Jeunes obèses et jeunes fumeurs en danger

Dossiers Santé, Science

Jeunes obèses et jeunes fumeurs en danger

(Agence Science-Presse) – Être obèse à 18 ans est aussi dangereux que d’être fumeur.

Dans les deux cas, cela multiplierait par deux les risques de mourir plus jeune, selon une analyse des dossiers médicaux de 45 000 Suédois, publiée dans le British Medical Journal.

Et on ne vous dit rien des jeunes de 18 ans qui sont obèses et qui fument…

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

funbusy-poesie-urbaine-recueil-textesChantal Lee a vécu la violence physique, les abus sexuels et l’enfer de la drogue, mais elle en a triomphé. Malgré la maladie qui l’afflige, elle partage par sa poésie son amour de la vie et son optimisme à toute épreuve. Un livre rayonnant, à l’image de son auteure.

Le livre est disponible au coût de 10,00$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,

Retour du nucléaire

Retour du nucléaire

(Agence Science-Presse) – Un autre signe que l’énergie nucléaire effectue un retour en douce : la Suède a mis fin, début-février, à un moratoire de près de 30 ans sur la construction de centrales nucléaires. Ce moratoire allait jusqu’à encourager le gouvernement à fermer progressivement les vieilles centrales. Aujourd’hui, la moitié de l’électricité en Suède provient de 10 centrales, qui commencent à se faire vieilles, et le moratoire vise justement à ouvrir la porte à la possibilité de construire leurs remplaçantes. C’est le deuxième pays européen à renverser un tel moratoire, après l’Italie l’an dernier.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,

Le coeur selon la science

Le cœur selon la science

Sylvain Sarrazin

(Agence Science-Presse) – Ah, l’amour… on en parle parfois avec une petite gêne. Mais, à en croire certains scientifiques, c’est également une question de… gènes. Les plus récentes recherches «coup de cœur» sur ce mystère universel.

Recherche génétique

Le clin d’œil discret ou le petit compliment bien placé ont désormais un sérieux rival dans la gamme des outils de séduction. Son nom — MHC — est certes moins sexy. Mais il est efficace. Le Major Histocompatibility Complex est une région du génome humain agissant comme une tour de guet immunitaire, détectant infections et autres indésirables microscopiques. Or, d’après des recherches menées en Europe et aux États-Unis, un individu en quête de sa douce moitié serait aussi influencé par son MHC!

Les contraires s’attirent

Les résultats de leurs études étonnent! En effet, plus le patrimoine génétique des tourtereaux serait différent, plus grande serait la probabilité qu’ils se désirent. La raison? Le choix d’un conjoint muni de gènes complémentaires sur le plan immunitaire permettrait de transmettre aux enfants du couple une gamme plus large de récepteurs. Bref, un bouclier contre les infections plus large et plus efficace.

Difficile cependant de s’échanger une analyse de son MHC comme on se glisserait un numéro de téléphone (même si des entreprises américaines proposent ce nouveau service matrimonial!). C’est pourquoi chaque individu a la faculté d’émettre et de détecter des molécules odorantes — les phéromones — marquées de ce sceau génétique. Des chercheurs suédois de l’Université d’Uppsala sont arrivés aux mêmes conclusions : qui ne se ressemblent (génétiquement) s’assemblent!

Génétique et séduction en Afrique et aux USA

Pour aller plus loin, l’ethnobiologiste Raphaëlle Chaix et son équipe ont passé au crible le patrimoine génétique de couples issus de populations ciblées du Nigeria et des États-Unis. Mais, comme toujours, l’amour n’est pas si facile à dompter. Dans le premier cas, le MHC n’a pas vraiment joué les entremetteurs, tandis qu’il apparaît comme un élément crucial et systématique dans le second.

«Chez les Yorubas, en Afrique, nous avons remarqué que les membres du couple étaient plus similaires génétiquement, tant au niveau du génome entier qu’au niveau du MHC. Dans cette population, ce sont davantage les facteurs sociaux, comme les mariages entre cousins, qui déterminent le choix du conjoint», remarque la chercheuse. Par conséquent, si les barrières sociales sont peu rigides quant au choix du conjoint, l’importance du facteur MHC est donc mise en évidence.

À la lumière des travaux menés par d’autres scientifiques, il apparaît en effet que le rôle joué par la génétique n’est qu’une étincelle qui met le feu aux passions. Bref, vous avez le même indicatif, mais d’autres éléments décisifs, comme l’aspect physique, le vécu de l’individu ou son comportement viendront compléter le numéro gagnant.

Pilule d’amour

Pour ceux qui auraient encore foi en Cupidon, voici de quoi les faire fléchir. Larry Young, chercheur à l’université américaine d’Emory, croit en la possibilité de confectionner une pilule qui, dotée de l’hormone appropriée, pourrait provoquer une réaction chimique et stimuler les émotions amoureuses. Bref, un véritable élixir d’amour en capsule.

«Il y a une grande différence entre être amoureux et tomber amoureux, précise cependant Ariel Fenster, professeur de chimie à l’Université McGill. Quand on est avec un conjoint pendant longtemps, on a un sentiment de satisfaction, associé au niveau d’ocytocine.» Cette molécule agirait sur le sentiment d’attachement.  Donc, l’effet de cette fameuse pilule sur le taux d’ocytocine serait plutôt comparable à celui d’un antidépresseur. Une vraie roue de secours pour couples en panne.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-l-queb CD de musique Soul, R n B., Hip Hop. Rappeur et rap music de Bu The Knowledgist, L’Queb, HD, Marilyn, Ol1KU. 9,95$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Voyage de groupe

Voyage de groupe

(Agence Science-Presse) – Même les poissons reconnaissent les vertus de la démocratie. Dans l’univers d’une espèce de poisson appelé épinoche, où les individus, à la fin de la journée, doivent choisir celui qui les ramènera chez eux, on a tendance à choisir le plus gros et le plus coloré —ce qui veut dire, dans leur univers, le plus en santé et le plus costaud. Mais lorsque des chercheurs suédois les ont placés devant l’obligation de choisir entre un «bon» et un «mauvais» chef, ce sont les poissons des plus gros groupes qui ont beaucoup plus souvent choisi le «bon» chef.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

De haut en bas

De haut en bas

(Agence Science-Presse) – Qu’y a-t-il de commun entre vos testicules et vos cheveux? Les cellules souches! Deux équipes sans rapport entre elles, une en Allemagne et l’autre en Suède, ont publié en octobre des études où ils concluent que des cellules extraites de ces deux «endroits» pourraient être transformées en cellules souches.

Des cellules bonnes à tout faire

Les cellules souches, parce qu’elles ne sont pas spécialisées, pourraient en théorie être «ordonnées» de se transformer en n’importe quelle cellule — pour réparer un poumon ou un foie, ou effectuer une greffe de peau ou de neurones (source : Nature et Nature Genetics). Reste toutefois à prouver que ces cellules «adultes» sont aussi efficaces que les cellules souches d’embryons. Et au cas où vous vous poseriez la question, messieurs, prélever des cellules de testicules n’est pas douloureux…

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,

Contraception, avortement, pilule du lendemain et Plan B

Contraception, avortement, pilule du lendemain et Plan B

Sylvain Sarrazin      Dossiers Avortement

(Agence Science-Presse) – L’Association nationale des organismes de régulation de la pharmacie a donné son feu vert pour la vente libre au Canada de la fameuse pilule du lendemain. Ce médicament contraceptif, aussi dénommé Plan B, pourra être obtenu sans prescription aucune. Une modification des comportements est-elle à attendre? Les avis divergent, d’autant plus que la décision n’est pas exécutoire pour les provinces du Québec et de Terre-Neuve, où la consultation en pharmacie reste une condition nécessaire à l’obtention de la pilule.

Après cette annonce, deux lignes forces se dessinent. Et elles semblent s’opposer. Les enjeux sociaux au cœur de cette flexion de la réglementation concernent aussi bien les utilisatrices que le système médical lui-même.

D’un côté, nous trouvons d’ardents défenseurs de la mise à disposition la plus totale du Plan B. « Je ne crois pas qu’il y ait de grands bouleversements des pratiques contraceptives, mais la mise en vente libre de cette pilule est absolument nécessaire », estime Francine Descarries, professeur de sociologie à l’UQAM et directrice universitaire de l’alliance de recherche IREF/Relais femmes. « Il est certain que tout ce qui permet aux femmes de mieux contrôler leur fécondité est une avancée pour leurs droits », précise-t-elle.

Un point de vue relayé par la Fédération du Québec pour la planification des naissances (FQPN) : « On doit retirer tous les obstacles qui peuvent empêcher les femmes de se prémunir, et toutes les études faites à ce jour montrent que les comportements ne changent pas pour autant », fait valoir Nathalie Parent, coordonnatrice de la fédération.

Dans ce cas, pourquoi deux provinces canadiennes font-elles bande à part?

L’Ordre des pharmaciens du Québec, consulté avant la prise de décision, a mis en valeur plusieurs arguments allant à l’encontre d’une vente totalement libre. Le plus solide d’entre eux demeure l’accessibilité économique, puisque la mise en rayons annulerait toute possibilité de remboursement.

L’institution juge aussi que le pharmacien doit pouvoir jouer un rôle d’éducateur social, et vérifier si les utilisatrices sont bien informées (par rapport aux maladies sexuellement transmissibles, par exemple). Et cela, sans sacrifier l’accessibilité du produit. « Nous avons fait en sorte que le pharmacien puisse prescrire la pilule du lendemain, car le Québec affichait en 2001 un taux d’avortement plus important qu’ailleurs au Canada », rappelle Manon Lambert, directrice générale de l’Ordre des pharmaciens, qui considère que les objectifs d’accessibilité ont été atteints.
En effet, la Régie de l’assurance maladie du Québec indique que le nombre de prescriptions pour le plan B augmente de façon exponentielle, passant de 2222 en 2001 à près de 35 000 sept ans plus tard.

Pourtant, la corrélation entre la vente libre de la pilule du lendemain et le taux d’avortement est loin d’être évidente. En Suède, où le Plan B est en vente libre depuis 2001, l’augmentation des avortements n’a pas été enrayée pour autant.

Des études menées dans ce pays montrent que si les Suédoises connaissent bien ce procédé, elles en savent peu sur les modalités de sa prise. Le médicament est tout de même jugé comme complément important aux autres méthodes de contraception.

« Une étude démontre que la moitié des femmes cherchant un appui dans le cadre d’un avortement auraient utilisé le Plan B si elles en avaient eu à disposition chez elles », indique Veronika Halvarsson, sociologue à l’Université de Stockholm.

De son côté, la FQPN invoque des réalités différentes selon les secteurs géographiques. Dans les endroits où le maillage social est plus restreint, un défaut de confidentialité pourrait rebuter certaines femmes. « C’est un obstacle : on sait que certaines pharmacies ne pratiquent pas la politique du bureau fermé », rapporte Mme Parent.

La responsabilité des utilisatrices reste aussi sujette à débat.

« Avec la vente libre, certaines auraient tendance à se dire « C’est pas grave, je prendrai la pilule du lendemain. » Ça déresponsabilise », témoigne Aurélie Bernier, qui a eu recours au Plan B à plusieurs reprises. Pourtant, dans son cas, elle affirme qu’elle n’utiliserait pas ce médicament plus fréquemment, en raison du dérèglement hormonal provoqué.

« Un quart des femmes rechignent à prendre le Plan B en raison des effets secondaires », confirme Mme Halvarsson.

Manon Lambert rappelle que ce médicament n’est pas un moyen de contraception usuel. Une utilisation répétée donne des doses hormonales qui peuvent diminuer l’efficacité du traitement à long terme.

La sociologue Francine Descarries, relayée par sa consœur suédoise, met l’accent sur le danger d’assimilation de la pilule du lendemain à une technique d’avortement. « Il ne faut pas qu’elles soient culpabilisées. Les femmes doivent demeurer responsables de leur fécondité », avance-t-elle.

Vos commentaires sur avortement, pilule du lendemain et Plan B

autres textes sur l’avortement:

Ressources sur Internet:

Canadian for choice

Fédération du Québec pour le planning des naissances

Coalition pour le droit à l’avortement au Canada

Merci de votre soutien.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

de régulation de la pharmacie,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Vos commentaires sur avortement, pilule du lendemain et Plan B

autres textes sur sexualité

Gros appétit dans l’enfance, gros adulte obèse!

Gros appétit dans l’enfance, gros adulte!
(Agence Science-Presse) – Et attention à ce que vos enfants mangent: le nombre de nouvelles cellules de gras qui apparaissent à l’âge adulte serait déterminé par le nombre qui sont apparues dans l’enfance. Bien que ces cellules apparaissent et disparaissent tout au long de notre vie, selon une équipe de l’Institut Karolinska, en Suède, cette corrélation pourrait expliquer pourquoi certaines personnes, après un régime, ont autant de mal à garder leur nouveau poids.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,

La vie utile des arbres morts

LA VIE UTILE DES ARBRES MORTS

Par Isabelle Burgun

(Agence Science-Presse) – Lorsqu’un arbre meurt, ce n’est pas la fin. Au contraire, voilà que commence une seconde vie presque aussi féconde que la première. Une réalité dont il faut tenir compte pour maintenir la bodiversité de la forêt mâture.

 » Le bois mort n’a pas qu’une valeur commerciale. Habitat pour de nombreux oiseaux, nourriture pour les insectes, etc., il est tout sauf mort « , annonce le professeur au département de sciences biologiques de l’UQAM, Pierre Drapeau. L’écologiste dirige depuis dix ans un corpus de recherches et de connaissances sur le bois mort.

C’est en effectuant des relevés d’oiseaux dans de très anciennes forêts québécoises que Pierre Drapeau a mis en évidence l’importance du bois mort.  » C’est un habitat que fréquente les oiseaux mais aussi les petits mammifères comme l’écureuil ou la martre d’Amérique « , souligne ce membre actif du Centre d’étude sur la Forêt (CEF) et de la Chaire industrielle en aménagement forestier durable.

Mourir debout

Cette vie  » après la mort  » varie d’une essence à l’autre. Dans sa thèse de doctorat sur la  » Dynamique des arbres morts en forêt boréale « , Virginie-Arielle Angers s’est penchée sur la dégradation de quatre espèces de notre forêt: l’épinette noire, le pin gris, le sapin baumier et le peuplier faux-tremble.

Quelle est leur longévité? Combien de temps restent-ils debout mais aussi se dégradent-ils?  » On connaît bien peu de choses sur la destinée des arbres « , rappelle la jeune chercheuse qui s’est attelée à dresser des courbes de  » survie  » et de dégradation.

En prélevant des galettes d’arbres morts et en les sablant, l’étudiante a fait ressortir les cernes de croissance lui permettant de retracer les dernières années de vie de l’arbre (dendrochronologie).

Elle a également établi la  » mi-vie « , c.-à-d, le temps qu’il faut à l’arbre mort pour chuter. Il faut en moyenne 15 ans à l’épinette noire et au peuplier faux-tremble, contre 18 ans au sapin baumier et 24 ans au pin gris. Plus l’arbre tarde à tomber, plus il retarde sa décomposition.  » Ce  » bois frais « , qu’on on appelle le jeune bois mort, offre une plus longue disponibilité d’habitat et de nourriture », explique Virginie-Arielle Angers.

Cette longue longévité du pin gris –jusqu’à plus de 38 ans au sein de vieux peuplements !- et son moindre pourrissement lui donne donc une valeur ajoutée au sein de l’écosystème forestier.

Bois mort utile

Cette ingénieure forestier de formation a passé un an dans les forêts suédoises où l’aménagement y est plus intensif qu’ici. Ce qui engendre beaucoup de problèmes au niveau de la biodiversité.  » Il ne fallait rien perdre ni gaspiller. De nombreuses espèces (oiseaux, insectes…) associées au bois mort ont vu leur population chuter de près du tiers, se retrouvant sur la liste rouge des espèces menacées » raconte la jeune chercheuse.

Un problème que l’on retrouve ici, dans le Nord-Ouest canadien avec la disparition annoncée de la chouette tachetée du Nord, l’emblème de la conservation des vieilles forêts. En raison du recul de son habitat, il ne resterait plus que 22 individus au Canada –contre 200 en 1991 (1)- ce qui la classe aujourd’hui dans la liste des espèces en voie de disparition.

Aujourd’hui, la Suède révise ses pratiques. Et certains pays, comme la Finlande, cherchent à  » fabriquer du bois mort  » -étêtant les arbres ou en les annelant- pour laisser des arbres de 4-5 mètres sur pieds dans les zones de coupes disponibles pour leur seconde vie.

Ici, le Pr Drapeau participe activement au comité de travail sur la gestion des forêts du Ministère des ressources naturelles du Québec qui vise à établir des lignes d’aménagement dynamique des forêts matures. Sur deux fronts –écologie animale et fonction biologique du bois mort- il y défend l’importance de conserver une portion de forêt mature.

Combien d’arbres morts sont-ils nécesaires à la vie de la forêt ?  » Le piège serait de donner un chiffre. Le bois est un système dynamique. Pour maintenir des arbres morts, il faut des arbres vivants « , sanctionne Pierre Drapeau. Et l’écologiste estime à 25-30% la portion de forêt mâture à conserver.

Abri et garde-manger

Plus d’une centaine d’espèces dépendent du bois mort pour nicher, s’abriter ou encore manger. Parmi elles, le pic à dos noir a développé une spécialisation pour chercher les larves de longicornes dans les arbres morts en abondance dans les secteurs d’incendie. Les feux sont l’une des grandes sources de mortalité des arbres de la forêt boréale. Perdant leur défenses chimiques, ils conservent toutefois leurs propriétés nutritives et leur rôle fonctionnel pour les vertébrés.(1) Communiqué d’Environnement Canada à propos de la protection de la chouette tachetée du Nord.

Référence:

http://www.ec.gc.ca/default.asp?lang=Fr&n=714D9AAE-1&news=A898C06C-C205-44E3-B9A2-CACF42F573B5

Les pages du Pr Pierre Drapeau : http://www.bio.uqam.ca/professeurs/drapeau_p.htm

http://web2.uqat.uquebec.ca/cafd/chercheurs/drapeau/pdrapeauF.asp

La page de Virginie-Arielle Angers : http://www.cef-cfr.ca/index.php?n=Membres.VirginieArielleAngers

Centre d’étude sur la Forêt (CEF) http://www.cef-cfr.ca/

Chaire en aménagement forestier durable : http://web2.uqat.uquebec.ca/cafd/

Les syndicats: un mal nécessaire?

Les syndicats: un mal nécessaire?

Par Nicole Sophie Viau

Chaque fois que des syndiqués utilisent des moyens de pression pour revendiquer de meilleures conditions de travail, au mieux on est d’accord ou indifférent s’ils ne dérangent pas notre vie, au pire on veut leur disparition s’ils ont le malheur de perturber notre vie. Pire, si ces syndiqués ont de meilleures conditions qu’eux-mêmes, on trouvent cela honteux, inacceptables.

Souvent, j’entends des professionnels ou des travailleurs relativement bien payés se plaindre des syndiqués et montrer un certain mépris, voir être carrément insultés à la pensée d’être syndiqués eux-mêmes. Ces mêmes personnes travaillent comme des zombies. Le prestige, ou ce qu’ils perçoivent comme un job de prestige, ne peut pas être un travail de syndiqué; ils occultent ainsi le fait d’être des salariés soumis à la tyrannie déguisée de leur employeur.

Ils n’ont peut-être pas compris ou préfèrent ignorer que l’expansion du syndicalisme dans nos sociétés est souvent un signe de richesse mieux répartie au sein la population. En Suède, 85% de la population travailleuse est syndiquée. Selon les critères socio-économiques de l’O.N.U., c’est le meilleur pays de la planète.

Oublie-t-on la raison d’être des syndicats? Pourquoi y en a-t-il?

Les réponses varient: «C’était parce que les travailleurs étaient exploités, ils se sont donné des moyens pour combattre l’employeur-exploiteur… les choses ont changé et ils exagèrent, ils ne sont pas adaptés… C’est un mal nécessaire… ils sont violents et font du chantage… ils sont plus forts que les employeurs… ils sont trop gros… il vaudrait mieux qu’ils disparaissent…»

Voyons ce qu’il en est!

Il y a des abus, personne ne peut en toute honnêteté le nier. Entre autres abus mentionnons, ceux qui ont nui à des travailleurs mal payés et impuissants ou aux moins nantis. Par ailleurs, les abus ne sont pas le propre des syndicats puisqu’il existe de nombreux exemples parmi les employeurs, ce qui nuit directement aux employés, mais qui peut aussi tous nous affecter (pollution, utilisation abusive des ressources…) Cela ne justifie pas pour autant que les syndicats agissent sans tenir compte des conséquences de leur geste.

Les syndicats doivent le faire et être conséquent. La responsabilité des syndicats est importante dans la société québécoise. Ils représentent 40.4% des travailleurs. C’est-à-dire 1 260 000 individus sur les quelque 3 millions de travailleurs québécois. Les syndiqués qui suscitent davantage la réprobation sont ceux qui proviennent du secteur public. Ils représentent 48.2% des travailleurs de ce secteur public au Québec. Ils ont, par la force du nombre et de leur fonction, un impact important sur la population et sont plus largement médiatisés.

Dans le secteur privé, une firme est en grève et la concurrence se fait un plaisir de prendre la relève sans trop de conséquences sur la clientèle desservie. Retenons que 51.8% des travailleurs du secteur privé sont syndiqués au Québec.

Pourquoi sommes-nous si peu solidaires?

La solidarité se conjugue-t-elle uniquement aux besoins des syndiqués? Souvent, la population se sent prise en otage par des syndiqués revanchards. Les syndicats mènent un combat et les citoyens deviennent leurs captifs. Des citoyens qui sont souvent des syndiqués. Les centrales qui négocient la majorité des conventions collectives au Québec sont pratiquement des corporations d’envergure. Il en découle un esprit corporatiste les éloignant des gens-mêmes qui devraient être leurs alliés.

La société québécoise a changé. Ses citoyens ont un niveau d’instruction plus élevée, sont mieux informés et en mesure de comprendre les enjeux. Certains dirigeants syndicaux ignorent trop souvent cette réalité et utilisent des moyens de pression séculaires et passéistes. Ces moyens qui sont de plus en plus décriés les isolent. Comme tout groupe attaqué, ils ont des réflexes autarciques. (Ex. protéger un membre même si ce dernier a dépassé et de loin les bornes d’une conduite tolérable).

Je crois au syndicalisme. Il est le rempart aux abus potentiels du patronat. Souvenons-nous des excès particulièrement inhumains qui ont sévi au début de l’ère industrielle et que l’on trouve encore aujourd’hui dans les pays du Tiers-Monde. La légitimité du syndicalisme n’est pas à remettre en question. Nos dirigeants syndicaux doivent revoir leurs stratégies pour tenir compte des changements survenant dans la société à laquelle ils appartiennent et des moyens de revendication plus respectueux envers les «autres» salariés. Surtout lorsque ceux-ci sont impuissants à se syndiquer. Les acquis des syndiqués ont été obtenus à la suite de longues luttes ardues. Être syndiqué constitue un droit. Mais il est aussi un privilège par rapport à certaines catégories de travailleurs.

Prenons l’exemple du salaire horaire moyen au Québec pour un syndiqué, il est de 19.60$ et un non-syndiqué de 15.19$ ce qui représente un écart de 4.41$ pour l’année 2002. Rappelons-nous tous les emplois créés ou sauvés par le capital de risque généré par les différents fonds de solidarités syndicaux. Un bel exemple de l’argent des travailleurs syndiqués au bénéfice des autres travailleurs et d’aide aux employeurs qui en profitent.

Les dirigeants syndicaux auraient tout avantage à considérer et mobiliser la population pour que leurs luttes intègrent celles de tous les salariés. En ces temps de mondialisation et de régression des préoccupations de justice sociale de nos gouvernements, ils ne peuvent s’aliéner une partie de la population pour gagner leurs luttes. La société ne peut se permettre d’ignorer le syndicalisme qui demeure l’outil le plus efficace pour contrer l’exploitation et un des instruments renforçant la démocratie.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. L’âme de l’ange. Jean-Simon Brisebois.

À chaque mort, une naissance. À chaque naissance, un combat! Recueil de pensées et de poésies influencé par le béton, la rue et son vécu urbain. De jour et de nuit, la vie continue, se transforme. À travers les ombres et pénombres, elle se colore de différentes nuances de gris.

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.