutique.

Ils seront disposés aux côtés de milliers d’autres tubes tout aussi anonymes. « Si la compagnie décèle une particularité dans les prélèvements ou souhaite poursuivre son investigation à la suite d’une découverte majeure, c’est actuellement impossible.  Seul le chercheur a dans ses dossiers la clé codée pour retracer l’identité des participants », s’alarme Christiane Auray-Blais.

La biochimiste responsable du Programme québécois de dépistage urinaire de maladies métaboliques héréditaires prône une gestion de l’information transparente et utile des biobanques. Sa proposition, rédigée conjointement avec Johane Patenaude de la faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, a retenu l’attention de la revue Science

Dynamisées par les travaux de recherche dans le domaine de la génétique, les biobanques se multiplient. Actuellement, des centaines de milliers de prélèvements et autres échantillons sont conservés, en vue de recherches ultérieures, sur les tablettes de nombreuses compagnies et organismes subventionnaires.

L’archiviste possède la clé

Les biobanques sont là pour rester. Il s’avère donc nécessaire de trouver une méthode éthique de les gérer, pense la chercheuse qui suggère de confier une clé à l’archiviste médicale. « Elle est indépendante et soumise aux lois et règlements de sa profession. C’est la meilleure personne pour gérer les dossiers des patients », soutient-elle. L’archiviste disposerait donc d’une autre clé. Ce second code, indépendant de celui du chercheur, permettrait un accès aux dossiers des patients lorsque des recherches ultérieures sont entreprises par d’autres équipes de recherche.

La doctorante de l’Université de Sherbrooke propose aussi de « revenir à la base », c’est-à-dire de s’assurer que le personnel de recherche soit formé aux questions d’éthique. « J’interpelle souvent les chercheurs sur la lisibilité de leur protocole de recherche et des formulaires à remplir par les participants. Je leur demande : est-ce que votre mère serait capable de comprendre ça ? »  Car être capable de lire ce que l’on signe s’avère conditionnel au consentement « libre et éclairé » du participant.

Cette formation, que la Dre Auray-Blais rêve de voir prise en charge par les organismes subventionnaires et les compagnies, permettrait notamment que le personnel — chercheurs compris — prodigue une information vulgarisée et transparente aux participants sur les suites de la recherche. Une proposition qui permettrait également de réutiliser ces précieux prélèvements !

Pour en savoir plus

Biobanking Primer: Down to Basics par Christiane Auray-Blais et Johane Patenaude, publié dans Science, édition du 11 mai 2007, VOL 316 http://www.sciencemag.org/cgi/content/full/316/5826/830

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Un ciel pur au Nord du Chili !

 

 
 

Un ciel pur au Nord du Chili !

Agence Science-Presse, Mélanie Robitaille

 

De loin, la nuit, la ville de La Serena au Chili s’enveloppe d’un halo jaune. Jaune sodium. Les ampoules au sodium dans les réverbères ont récemment remplacé celles au mercure, diffusant une lumière blanche. Un choix énergétique et logique. La Serena est entourée d’observatoires astronomiques perchés dans les montagnes et les télescopes ont besoin d’un ciel libre de lumière blanche la nuit pour dénicher leurs trésors célestes.

Pedro Sanhueza, responsable du Bureau de protection de la qualité du ciel du nord du Chili, voit sa réussite en embrassant la ville du regard. Ses efforts ont d’abord abouti à l’entrée en vigueur en 1999 de la Norme d’émission pour la régulation de la pollution lumineuse. Depuis, 57 % des lampadaires des régions d’Antofagasta, d’Atacama et de Coquimbo utilisent des ampoules au sodium. La prochaine étape : il souhaite qu’il n’y ait plus de lumière diffuse dans le ciel d’ici trois ans. Que tous les faisceaux lumineux soient dirigés vers le bas par des abat-jour.

La cordillère des Andes dans la moitié nord du Chili offre les meilleures conditions d’observation astronomique de l’hémisphère. Mais Malcolm Smith, directeur de l’association des universités pour la recherche en astronomie au Chili (AURA), affirme que  » si le Chili ne se pliait pas aux exigences des observatoires, les nouveaux projets allaient chercher à s’installer ailleurs dans le monde.  » Et il ajoute :  » quand les changements d’éclairage seront terminés, la vie utile des télescopes sera augmentée d’une décennie ou deux.  »

En bichonnant ses invités internationaux, le Chili est bien rétribué : en plus de l’expertise chilienne en astronomie développée au fil des ans, l’économie du pays bénéficie des allées et venues des scientifiques venant visiter temporairement les installations, mais aussi ceux qui s’y établissent avec leur famille. Sans oublier le tourisme astronomique qui gravite maintenant autour de certains observatoires offrant des visites.

La petite ville de Vicuña, enfoncée dans la vallée à une heure de La Serena, a été une pionnière dans la conversion au sodium. Pour la remercier, on lui a construit l’observatoire touristique de Mamalluca qui initie des milliers de visiteurs par an aux constellations. Le guide résume la situation de pays hôte du Chili :  » Ils ont l’argent, on a le ciel.  » Et le Chili a compris que c’était à son avantage de bien traiter la visite.

Textes sur l’environnement et commentaires du rédacteur sur l’environnement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Agresseurs réels, thérapie virtuelle !

 
 

Agresseurs réels, thérapie virtuelle !

Agence Science-Presse. Juliette Badina

 

Imaginez un monde où un enfant se transforme en adulte sous le regard du pédophile ; un monde qui basculerait dans un autre dès l’enregistrement d’une réponse érectile à la hausse ; un monde où le patient reçoit des punitions virtuelles… L’utilisation de la technologie de réalité virtuelle ouvre la porte à des situations d’évaluation du risque et de traitement jusqu’ici impensables chez les délinquants sexuels.

 » Les photographies d’enfants nus, utilisées jusqu’ici pour évoquer une excitation sexuelle chez les abuseurs d’enfants, posent des problèmes éthiques importants « , explique Joanne-Lucine Rouleau, professeure de psychologie à l’université de Montréal. En tant que directrice du Centre d’étude et de recherche de l’université de Montréal (CÉRUM), Mme Rouleau travaille à la mise au point de méthodes d’évaluation et de traitement auprès des abuseurs sexuels considérés  » à risque élevé « . Pour ce faire, elle s’est associée au professeur Patrice Renaud pour le développement de personnages virtuels présentant les caractéristiques sexuelles nécessaires.

 » Il y a autant de préférences sexuelles que d’individus sur la planète ! « , souligne le Dr Renaud, membre de l’axe vie artificielle et arts robotiques d’Hexagram.  » La réalité virtuelle offre une grande flexibilité et permet de développer des personnages présentant des caractéristiques raciales ou physiques qui s’adaptent aux préférences de chaque patient « , ajoute le professeur Renaud. Il collabore ainsi avec Michel Fleury, professeur à l’École de design de l’UQAM et fondateur de la compagnie Darwindimensions, spin-off d’Hexagram, qui vise à la commercialisation d’une véritable agence d’acteurs virtuels.

 » Pour créer ces acteurs virtuels, il a d’abord fallu créer des personnages statiques et les animer ensuite « , explique Patrice Renaud. La banque de personnages virtuels statiques mis au point par les artistes-chercheurs est déjà bien complète et pourrait être utilisée très rapidement pour contrer le problème d’éthique lié aux photographies.  » Il reste cependant à rendre la couleur et la texture des cheveux plus naturelles, souligne Dr Rouleau, puisque ce sont des critères importants chez les délinquants sexuels. « 

Les recherches des professeurs Rouleau et Renaud vont au-delà de ces problèmes d’éthiques… et visent à valider une nouvelle méthode d’évaluation des préférences sexuelles qui se fonde sur l’utilisation de la réalité virtuelle et de la vidéo-oculographie, une technique permettant d’analyser les mouvements des yeux des patients. Les méthodes cliniques actuelles, qui mesurent l’afflux sanguin dans le pénis en réponse à un stimulus visuel, présentent des lacunes : est-ce que le patient observe réellement le stimulus visuel ? Combien de temps ? Quelle partie attire le plus son attention ?  » Pour résoudre ce problème, nous avons développé un procédé innovant permettant de mettre en relation le regard du patient avec des objets 3D ! « , explique M. Renaud. Cette technologie ouvre la voie à des possibilités d’évaluation de la préférence sexuelle et pourrait remplacer la mesure de l’afflux sanguin.

La technologie de vidéo-oculographie en complète immersion virtuelle pourrait aussi être utilisée à des fins de traitement des délinquants sexuels. L’objectif est d’associer des actes à des punitions ou, au contraire, à des renforcements virtuels.  » Par exemple, une réponse érectile à la hausse à la vue d’un enfant virtuel, plongerait le patient dans un monde où il revivrait son arrestation, la perte de ses moyens financiers ou de ses proches « , poursuit le docteur Renaud. D’un autre côté, les agresseurs d’enfants,  » qui ont des problèmes de rapport sexuel avec les adultes tels que l’anxiété de performance « , souligne la professeure Rouleau, doivent apprendre à gérer leur stress et être capables de maintenir une excitation sexuelle face à des stimuli sexuels adultes. Le Dr Renaud travaille ainsi avec un outil qui permet à deux topologies virtuelles de se fondre l’une dans l’autre et notamment, de transformer un enfant virtuel en adulte sous le regard du patient.

Le programme de recherche, reçoit des subventions des Instituts de recherche en santé du Canada et de l’Institut des neurosciences, santé mentale et toxicomanie pour tester le protocole. » Compte-tenu des énormes implications que ces technologies pourraient avoir au niveau légal et éthique, l’horizon d’utilisation dépend du temps nécessaire à la validation des méthodes, mais aussi des moyens financiers pour se munir des équipements de complète immersion virtuelle ! « , soulignent les chercheurs.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

autres textes sur sexualité