La zombie-thérapie

La zombie-thérapie

Benoît Lacroix

(Agence Science-Presse) – Un virus mutant se propage chez les humains, transformant ceux-ci en zombies avides de chair fraîche. Possible réalité ou mauvais scénario d’un film d’horreur de série B?

«En matière de phénomènes paranormaux, on ne peut rien exclure ni rien prouver. Par définition, ces phénomènes sont non reproductibles, ce qui les exclut du domaine de la science», déclare Régis Olry, anatomiste à l’Université du Québec à Trois-Rivières, spécialiste de la plastination et passionné des phénomènes diaboliques. «C’est comme la possession diabolique. Elle existe, puisque des malades se prennent réellement pour le diable. Seulement, il est impossible d’en déterminer la cause.»

Enterré vivant

Le professeur d’anatomie soutient qu’il y a deux concepts derrière les zombies. Le premier est celui, populaire, du cadavre qui reprend vie. «C’est l’aspect folklorique de la question.» Le second est celui des inhumations prématurées, réalité beaucoup plus concrète et terrifiante. «La peur d’être enterré vivant ne date pas d’hier. En effet, au cours des 18e et 19e siècles, une réelle phobie des inhumations prématurées a fait rage dans toute l’Europe.» Il explique que les signes médicolégaux de la mort n’étaient alors pas encore bien établis et qu’un débat était nécessaire pour régler la question et rassurer la population.

Ainsi, divers moyens étaient utilisés afin d’éviter les erreurs de diagnostic de mort. Par exemple, les obitoires étaient des chambres mortuaires d’attente, où l’on déposait les corps des personnes soupçonnées d’être mortes, avant de les enterrer. Une petite clochette était fixée au poignet des morts, en cas de résurrection! Bien que beaucoup moins probable de nos jours, l’inhumation prématurée est encore possible. Le chercheur rappelle d’ailleurs que pendant la guerre du Vietnam, des marques d’ongles ont été retrouvées dans le couvercle de certains cercueils, après leur rapatriement.

La fin de l’espèce humaine

Et que dire des films de zombies, comme le classique «La nuit des morts vivants», ou le plus récent «Resident Evil»? Ces films révèlent deux images principales, explique Martine Roberge, professeure d’ethnologie à l’Université Laval. Celle de l’intégrité du corps, représentée par l’état de décomposition des zombies. Et celle de l’identité collective de l’espèce humaine, menacée par le régime alimentaire des zombies, exclusivement constitué de chair humaine. «Il s’agit ni plus ni moins d’une mise en scène de l’Apocalypse ou de l’autodestruction de l’espèce humaine.»

Malgré la banalité du scénario des films de zombies, ceux-ci demeurent pourtant très populaires. La mort fascine et répugne à la fois, constate Martine Roberge. «De tout temps, l’humain exprime deux grandes peurs: celle de la mort et celle des morts.» Régis Olry note que Freud parlait de la mort comme de l’inconnu absolu. Et l’inconnu fait peur, c’est connu! Quant au cadavre, «c’est le refuge idéal de la monstruosité», rappelle la chercheuse. Un cadavre qui recouvre la vie, un zombie, est donc le pire des monstres. Mais pourrait-il y avoir une fonction thérapeutique aux films de zombies? C’est ce qu’elle croit. «De la même manière qu’Aristote disait du théâtre qu’il purge les passions, on peut probablement prêter une certaine fonction thérapeutique aux films d’horreur.»

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Vécu d’un endormeur – Propos d’anesthésiste, Jean-Louis Boivin

 

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

conte-illustre-enfant-jeune-ecrivain-livre-illustrationConte illustré ralliant l’imagination débordante de Patrick Viger, un jeune de 15 ans, l’expérience littéraire de Raymond Viger et les illustrations professionnelles de Victor Panin. Patrick Viger a commencé à écrire en duo avec son père dès l’âge de 8 ans. Cette écriture a commencé par un jeu; une façon d’établir une relation entre un père et son fils. Ce conte illustré a été écrit pour le plaisir et l’amusement. 4,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

 

Concert de piano, la conclusion

 

concert de piano classique Église St-Barnabas St-Lambert

Concert de piano, la conclusion

Chapitre 7     Dossier Francophonie

J’ai assisté à un concert qui a duré 2 heures 30 minutes. Je suis en train d’écrire le 7e et dernier chapitre de cet événement. Cela peut paraître étrange de faire tant de détour pour en arriver à l’événement qui a provoqué tous ces textes. Pas pour moi. Une phrase que j’ai gardé de mon cour de thérapeute :  » Ce n’est pas l’événement qui est important, c’est ce qu’il nous fait vivre « . Pour pouvoir apprécier et être présent émotionnellement aux jeunes, je me dois de prendre conscience de ce que je vivais et de l’assumer.

Si je m’étais limité à ne décrire que le concert, j’aurai été un chroniqueur art et spectacle. J’aurais couvert l’événement avec ma couleur mais ça n’aurai été qu’une simple couverture journalistique. J’ai préféré prendre la plume de l’écrivain. Celui qui écrit sa vie pour mieux la comprendre.

Cette écriture m’aura été fort utile lorsque qu’au début de la trentaine j’ai fait ma dépression qui m’aura mené à 2 tentatives de suicide. Une écriture qui est une forme d’auto-thérapie. Une écriture qui me permet de rester en contact avec ma sensibilité et de lui donner une place privilégiée dans ma vie.

Je me dois aussi de citer la devise de mon professeur de chant, Guy Robitaille.  » Jamais plus vite que lent « . En revivant les événements de ce concert, en prenant le temps de décrire toutes les émotions qui m’ont habité lors de cet événement, cela me permet de ralentir le tourbillon de mes émotions et de m’assurer que je peux assumer tout ce qu’elles ont à me dire.

Parce qu’une émotion est un petit cadeau qui nous vient de notre jardin intérieur. Un message à décoder. Un souvenir à ne pas oublier… Depuis un certain temps, je remets en question plusieurs de mes implications, entre autre, mon blogue qui me prend beaucoup de temps et mes livres que je ne réussis plus à trouver du temps pour les terminer et les publier. Cette écriture que j’avais utilisé pour écrire certains de mes livres me manquait beaucoup.

Ce concert m’aura donné l’occasion de revenir à cette écriture et de donner une orientation différente à mon blogue. Inconsciemment, je le savais, mais la prise de conscience est maintenant plus forte. Parce que je suis capable de pouvoir nommer et identifier clairement la nouvelle orientation qui prend forme.

Quand j’ai écrit certains de mes livres, je partagais mes émotions et mes états d’âmes quotidiennement dans ceux-ci. Le blogue peut servir à recueillir ces états d’âmes. Un peu comme je l’ai fait avec mes livres. Même si je blogue depuis 2 ½ ans, j’ai eu plusieurs périodes où j’avais adopté ce style littéraire. Lors de ma tournée de conférence en France, j’ai écrit 39 billets sur ce que j’ai vécu pendant la tournée, les gens que j’ai rencontré. Le spectacle de François Morency au chapiteau de Bromont avait lui aussi duré 2 ½ heures et j’avais écrit 8 billets sur cette aventure. Il y avait eu les spectacles d’André-Philippe Gagnon au chapiteau de St-Sauveur, Showtime à Trois-Rivières, Motown generation au Théâtre St-Denis, Disney on Ice au Centre Bell… Même des textes sur un rat musqué qui est venu détruire mon jardin d’eau. Je m’étais déjà préparé à faire de même avec le voyage que je prépare à Vancouver sur la francophonie hors Québec.

Tous ces événements n’auront duré que quelques heures mais me permettent de partager tant de choses. Peut-être qu’un jour je trouverais un fil conducteur à tous ces billets et en ferais un autre livre. Qui sait? En attendant, ce qui me désole le plus, c’est que lorsque les Internautes cliquent sur les catégories associées à ces thèmes, ils ont le billet le plus récent vers le plus vieux. C’est donc dire qu’ils lisent l’aventure en commençant par la fin!!!

Est-ce que mon blogue devient un exemple de confusion des genres? Possiblement. Des textes sur ce que je vis, d’autres sur des phénomènes sociaux, drogue, prostitution, suicide, gambling…, des éditoriaux, des prises de position, des questionnements sociaux, des dénonçiations… Finalement, mon blogue me représente avec tous les genres et les styles que j’adopte selon les circonstances.

Merci à Ginette et Normand pour cette invitation à ce concert de fin d’année. Merci Soeur Marie-Paule de vous occuper de soutenir Ginette dans sa démarche. Merci à tous les jeunes, Dylan, Arnaud, Laurence R., Marianne, Noah, Noémie, Geneviève, Audrée, Karyne, Laurence D., Laurence T.L., Carl, Élisabeth, Hugo, François et Nadine pour votre magnifique concert, pour ce que vous m’avez fait vivre pendant ces quelques heures, pour le bonheur que vous avez eu à présenter votre créativité. Merci à tous les parents et amis présents à cette magnifique journée pour m’avoir accepté dans l’intimité de cette journée.

autres textes sur le  suicide:

Autres textes sur la Francophonie

Éducation francophone dans l’Ouest du Canada

Éducation francophone en milieu anglophone. École Gabrielle Roy.

Éducation francophone en milieu anglophone. Écoles Rose-des-vents et Jules-Vernes.

Société francophone de Maillardville, bastion de la francophonie en Colombie-Britannique

La qualité du français dans la blogosphère

Meeting francophone. Le français est-il une maladie en voie d’extinction?

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Julie Snyder, Le Banquier, TVA, Pierre Bruneau, Sophie Thibault et le Conseil de presse

Julie Snyder, Le Banquier, TVA, Pierre Bruneau, Sophie Thibault et le Conseil de presse

Dossier Protection du consommateur

Le 1er janvier dernier, j’ai débuté l’année avec une courte synthèse des plaintes déposées devant le Conseil de presse en 2007. Je trouvais que cette information était d’intérêt public, permettait de mieux cerner les forces et les faiblesses du journalisme que nous pratiquons et, je l’espère, permettra une mobilisation des citoyens pour exiger des médias un journalisme de qualité.

Je reprends donc le flambeau aujourd’hui pour vous présenter un blâme reçu par le groupe TVA de la part du Conseil de presse. Le plaignant, M. David Longpré est membre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) et enseigne le journalisme au Collège Laflèche de Trois-Rivières. Intéressant de voir l’implication des membres de la FPJQ prendre le temps de dénoncer les médias qui sortent du droit chemin.

Rappelons les faits. Pierre Bruneau accorde une entrevue à Julie Snyder lors de la première de l’émission Le Banquier dans son bulletin de nouvelles de 17 heures. Sophie Thibeault annonce au Téléjournal de 22 heures la venue d’une participante de l’émission Le Banquier aux nouvelles. L’émission Le Banquier est produite par le groupe TVA.

M. Longpré dénonce les faits: « Ces entrevues pouvaient amener le public à confondre information et publicité, entraînant ainsi une confusion des genres et un conflit d’intérêts. Le principal grief dénoncé par le plaignant concernait le manque d’indépendance entre les secteurs de l’information et de la publicité, d’où la présentation de publicité déguisée en information installant ainsi une confusion des genres.

Le Conseil de presse a retenu la plainte de M. Longpré contre le groupe TVA.

Autres textes Protection du consommateur:

Taux promotionnel CIBC VISA et fausses représentations

Quand l’argent des cartes de crédit disparaît de la circulation

Fausses représentations des cartes de crédit

Carte de crédit et taux usuraire

Dépassement de la limite autorisée

Endettement sur carte de crédit

Canadian Tire devient une banque et une carte de crédit

Ressources protection du consommateur

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-roberto-mayerjours-de-nuit Poésie urbaine. Jours de Nuit. Roberto Mayer. 11,95$

Entre en mon univers, infiniment petit. Que se libère ta galaxie. Entre, là, tu es ton enfer, ton paradis. Ton repère y est enfoui. Entre, il ne manque que toi en ces mots. En ces vers dont j’aime me croire l’auteur.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Showtime, la salle J.-A. Thompson et Trois-Rivières 1ere partie

Showtime, la salle J.-A. Thompson et Trois-Rivières 1ere partie

La fin de semaine du travail. Wow! Je vais quitter le bureau vendredi en début d’après-midi pour me diriger à Trois-Rivières. J’ai fait l’achat de deux billets pour le spectacle Showtime à Trois-Rivières dans la salle J.-A. Thomson. Je vais en profiter pour me trouver un endroit pour dormir à Trois-Rivières.

J’aurais bien voulu réserver à l’avance l’hôtel mais sur le site Internet où j’ai pu acheter les billets, il est mentionné qu’il n’y a pas d’hôtel à moins d’un kilomètre de la salle de spectacle. Surprenant, mais bon, nous aviserons sur place.

Danielle et moi allons souper dans le Centre-Ville de Trois-Rivières. Nous faisons le tour à pied pour décider quel restaurant va hériter de notre buget réservé au souper. Ça sera le restaurant Angéline qui va gagner la course. J’aurais bien fait le lien Internet sur ce restaurant, malheureusement, ils n’ont pas jugé bon d’avoir un site Internet.

Pour faire le choix du restaurant, nous avons passé devant la salle J.-A. Thompson. Nous avons bien hâte de voir la salle. De l’extérieur, c’est superbe. Un tapis rouge de l’entrée jusqu’à la rue, un portier pour vous ouvrir l’immense porte, un éclairage pour signifier qu’il va y avoir de l’action, de grandes colonnes…

Je suis obligé de me questionner sur la mise en marché des Hôtels du secteur. Pour pouvoir acheter par Internet les billets de Showtime, on tombe sur un site touristique de Trois-Rivières. Pour acheter les billets on se fait transférer sur le site du vendeur de billet. Il y a un onglet pour l’hébergement. Quand on cherche les hébergements près de la salle J.-A. Thompson on nous dit qu’il n’y a rien à moins d’un kilomètre!!!

Erreur de programmation quelque part. Il y a deux hôtels juste à côté de la salle de spectacle. L’Hôtel Gouverneur et le Delta. Vous pouvez laisser votre automobile dans le sous-sol de l’hôtel et passer de l’hôtel, au restaurant et à la salle de spectacle à pied. Et c’était le scénario que je recherchais pour mes 24 heures de vacances. D’une part, je n’ai pas à m’inquiéter d’être le chauffeur désigné. D’autre part, je ne veux pas me casser la tête à trouver du stationnement et à suivre tout le monde pare-choc à pare-choc.

J’ai été ravi d’avoir découvert ce spectacle à Trois-Rivières. Je demeure à Montréal. À Pointe-aux-Trembles. Au bout de l’île pour être plus précis. De chez-moi, Trois-Rivières est à une heure d’automobile. Vous l’avez deviné. De chez-moi, avec un peu de circulation pour me rendre à la Place des Arts ou aux autres salles de spectacle du Centre-Ville de Montréal, je vais mettre presqu’autant de temps!

À Montréal, il y a une très grande concentration de salle de spectacles et d’événements, tous au même endroit. Après avoir fait la découverte des chapiteaux de Bromont et de St-Sauveur, de la route des vins et de plusieurs autres endroits d’animation assez originaux, me voici à découvrir Trois-Rivières grâce au spectacle Showtime. La proximité de Montréal me donne le goût de revenir éventuellement pour d’autres spectacles. Pour me sentir en vacances, il me faut du dépaysement, du changement. 

J’aurais bien pu titrer mon blogue  »Montréal n’est plus la capitale de la culture ». La culture se retrouve partout au Québec. Chaque région a son originalité, des équipements qui lui sont propres…

Bon revenons à notre spectacle. Danielle et moi nous nous dirigeons vers la majestueuse porte. Le portier nous salue en nous ouvrant le passage. Nous nous dirigeons vers les loges au 2e étage. Parce que je voulais avoir les meilleurs billets, je n’ai pas lésiné sur le prix. J’ai prix les plus chers et les meilleurs disponibles au moment de l’achat.

Mais le plaisir de ce spectacle vient peut-être d’arrêter là. J’offre le meilleur siège à Danielle. Galanterie oblige. Je m’assieds à ses côtés. Ai-je la berlue? Je ne peux pas apercevoir plus du tiers de la scène!!! Un chanteur serait au milieu de la scène et je ne le verrai même pas!!! J’ai été scandalisé qu’on me vende un tel billet. Même Danielle ne réussit pas à avoir une vue complète de la scène. Si cela était des billets gratuits, des billets promotionnel, à la limite, je pourrais comprendre d’entendre le spectacle sans rien voir. Et n’oubliez pas que je mesure 6 pieds 2 pouces. Les moins de 6 pieds n’y verraient rien!!!

Il faut tout de même comprendre ma frustration, ma gêne, la honte qui m’envahit… Quand Danielle avait reçu les billets par la poste (c’était une surprise, elle ne le savait pas à l’avance), je lui ai dit que c’était le meilleur billet disponible. Une loge, juste 2 sièges. Pas de voisins à côté de nous. Comme dans le film  »L’impératrice Sisi ».

J’ai été chanceux dans ma malchance. Nous sommes vendredi soir et la salle n’est pas vendu au complet. Danielle va prendre le siège en avant de nous pour mieux voir et moi je vais prendre le sien. Cela va doubler la vue que j’ai sur la scène. Ce n’est pas la perfection, mais c’est mieux que rien.

Vous pourrez lire dans mon blogue de demain ma critique du spectacle Showtime.

http://raymondviger.wordpress.com/2007/09/04/showtime-francois-cossette-et-la-salle-j-antonio-thompson/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/08/12/francois-morency-et-le-chapiteau-de-bromont-6e-partie/

http://raymondviger.wordpress.com/2007/08/15/andre-philippe-gagnon-au-chapiteau-st-sauveur/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Telus et les téléphones cellulaires

Telus et les téléphones cellulaires

Dossier Protection du consommateur

Petit témoignage d’une mésaventure avec Telus, question que les consommateurs prennent avantages de nos mauvaises expériences.

Décembre 2005. Notre organisme doit congédier un employé. Il utilise un de nos cellulaires. Puisqu’il l’utilisait aussi pour sa vie personnelle, il nous demande de lui transférer la ligne. Nous appelons Telus pour savoir comment procéder. Telus nous demande de faire le dernier paiement pour ramener le compte à zéro et d’autoriser le transfert. Ce qui fut fait. L’employé doit ensuite appeler pour faire le changement.

De part et d’autre, nous exécutons les demandes de Telus. Lorsque l’employé appelle, il leur donne sa nouvelle adresse. Il déménage et nous ne savons même pas dans quelle ville il s’en va. Nous n’avons plus aucune nouvelle ni de l’employé, ni de Telus.

Une année complète passe. Janvier 2007, Télus communique avec nous. Le collecteur nous dit que nous sommes responsable d’un vieux compte impayé. Je lui explique que nous n’avons reçu aucun compte et que, de toute façon, tous nos comptes sont à date. Le collecteur nous dit que nous avons un cellulaire basé à Trois-Rivières et qu’il serait encore sous notre responsabilité.

Je lui explique que la ligne avait été transféré directement à l’employé. Le collecteur nous dit que dans le dossier il voit que nous avions demandé le transfert mais que l’employé ne les aurait jamais appelé. J’ai beau leur expliquer que si cet employé ne les a pas appelé, comment font-ils pour facturer depuis une année complète à une adresse que je ne connais?

Malgré que nous ayions demandé les instructions pour le transfert de ligne et que nous ayions suivi leurs instructions, Telus tente de nous faire porter le chapeau. Pas facile d’expliquer tout ça à un collecteur qui ne veut rien comprendre. Ils s’en lavent les mains et c’est à nous de nous arranger avec leur erreur.

J’ai entendu plusieurs histoires sordides avec les départements de collection des compagnies de cellulaire. Ça ne se limite malheureusement pas à Telus. Est-ce parce qu’ils sont agressifs à développer leur part de marché, qu’ils prennent des risques avec des jeunes et qu’ils vendent toutes sortes de gadgets qui coûtent plus cher que prévu qu’ils se retrouvent avec de grandes quantités de mauvaises créances? Est-ce cette quantité de mauvaises créances qui les poussent à avoir des collecteurs qui ne veulent rien comprendre?

La base d’un bon service après vente est l’écoute. Si la base d’un service après vente est la collection, il y a problème dans la demeure.

http://raymondviger.wordpress.com/2006/12/19/encan-h-gregoire-et-loffice-de-la-protection-des-consommateurs/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/07/24/airmiles-dell-et-la-publicite-mensongere/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/08/09/publicite-mensongere-mdg-et-les-ordinateurs/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/09/28/shell-et-sa-publicite-sur-son-essence/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/07/23/la-publicite-perdre-du-poids-ou-une-grosse-poitrine/

http://raymondviger.wordpress.com/2006/01/21/les-banques-et-la-banque-canadian-tire/

 

Autres textes Protection du consommateur:

Taux promotionnel CIBC VISA et fausses représentations

Quand l’argent des cartes de crédit disparaît de la circulation

Fausses représentations des cartes de crédit

Carte de crédit et taux usuraire

Dépassement de la limite autorisée

Endettement sur carte de crédit

Canadian Tire devient une banque et une carte de crédit

Ressources protection du consommateur

Office de la protection du consommateur du Québec
Montréal: 514-253-6556
Québec: 418-643-1484
Partout au Québec: 1-888-OPC-ALLO (1-888-672-2556)

Option consommateurs
Montréal: 514-598-7288
Numéro sans frais: 1-888-412-1313

Protégez-vous

Rédaction
courrier@protegez-vous.ca
2120, rue Sherbrooke Est, bureau 305
Montréal (Québec) H2K 1C3

Pour un abonnement à Protégez-vous.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

CD Rap music Hip Hop de la scène de Montréal

cd-rap-music-rappeur-musique-hip-hop-dj-mana-sp-manspino-dynastie-des-morniers CD de musique Ill Legal. Compilation de rappeur et rap music Hip Hop avec Chilly D, DJ Mana, L’intrus, Shades of culture, SP, Patrick Batemen, 01 Étranjj, Ninja P, Virus, Vulguerre, Chance Won, Erratum, Son 2 PT, Manspino, Dynastie des Morniers. 9,95$

Tél: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Musique-hiphop-rap.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

La création collective: une expérience valorisante et stimulante

La création collective: une expérience valorisante et stimulante
Écrit par Sonia Lavergne, www.tdv.qc.ca, Vol 13-4

L’expérience du théâtre, pour les participants, est souvent très marquante. C’est souvent la première fois de leur vie que ces gens se font applaudir. Il s’agit donc d’un outil important pour aider les participants à acquérir une meilleure estime de soi. Ils éprouvent une grande fierté de jouer devant un public, dont leurs proches et leurs familles.

Une soirée remplie d’émotions

Si on demande à un participant quelle est la meilleure pièce qui a été présentée jusque-là par le théâtre de COMSEP? Il vous nommera sans contredit la première dans laquelle il a joué. Cette première expérience étant marquante et surtout va-lorisante, elle s’imprègne dans leur mémoire et dans celle de leurs proches.

Plusieurs étapes d’apprentissage…

Le comité participe à un processus d’écriture collective de la pièce qui sera jouée. Différentes techniques comme l’improvisation, la tenue individuelle d’un cahier de bord… sont autant de moyens qui permettront aux participants d’élaborer les idées qui seront mises à contribution dans la pièce de théâtre. Un écrivain public procédera, à partir des cahiers de bord des participants, à l’écriture finale de la pièce.

Une fois la pièce écrite, plusieurs rôles seront à combler (comédiens, équipe technique, décors…) autant par des personnes en processus d’alphabétisation que par des bénévoles et des travailleurs de l’organisme. L’apprentissage se fera en fonction des besoins et des particularités de chaque participant. Par exemple, une personne avec des difficultés importantes en matière de lecture et d’écriture pourra apprendre son texte grâce à l’aide de cassettes audio.

Le Centre d’organisation mauricien de services et d’éducation populaire (COMSEP) œuvre depuis près de vingt ans à améliorer les conditions de vie des personnes à faible revenu de Trois-Rivières. L’organisme intervient à plusieurs niveaux pour permettre aux personnes en situation de pauvreté d’acquérir un peu plus de pouvoir sur leur vie: alphabétisation, éducation populaire, cuisines collectives, comptoir vestimentaire, création d’entreprises d’économie sociale, etc.

Les participants sont invités à s’inscrire à différents comités comme celui du théâtre populaire. Le théâtre est utilisé pour favoriser l’expression orale et écrite, le développement d’un sentiment de fierté et de confiance en eux ainsi que la conscientisation des participants et du public.

À chaque année, la pièce est jouée dans le cadre des activités entourant la Journée internationale des femmes, le 8 mars, organisée par l’organisme. La pièce devient donc un outil pour passer des messages à caractère plus féministe et ce, tout en s’amusant. Le théâtre permet de sensibiliser des personnes qui ne seraient pas rejointes par l’organisme, si ce n’était par la présentation de cette pièce.

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/05/la-kinomanie-la-fievre-du-cinema-amateur/

https://journaldelarue.wordpress.com/2006/11/05/lexemple-des-arts-participatifs/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Autopsie d’un exclu

Autopsie d’un exclu

Sonia Lavergne, Tour d’y Voir, Trois-Rivières.

Serge Gélinas est agent de recherche pour l’Économie Communautaire de Francheville (ÉCOF), un organisme de développement social dans la région de Trois-Rivières. Serge travaille actuellement sur l’exclusion sociale et l’employabilité.

L’exclusion sociale passionne Serge. Il a lui-même vécu ce phénomène avec un passé de consommateur qui s’est échelonné sur 20 ans. Plus jeune, il a quitté l’école avec à peine un secondaire 2 dans les poches. Pour lui, le marché du travail était une avenue plus prometteuse que les bancs d’école. «Je pensais en connaître et en savoir assez pour pouvoir gagner ma vie, explique-t-il. J’ai 20 ans de consommation, alors j’ai toujours vécu pour ma consommation jusqu’en 1993, où j’ai entamé ma deuxième thérapie.» À cette époque, il avait atteint un point de non retour. Après avoir consommé l’argent familial qui devait servir à l’achat de lait et de couches pour le bébé, il décide d’entreprendre une deuxième thérapie qui lui sera salutaire. «C’était ça ou la route de la prostitution», explique-t-il.

Cette thérapie amène Serge à se remettre en question et à se demander ce qu’il allait faire dans la vie. C’est alors qu’il a eu le goût de se diriger vers le mouvement communautaire. Après avoir œuvré dans une maison d’hébergement pour sans-abri, comme intervenant auprès de toxicomanes puis comme intervenant dans une maison venant en aide aux hommes violents, etc., il décide de retourner aux études pour obtenir un baccalauréat en communication sociale.

Parallèlement à ses études, il réalise un stage où il fait une recherche sur l’exclusion sociale: la perception des punks de la région sur les services offerts par la Ville de Trois-Rivières.

Son stage terminé, il est embauché par la Démarche de revitalisation des premiers quartiers de Trois-Rivières. Cet organisme avait un projet de recherche pour connaître les indicateurs de désinsertion des personnes exclues. C’est après avoir réalisé cette recherche qu’il a été appelé à se pencher sur le phénomène de l’exclusion et de l’employabilité.

Ses travaux de recherche devraient se terminer en mars 2006 et se clôturer par un séminaire dont le but sera d’exposer les résultats de la recherche. Une quarantaine de candidats de Trois-Rivières et une quarantaine de personnes d’Ottawa ont participé à cette recherche. Cette étude visait à recueillir l’opinion de personnes, qui sont soit en employabilité ou en dehors du marché du travail. Le but est de réajuster le tir au niveau des programmes d’employabilité qui sont déjà offerts.

Pour lui, la vie est remplie d’exemples d’espoir. «L’important c’est de s’accrocher à un rêve. L’individu qui n’a pas d’objectif personnel s’éteint», conclut-il.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

quand-un-homme-accouche-roman-cheminementQuand un homme accouche. Roman de cheminement. Le personnage principal accouche de son enfant intérieur qui devient son ami et son thérapeute tout au long du roman. Ce livre est le premier d’une trilogie qui a été reprise dans L’amour en 3 Dimensions. 9,95$

Disponible Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.