Médecins sans frontières: un organisme d’urgences dans des pays sous-développés

Médecins sans frontières

Un organisme d’urgences dans des pays sous-développés

Valérie Carrier MSF      Dossier International, Économie

Les responsables des ressources humaines de Médecins sans frontières (MSF) pour Montréal ont tenu une rencontre d’information et de recrutement dans leurs locaux, le lundi 23 avril dernier. Ce fut l’occasion pour la vingtaine de personnes présentes d’apprendre à connaître les valeurs et manières d’agir de l’organisme non-gouvernemental.

MSF ne recherche pas que du personnel médical. Bien sûr, c’est là une partie plus qu’importante des ressources demandées, mais MSF a aussi besoin de professionnels de différents domaines tels que la mécanique, l’électricité et les communications. Son mandat se situe au niveau des urgences, qu’elles soient causées par des catastrophes naturelles ou humaines, et il laisse aux autres organismes la responsabilité du développement à long terme. «Si, pour nos plans d’urgence, nous devons construire quelque chose qui va rester, ok, on va le faire, précise Maria-Elena Ordoñez, agente des ressources humaines non médicales sur le terrain pour Montréal. Mais on touche le moins possible au développement durable. Notre mandat, c’est les urgences.»

MSF prend énormément de mesures de sécurité pour ne pas risquer la vie de ses volontaires. Quand il arrive quelque chose de grave à un membre de l’équipe, c’est la mission au complet qui tombe et à cause de cela, beaucoup de gens du pays où MSF agissait meurent, laissés sans soins. C’est pourquoi la prudence est une priorité. Malgré tout, les candidats aux équipes de MSF doivent être conscients du danger tout de même présent. Être volontaire pour Médecins sans frontières, c’est souvent risquer sa vie pour en sauver d’autres; il faut être prêt à ça.

Les personnes qui veulent être de l’aventure, en toute connaissance de cause, doivent avoir deux ans d’expérience professionnelle dans leur domaine. Il est aussi requis qu’ils aient d’abord vécu une mission humanitaire significative dans un pays sous-développé. Puis, ils peuvent poser leur candidature pour une mission de MSF qui durera entre 6 à 9 mois pour les médecins et 9 à 12 mois pour les personnes d’autres professions, une aventure de solidarité humaine hors du commun.

Vos commentaires sur Médecins sans frontières: un organisme d’urgences en recrutement

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Lorsque le travail stresse

 

Lorsque le travail stresse

Isabelle Burgun, Agence Science presse

Épuisement professionnel, stress ou fatigue persistante, on connaît tous un collègue malade de son travail. Et, il est loin d’être le seul : 800 000 travailleurs québécois souffriraient d’épuisement, selon l’Ordre des psychologues du Québec (1), soit près d’un professionnel sur quatre.

Sujet encore délicat, voire tabou, la santé psychologique au travail fait toutefois l’objet de nombreuses études depuis une vingtaine d’années.  » Nous allons voulu faire le point sur les meilleures pratiques d’intervention « , relève le professeur François Courcy, psychologue industriel et organisationnel de l’université de Sherbrooke et un des auteurs d’un document sur les interventions pratiquées en milieu de travail d’un bout à l’autre de la planète.

Le rapport Interventions organisationnelles et santé psychologique au travail : une synthèse des approches au niveau international, initié et publié récemment par l’Institut de recherche Robert-Sauvé (IRSST), s’adresse tout d’abord aux chercheurs, employeurs et conseillers soucieux de la santé et de la sécurité au travail.

On estime aujourd’hui qu’entre 30 et 50 % des absences au travail seraient reliées à une santé psychologique défaillante occasionnée par différents  » stresseurs « . Et il en existe de toutes sortes, d’une technologie mal maîtrisée aux conflits récurrents entre les membres du personnel jusqu’à la température du bureau.  » Il faut prendre en compte, avant d’intervenir, l’ensemble des stresseurs physiques, liés aux organisations et à l’environnement de travail, et ceux psychologiques, liés à la personne « , explique le Pr Courcy.

Car le stress n’est pas un problème seulement lié à l’individu, mais bien un  » processus qui s’amorce avec des éléments appartenant à l’environnement de travail. Lorsque rien n’est fait pour en réduire les sources, le problème persiste (Kompier et Cooper, 1999) « , souligne le rapport. Il est maintenant reconnu que l’épuisement professionnel — le fameux  » burn-out  » — serait occasionné à 60 % par des facteurs environnementaux et à 40 % par ceux reliés à l’individu.

À chacun sa stratégie !

Les interventions s’opèrent à trois niveaux : la prévention (pour vérifier ce qui peut nuire avant que quelqu’un soit malade), la recherche de symptômes (avant le diagnostic afin de trouver des ajustements) et la réintégration de la personne (afin de la faciliter à l’aide, par exemple, d’un retour progressif).

Sur 64 études recensées par le rapport, seulement cinq ou six seraient de grande qualité.  » Nous avons souvent constaté un manque de rigueur scientifique. Il y a une foule de bonnes idées, mais leur efficacité n’est pas démontrée « , confie le Pr Courcy. En Occident, les employeurs investissent peu dans la prévention et vont généralement regarder le problème d’un point de vue macroscopique.  » Ce sont plutôt les conseillers au sein des Ressources humaines qui vont ouvrir les dossiers et s’intéresser aux individus « , admet le Pr Courcy. Les Anglo-Saxons seraient en avance dans le domaine en mettant en place des politiques de prévention et des interventions qui s’appuient sur des données probantes.

Il reste encore un travail de sensibilisation à faire auprès des employeurs. C’est d’ailleurs l’une des recommandations du rapport avec la nécessité d’approfondir le travail de recherche au niveau du Québec. Il y a ainsi peu de travaux qui se penchent sur la santé psychologique des travailleurs autonomes, de plus en plus nombreux dans le paysage professionnel.

(1) Article sur l’épuisement professionnel dans le numéro de novembre 2004 de Psychologie Québec, consacré à la psychologie des organisations. Lire également l’article sur la santé psychologique :

http://www.ordrepsy.qc.ca/opqv2/fra/cont.asp?bfk1=145&bfk2=147&bfk3=185

À lire :

Interventions organisationnelles et santé psychologique au travail : une synthèse des approches au niveau international, par André Petit, François Courcy, Steve Harvey, Alexandre Morin et Olivier Loiselle, publié par l’IRSST : http://www.irsst.qc.ca/fr/_publicationirsst_100217.html

Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociale (CLIPP) : http://www.clipp.ca/

Chaire en gestion de la santé et de la sécurité du travail et dans les organisations : http://www.cgsst.com/chaire/fra/default.asp

Plus particulièrement, la « Trousse de la santé psychologique au travail » (trois fascicules): http://www.cgsst.com/chaire/fra/monographies.asp

Autres textes sur la santé.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Témoignage sur l’implication bénévole

benevolat-benevole-implication-jeune La récompense – Regard sur des gens de cœur
Documentaire sur l’implication bénévole.
-Découvrir sa communauté, donner un sens à sa vie…
-Briser son isolement et celui d’autrui.
-Découvrir de nouveaux amis.
-Prendre part à la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d’échange.
-L’acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d’expérimenter et mieux se connaître.
S’impliqer c’est trippant et ça mérite d’être vécu. 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.