Environnement social et tabagisme: un lien direct

Environnement social et tabagisme: un lien direct

Sylvain Sarrazin

(Agence Science-Presse) – Fumera, fumera pas? Les raisons sociales pour lesquelles on devient accroc aux bâtonnets sont aussi variées que les marques de paquet. Influence de la famille, des pairs, classe socio-économique… Une équipe du centre de recherche Léa-Roback de Montréal a ratissé une centaine d’études sur le sujet publiées entre 1998 et 2007. Verdict: le quartier de résidence et son ambiance ne sont pas étrangers aux coups de briquet.

Au Canada, on respire mieux. Entre 1985 et 2007, le nombre de consommateurs de tabac est parti en fumée, passant de 35% à 19%. «Paradoxalement, les inégalités sociales face au tabac augmentent», dénote cependant Paul Bernard, professeur de sociologie à l’Université de Montréal et superviseur de la recherche.

Effet de classe sociale, affirmation identitaire? Oui, mais pas seulement. Au-delà du perron où certains s’installent pour en griller une, il y a une autre influence, celle du quartier: de nombreuses études établissent un lien entre le lieu de résidence, son contexte socioéconomique et la proportion de fumeurs.

Chez les adultes, la qualité de l’environnement s’avère déterminante. Deux études menées dans huit villes européennes mettent en cause la profusion d’éléments stressants comme la pollution sonore, les façades criblées de graffitis et dégarnies de végétation ou la qualité des routes et des bâtiments.

En Angleterre, dans le cadre d’un programme de revitalisation urbaine, des chercheurs ont ainsi noté que la rénovation physique d’une banlieue de Newcastle a entraîné une diminution prononcée du nombre de fumeurs. Faites chuter les murs de bâtisses vacantes, les fumeurs s’écroulent!

«Il y a des modes de vie qui prévalent dans certains milieux où il y a des tensions, rappelle le chercheur. On n’y trouve pas les mêmes normes par rapport au corps et la santé. Il faut observer comment l’objet de tabac est construit dans les cultures locales et celles de quartier.»

Fumer pour oublier?

Aujourd’hui, un jeune Québécois (de 20 à 24 ans) sur trois est fumeur. Pour eux aussi, le quartier semble avoir son mot à dire. Le sentiment d’insécurité et la désorganisation sociale sont pointés comme des facteurs favorisant le tabagisme. Plus ça «craint», plus ça fume: les hauts taux de criminalité augmenteraient ainsi significativement la fâcheuse habitude. Enfin, il ne faut pas occulter le jeu d’estime, puisque le faible attachement à son secteur pousse à fumer.

«L’influence du quartier sur le tabagisme est toutefois difficile à cerner, car il y a moins d’indicateurs objectifs. Ça se passe surtout sur le plan social et des interactions», fait remarquer Christiane Montpetit, agente de recherche et rédactrice de l’étude transversale.

Plusieurs travaux, dont un mené dans une trentaine de villes québécoises, ont démontré la multiplication des points de vente de tabac dans les quartiers les plus pauvres, ce qui en favorise l’accès.

Mené actuellement par Katherine Frohlich, professeur en médecine sociale et préventive, un projet complet tentera d’évaluer plus précisément les effets de quartiers au Québec, afin de comprendre pourquoi la cigarette fait un tabac dans certains arrondissements de Montréal.

 

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Jeunes, Montréal et insécurité

Jeunes, Montréal et insécurité

Gabriel Alexandre Gosselin               Dossier Ville de Montréal, Itinérance

lg_cjm Le Conseil jeunesse de Montréal ainsi que la Commission de la sécurité publique de Montréal se questionnent: les jeunes de Montréal se sentent-ils en sécurité dans leur propre ville?

Un sentiment d’insécurité qui ne suit pas la tendance…

C’est suite à certaines constatations que les autorités municipales en sont venus à cette énigme. Sur l’île, le taux de criminalité a baissé de 29%  en dix ans, et de 42% depuis 1993. Malgré cette statistique, la ville avoue recevoir, surtout de la part de jeunes, plaintes et témoignages qui soulignent un sentiment d’insécurité qui, lui, ne tend pas à la baisse.

Consultations publiques sur l’insécurité

Qu’est-ce qui rend ces jeunes insécures? Dans quel genre de situation peuvent-ils se sentir anxieux? Qu’est-ce qui selon eux devrait changer dans la ville pour que ce sentiment d’insécurité s’estompe?

Afin de trouver pistes et solutions, le Conseil jeunesse de Montréal et la Commission de la sécurité publique de Montréal invitent les citoyens âgés entre 12 et 30 ans à venir s’exprimer lors de trois consultations publiques. Le Conseil jeunesse s’engage, au mois de mai prochain, à déposer son avis et ses suggestions à la mairie suite aux déclarations de leurs concitoyens(nes) sur le sujet.

Vous vous sentez préoccupé par la sécurité à Montréal? Voici les endroits où prendront place les trois consultations publiques:

– Le 11 mars, à la Maison du citoyen, dans le quartier Saint-Michel;

– Le 12 mars, à la Salle R-M120, département des Sciences de la gestion à l’UQÀM;

– Le 25 mars, au 6767, Chemin de la Côte-des-Neiges, salle 602.

Pour plus d’informations sur les consultations publiques, consultez le site du Conseil jeunesse de Montréal, où vous trouverez toutes les coordonnées précises des lieux ainsi que les heures de rencontre.

Vos commentaires sur le sentiment de sécurité des jeunes dans l’espace public montréalais

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,