Femmes autochtones: abus policiers en Abitibi

Radio-Canada a-t-il bien couvert les évènements?

Conséquences des dénonciations collectives

Raymond Viger   Dossiers SuicideAutochtone

J’ai voyagé pendant cinq années le Grand Nord pour intervenir auprès des communautés Inuit où des épidémies de suicide faisaient rage et former lescommunity workers locaux à intervenir et en arriver à pouvoir préparer eux-mêmes leurs relèves.

Qu’est-ce qui avait induit ces suicides en série?

show-image5Pendant de nombreuses années, des séries d’abus envers les femmes Inuits ont eu lieu. Les femmes se sont prises en main et ont débuté à dénoncer massivement et collectivement tous les abus qu’elles avaient subis.

Revivre ces horreurs pour les victimes et la honte pour les bourreaux a créé un climat fragilisant la communauté. Trop de gens devenant vulnérables en même temps a provoqué un climat propice pour des vagues de suicide.

Dans un tel état d’esprit et avec les liens de proximité que connaissent ces communautés, le suicide est rapidement devenu une épidémie.

Les communautés autochtones de Val D’Or vont-elles passer par le même processus suicidaire?

Il est important de favoriser un climat de dénonciation des abus. Parce que nous voulons que ceux-ci cessent. Mais plusieurs questions demeurent:

Est-ce que de médiatiser les victimes est la meilleure façon d’agir envers des personnes fragiles et vulnérables? Il arrive régulièrement qu’une victime décide de changer d’idée et de ne pas dénoncer ces agresseurs. Cela fait parti de son processus de guérison. Il faut accepter cette période d’ambivalence. Mais quand on fait passer ces femmes autochtones devant la caméra, elles ne pourront plus reculer.

Est-ce éthique et valable de laisser des personnes témoigner pour des tiers? On entend le témoignage d’une personne qui parle des abus subis par sa mère. Mais si la mère n’était pas prête à rendre publique sa dénonciation?

Certains témoignages ont aussi jeté un doute majeurs sur le sérieux du reportage. Il ne faut pas se contenter de recevoir un témoignage et le mettre en ligne. Une enquête exige un minimum de validation des témoignages reçus.

Oui, il est important de dénoncer ces abus.

Oui, il est important que les médias en parlent.

Non, les médias ne peuvent pas parler de sujets sociaux sensibles n’importe comment.

Non, les victimes n’ont pas à être présentées ainsi aux nouvelles. Et si elles témoignent, nous devons préserver leurs anonymats.

Il y a un processus de guérison qui doit rapidement être mis en place. Il faut aussi accepter que ce processus ne se fait pas rapidement mais qu’il nécessitera beaucoup de temps.

Malheureusement, je ne crois pas que Radio-Canada ait bien géré la présentation de ce dossier.

Parce que la protection des victimes est tout aussi importante que la dénonciation des abuseurs.

Est-ce les coupures que Radio-Canada a subies qui crée ce genre de dérapage?

Mise à jour 29 octobre: le Journal de Montréal nous apprend qu’une femme autochtone qui avait témoigné devant Radio-Canada est accusée de voies de faits sur les policiers.

VOS COMMENTAIRES SUR Abitibi: abus policiers envers les femmes autochtones

Autres textes sur Autochtone et Inuits

Autres textes sur le Suicide:

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicideLe guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$. Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009 FREE. Par Internet:http://www.editionstnt.com/livres.html

Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Maintenant disponible en anglais: Quebec Suicide Prevention Handbook.

Autres livres pouvant vous intéresser:

VOS COMMENTAIRES SUR Abitibi: abus policiers envers les femmes autochtones

Déchets utiles pour protéger l’environnement

Déchets utiles pour protéger l’environnement

Isabelle Burgun

(Agence Science-Presse) – Recouvrir les résidus miniers par d’autres résidus miniers. C’est l’idée, plutôt étrange, émise par des chercheurs de l’Université de Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) pour contrôler le drainage minier acide et ainsi la contamination des eaux souterraines.

« Notre méthode empêche la pénétration de l’air et donc l’oxydation qui entraîne tellement de problèmes », explique Isabelle Demers. L’étudiante au doctorat en science de l’environnement à l’UQAT rapporte que cette solution présente de nombreux avantages pour l’industrie minière. Elle est très économique et permet de donner une seconde vie aux déchets que l’on devrait enfouir.

Il existe actuellement différentes méthodes appliquées aux résidus miniers, la plus courante étant de les immerger. Cependant, certains bassins perdent leur perméabilité. Les solutions alternatives recourent aux sols naturels ou encore aux récentes géomembranes. Un recouvrement synthétique plutôt onéreux.

Cette nouvelle approche développée en laboratoire consiste à couvrir les déchets de nouveaux résidus pour « neutraliser » leurs impacts contaminants. Cette couverture de résidus miniers désulfurisés, épaisse d’environ un mètre, isole de l’air les résidus générateurs d’acide les préservant ainsi de l’oxydation. Les premiers résultats font l’objet d’une récente publication dans la revue Minerals Engineering.

Cette étude a même démontré que laisser un certain taux de soufre offre encore plus d’efficacité. « Les résidus restent toujours un peu sulfureux. Un faible taux (0,25 %) améliore la consommation d’oxygène et donc diminue les risques d’oxydation », relève Isabelle Demers.

Une solution prometteuse?

Lorsqu’on parle de déchets miniers, les coûts pour l’environnement s’avèrent très élevés. Produits chimiques et métaux forment avec l’oxydation des acides empoisonnant l’écosystème et les nappes phréatiques. Le gouvernement canadien a d’ailleurs mis en place un programme de neutralisation des eaux de drainage minier dans l’environnement minier (NEDEM).

La prochaine étape consistera à tester cette méthode de contrôle sur le terrain. Le groupe de recherche évalue actuellement l’usage de résidus miniers non sulfureux sur le site « Manitou », un site contaminé de la région de Val-d’Or. Les nouveaux déchets pourraient y être utiles.

Pour en savoir plus

Programme de neutralisation des eaux de drainage minier dans l’environnement minier (NEDEM)
http://www.nrcan.gc.ca/mms/canmet-mtb/mmsl-lmsm/mend/default_f.htm

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Spectacle Hip Hop Breakdance, Graffiti, DJ et rap

orgue-classique-hip-hop-breakdance-graffiti-dj-rappeurs Le Choc des Cultures – Le Hip-Hop rencontre le classique
Spectacle original mettant en vedette: organistes classiques, break-dancers, rappers, DJ et graffiteurs.
L’église Saint-Nom-de-Jésus expose une centaine de toiles peints par des artistes. Plus de cinquante artistes complices présentent « Le Choc des Cultures ». 25$

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Video.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,