Réchauffement climatique, météo et foudre au Brésil

Réchauffement climatique, météo et foudre au Brésil

Marc Gallichan, Agence Science Presse, dossier réchauffement de la planète.

SÃO PAULO — Le Brésil se targue de ne pas avoir de volcans actifs, ni d’être sur la trajectoire des ouragans et d’avoir rarement des tremblements de terre. Il y a toutefois un phénomène qui le touche avec une fréquence dévastatrice : la 807670_lightning foudre. Le Brésil est le pays qui est le plus frappé par les éclairs au monde. Par an, 50 millions l’atteignent, soit environ 7 par km2, soit sept fois plus qu’au Canada.

Ce phénomène trouve son explication dans l’étendue de son territoire, les conditions climatiques et l’absence de grandes élévations. « Le Brésil est le plus vaste pays tropical de la planète et la chaleur est l’énergie principale pour la formation de tempêtes », explique Osmar Pinto, coordonnateur du Groupe électricité atmosphérique (ELAT) de l’Institut brésilien de recherche spatiale. Cette équipe de recherche étudie les causes et les effets des éclairs, utilisant différents instruments tels un réseau de capteurs de localisation d’éclairs et des caméras, captant des images, à haute vitesse.

Cette abondance de décharges électriques a bien sûr ses conséquences. La foudre tue chaque année plus de 80 personnes et coûte 500 millions de dollars en dommages à la nation brésilienne. Étudier les éclairs permet alors « de développer de nouveaux systèmes de surveillance et d’alerte pour minimiser les dégâts lors d’orages », commente M. Pinto. Si les régions chaudes ont plus de tempêtes que les tempérées — comme au Canada —, tout porte cependant à croire, selon M. Pinto, que la hausse des températures — contribuant à une plus grande évaporation de l’eau, matière première de la formation de nuages dont les cumulo-nimbus, véritables fabriques à tempêtes — augmenterait du même coup le nombre d’éclairs.

Les premiers résultats d’une étude de l’Université de Princeton corroborent d’ailleurs des évidences déjà observées par l’ELAT. Dans les centres urbains, on note une tendance à un bond des attaques de foudre en comparaison aux zones rurales. Le vilain, suspecte M. Pinto, est l’effet connu sous le nom d’île de chaleur causé par les édifices, l’asphalte, mais aussi la pollution.

« L’action humaine serait, par exemple, responsable de la hausse de 15% des éclairs à São Paulo », fait remarquer le chercheur qui s’apprête à publier un travail sur l’influence du climat et des éclairs. Autre constat: lors des journées moins polluées, notamment les fins de semaine, le tonnerre et les éclairs diminuent dans la mégalopole. Cela laisse présumer, conclut-il, que ce phénomène augmentera possiblement avec le réchauffement climatique. Le Brésil n’a donc pas fini de se faire bombarder!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

La mort du livre de science ?

La mort du livre de science ?

(Agence Science-Presse) S’il devient plus facile aux scientifiques de communiquer directement entre eux, et s’ils passent encore plus de temps devant leurs ordinateurs, qui diable a encore besoin de livres en science ? C’est la question que posait Sam Elworthy en recensant un livre consacré, justement, au livre à l’ère numérique. Et Sam Elworthy figure parmi les directeurs des Presses de l’Université de Princeton, d’où son embarras…

«Est-ce que Darwin aurait besoin d’un éditeur aujourd’hui? Écrirait-il même un livre?» Et la réponse est : peut-être pas. D’une part, parce qu’au cours des 25 dernières années, les progrès technologiques ont révolutionné ce que les auteurs peuvent faire par eux-mêmes, sans avoir besoin d’un éditeur. Ils peuvent jongler avec les polices typographiques — ou en créer — et mettre en ligne eux-mêmes tout ce qu’ils écrivent.

D’autre part, parce que l’audience pour les livres de science — livres spécialisés, mais aussi livres de vulgarisation — est devenue beaucoup plus facile à rejoindre qu’à l’époque de Darwin : un courriel envoyé dans un forum spécialisé ou sur un blogue fréquenté par le public cible peut suffire à diffuser une idée.

Quel rôle reste-t-il au livre ? Eh bien, dans certaines disciplines… aucun !

La chimie et la biologie moléculaire, par exemple peuvent se passer de livres, selon Elworthy et le sociologue américain John Thompson. Dans quelques autres disciplines par contre — au grand soulagement des Presses de l’Université de Princeton, sans doute ! — le livre imprimé peut encore jouer un rôle, lorsqu’il s’agit de vulgariser un argumentaire ou une tendance.

Pour expliquer aux étudiants et au grand public de quoi l’univers pourrait avoir l’air du point de vue du gène, Richard Dawkins se devait d’écrire un livre (The Selfish Gene, 1976 ; en français : Le Gène égoïste). Pour entrer dans la sphère médiatique, Hubert Reeves devait passer par la littérature (Patience dans l’azur, 1981). Pour pleinement développer une grande idée et la transporter jusqu’à une audience élargie, les bons vieux livres en papier jouent encore un rôle. Mais pour combien de temps ?

Extrait de Science ! On blogue, par Pascal Lapointe et Josée Nadia Drouin, à paraître en octobre 2007 aux éditions MultiMondes

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Battle breakdance hip hop des meilleurs breakers de Montréal

video-breakdance-hip-hop-break-breaker-how-to-breakdancing Extreme Supreme Science
Vidéo VHS, compétition de break-dance.

Skywalker, Omegatron, Psycho Red, Silo, Trackmaster, Strike 3, Jayko Superstar, Speedy, Place Pieces (Maximum Efficiency), Tiger, Dj Frank Boulevard, Dj Devious.
Vidéo VHS 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Des iguanes trop cool

Des iguanes trop cool
(Agence Science-Presse) – Les iguanes des Iles de Galapagos ont développé un comportement impassible et perdu toute réponse physiologique face au danger. En fait, elles ne semblent plus conscientes des manaces qui les entourent, selon des chercheurs de l’Université de Princeton, au New Jersey. Leur seul prédateur, le faucon, ne les attaque que rarement.

Les scientifiques ont pris des échantillons de sang des iguanes après les avoir poursuivies lentement et capturées sans effort. Ils ont découvert que leur sang contenait très peu d’hormones de stress. De toute évidence, la poursuite ne les avait pas énervées.

Cette situation étonne les scientifiques et les inquiète sur les méthodes de conservation utilisées pour protéger les animaux. La réintroduction d’une espèce apprivoisée dans un nouvel environnement où vivent des prédateurs n’est peut-être pas possible. Il y a de fortes chances que les animaux ne s’adaptent pas.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.