Le Quotidien, le blogue et Cyberpresse Stage de journalisme international au Vietnam

Le Quotidien, le blogue et Cyberpresse

Stage de journalisme international au Vietnam

Les nouvelles continent de nous parvenir du Vietnam. Suite aux 2 premiers courriels de Marie-Sophie Trudeau, maintenant Valérie Carrier a mis en ligne un billet sur le blogue des stagiaires.

Valérie nous annonce qu’elle vient de publier un texte pour le Quotidien (Saguenay). Le texte a aussi été mis en ligne sur Cyberpresse.

Prenez le temps de lire toutes ces notes de voyage et ne vous gênez pas pour laisser des commentaires à ces journalistes qui ont besoin de vos encouragements.

VOS COMMENTAIRES SUR LE STAGE EN JOURNALISME INTERNATIONAL.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,

En DIRECTion du Viet-Nam obtient son site Internet

En DIRECTion du Viet-Nam obtient son site Internet

Gabriel Alexandre Gosselin

enDirectionduvietnam La date de départ du projet En DIRECTion du Viet-Nam approche à grands pas. Reflet de Société soutient le projet de stage en journalisme international pour sa deuxième année consécutive. Sur le site web de notre magazine, vous pouvez désormais vous renseigner plus en détails sur le stage journalistique en question, sous tous ses aspects: la définition du projet avec documentation sur le pays qui sera couvert (le Viet-Nam), des informations sur les stagiaires, etc.

Pour visiter ce site, il ne s’agit que de se rendre au www.refletdesociete.com. Dans la liste de promotions, à votre droite, vous pourrez cliquez sur En DIRECTion du Viet-Nam, en haut de la page. Tout simplement!

Soutenez le projet En DIRECTion du Viet-Nam

costarica Le projet En DIRECTion du Viet-Nam se veut la deuxième édition d’un projet de stage en journalisme international ayant vu le jour en 2007-2008, alors baptisé En DIRECTion du Costa Rica. Quatre finissantes en journalisme du Cégep de Jonquière et deux accompagnateurs furent de passage au Costa Rica pour une récolte d’information qui a duré un mois. Le tout a débouché sur la production d’un magazine spécial.

Écrit, réalisé, conçu et monté par les 6 participants au stage professionnel, il est possible de se procurer le numéro spécial En DIRECTion du Costa Rica pour la modique somme de 5$. Les recettes de vente de ce magazine iront au projet de cette année, En DIRECTion du Viet-Nam. Procurez-vous votre copie, informez-vous sur un pays visité par de jeunes initiés au journalisme international et aidez d’autres apprentis journalistes à vivre une expérience professionnelle des plus précieuses!

Vous pouvez également aider le projet par le site de Reflet de Société en faisant un don à l’organisme. En faisant le don, vous pouvez indiquer à quelle branche de l’organisme vous souhaitez qu’il soit versé. Mentionnez le projet En DIRECTion du Viet-Nam et le tour est joué!

Vos commentaires sur le site web de En DIRECTion du Viet-Nam

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

Spaghetti, chocolat, magazine et ménage: on continue!

Spaghetti, chocolat, magazine et ménage: on continue!

Valérie C.

Samedi soir passé, avait lieu le souper-spaghetti au profit de notre stage journalistique au Viet-Nam, au Bistrot du Fjord de Chicoutimi. Je ne savais pas à quoi m’attendre vu que je ne connaissais pas ce bistrot, mais comme quelques uns de nos amis avaient décidé que c’était l’événement du mois et que c’était un absolu, la vente des billets avait assez bien été.

Ce n’était peut-être pas aussi formidable qu’on voulait bien le croire, mais ce n’était pas mal non plus, ça s’est assez bien passé. Considérant que la grande majorité d’entre nous viennent de l’extérieur de la région, j’étais la seule qui avait de la famille au souper. Comme on nous avait permis d’amener des enfants pour l’occasion dans cet endroit habituellement réservé aux majeurs, mes quatre petites sœurs et mon petit frère étaient là, en plus de mes parents, mon beau-frère, mes trois grands-parents, ma tante, mon oncle et mes deux jeunes cousins; ne manquait que mon grand frère, trop loin pour venir. Drôle de mélange avec le reste des personnes présentes, toutes des étudiants!

Mais pour ce qui est de l’objectif de financement, ce fut assez bien rempli. Nous en avons aussi profité pour vendre tout plein de chocolat en dessert et quelques magazines du Costa Rica du groupe de l’an passé aux intéressés. Par contre, j’ai oublié de parler de nos fameux billets de tirage pour courir la chance de gagner le ménage d’une maison par nous-mêmes…

Donc, le financement continue, encore et encore. Nous sommes encore bien loin de couvrir tous les frais du projet, mais nous faisons notre possible pour en ramasser au moins une bonne part. Nous sommes maintenant huit participants, une de nos comparses ayant choisi de se consacrer plus entièrement à son stage et à sa future carrière. Nous devons d’ailleurs tous nous préparer pour notre stage, ces temps-ci, car il faut préciser que nous avons un autre stage à faire avant de partir au Vietnam, un stage officiel pour compléter notre formation collégiale en journalisme. En plus, ces stages seront partout à travers le Québec, au mois d’avril, donc les choses se compliqueront pour notre préparation vietnamienne. Pour ma part, je suis en démarche pour faire mon stage à Reflet de Société. J’espère que tout fonctionnera bien en ce sens, maintenant que j’ai appris à mieux connaître l’organisme grâce à notre projet de stage journalistique à l’étranger!

Je vous en donnerai des nouvelles!

Vos commentaires sur le souper-spaghetti des stagiaires en journalisme international

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

l-amour-en-3-dimensions-roman-cheminement-humoristique-croissance-personnelle L’amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d’un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,

Le salon du livre de Montréal et les stagiaires du Cégep de Jonquière

Le salon du livre de Montréal et les stagiaires du Cégep de Jonquière

Valérie C. stagiaires du Cégep de Jonquière

Cette fin de semaine, j’étais au Salon du livre de Montréal. Wow! On peut dire que c’est plus grand que celui du Saguenay! Et il y a plus de monde qui y vient, aussi!

J’ai passé un merveilleux séjour dans la métropole. J’ai rencontré tout plein de belles personnes et j’ai bien apprécié d’aborder les passants, au Salon, pour leur parler de causes auxquelles je crois. D’ailleurs, ça m’a permis d’apprendre énormément sur ces causes.

«Reflet de Société est un magazine qui aborde des sujets humains qui sont parfois un peu tabous dans la société, mais qui touchent profondément certaines personnes… Ça montre des réalités pas toujours très connues… Il y est question de problèmes de société… Et la vente de ce magazine-là sert à financer le Café Graffiti, un lieu où de jeunes artistes se rassemblent, des artistes qui font des graffitis sur contrats, et c’est ainsi qu’ils gagnent leur vie…» Etc. J’ai répété ça si souvent!

Et, bien sûr: «Le magazine Reflet de Société paraît tous les deux mois, c’est un bimestriel (n’est-ce pas, Robin?), mais il y a eu un numéro spécial sur le Costa Rica fait par des étudiants en journalisme qui sont allés dans ce pays cet été et ont tout écrit les articles, pris les photos, fait le montage… C’est leur oeuvre, et Reflet de Société leur a permis qu’elle prenne la forme de cette revue.

Nous vendons ce hors-série 5$ pour financer le prochain groupe qui reprend le projet et dont je fais partie. L’été prochain, nous sommes quelques étudiants à partir pour le Vietnam, pour y faire du journalisme! Et dans cette revue sur le Costa Rica, vous trouverez une section ‘tourisme’, mais aussi d’autres informations que ce que l’on peut voir si l’on va uniquement dans les lieux touristiques: éducation, bidonvilles, santé, indigènes…» S’il y a des intéressés, faites-moi signe: il nous reste encore des revues à vendre!

J’aime Montréal parce que j’aime me retrouver au travers d’une quantité de gens. J’ai grandi dans un village de 2700 habitants, Saint-Prime. Ça reste le plus beau coin du monde, bien sûr, mais je trouve les grandes villes fascinantes. Il y a un tas de personnes, et des personnes souvent bien différentes les unes des autres. Il suffit d’observer un peu pour apercevoir les nuances qui habitent le monde.

Essayez, vous verrez: abordez plusieurs personnes de la même manière et voyez leur réaction. Et pourtant, ce sont tous des êtres humains, tous semblables à bien des niveaux tout en étant totalement uniques. Vraiment fascinant. Bien franchement, pour moi, c’est le retour qui est difficile; j’ai beaucoup à faire en peu de temps pour rattraper le temps passé à Montréal.

Quand notre choix de destination s’est fixé sur le Vietnam, ça m’a fait tout drôle, au départ. C’est qu’en embarquant dans le projet, ce n’était pas le genre de pays que je m’attendais à visiter. Et puis, je trouvais que ça nous prenait tellement de temps à choisir… Pour moi, tout pays aurait été une bonne idée et la destination ne m’importait que peu. Mais maintenant, c’est très clair: nous partirons pour le Vietnam! Je me suis très bien faite à l’idée et je m’en réjouis! Et je crois que c’est bien comme ça qu’il faut l’écrire: «Vietnam». Je ne sais pas s’il y a plusieurs orthographes parce que je l’ai lu comme ça aussi: «Viêt-Nam». Mais si je me fis à mon Multidictionnaire de la langue française, c’est bien «Vietnam». Enfin, bref… Je vous reviendrai là-dessus.

Pour le reste, c’est au financement que mes camarades et moi nous consacrons, pour l’instant. Là-dessus, j’ai quelques divergences d’opinion avec eux, je ne vois pas les choses de la même manière, mais au moins, nous visons tous la réussite du projet, c’est déjà ça. Et nous l’atteindrons, j’y compte bien!

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,

Des blogueurs au Salon du livre de Montréal 2008

Des blogueurs au Salon du livre de Montréal

1067843_29644623 En plein milieu d’une campagne électorale provinciale, je profite de cet espace de la blogosphère pour lancer une invitation toute particulière: le Salon du livre de Montréal du 19 au 24 novembre à la Place Bonaventure.

Dans le kiosque du Journal de la Rue plusieurs opportunités s’offriront à vous. Vous pourrez rencontrer certains journalistes et stagiaire du magazine Reflet de Société: ainsi que Jean-Pierre Bellemare, le chroniqueur ex-prisonnier qui a remporté le prix pour la meilleure chronique de l’Association des Médias écrits communautaires du Québec (Amecq) et finaliste pour la meilleure chronique de l’Association québécoise des éditeurs de magazine (AQEM). Notre photographe et le concepteur des sites Internet de l’organisme, Patrick Landry sera aussi disponible pour vous accueillir. Nos stagiaires français, Benjamin Boullier (communication) et le journaliste Robin Drevet feront parti de l’équipe. Plusieurs blogueurs de Reflet de Société seront sur place, question de les faire quitter leur écran d’ordinateur pendant quelques jours.

Les journalistes du Cégep de Jonquière qui reviennent du Costa Rica ains900588_21943998i que ceux  qui se préparent à partir pour le Viet-Nâm seront présents pour une présentation spéciale de lors projet à l’Agora du Salon du livre le samedi le 22 novembre à 10:30. Vous pourrez les rencontrer pendant toute la durée du salon au kiosque du Journal de la Rue. Reflet de Société a décidé de leur offrir un numéro spécial hors série sur leurs expéditions en Amérique du Sud. Vous pourrez en profiter pour acheter un exemplaire de ce numéro, En DIRECTion du Costa Rica. Au coût de 5$, ce hors série de Reflet de Société permettra de financer les journalistes 2009 qui se préparent pour le Viet-Nâm.

Finalement, les artistes du Café-Graffiti seront présents pour présenter leur créativité: graffiti en direct, T-shirt, CD de musique, vidéo de breakdance… Élodie et Sébastien Caron seront présents pour soutenir leur présence.

Nous serons facile à retrouver dans les centaines d’exposants du Salon du livre de Montréal: kiosque no 7. Immédiatement après avoir grimpé le premier escalier, vous tournez à gauche. Sinon, après avoir fait le tour du salon, juste avant de quitter, vous arriverez face à face avec nous.

VOS COMMENTAIRES SUR LE SALON DU LIVRE DE MONTRÉAL 2008

PS D’autres blogueurs au Salon du livre de Montréal.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

T-Shirt promotionnel disponible avec votre logo

tshirt-cafe-graffiti-t-shirt-personnalise-votre-logo Soutenez le Café-Graffiti, affichez vos couleurs.

Votre T-shirt Café-Graffiti pour seulement 9,95$. Disponible en rouge, noir ou blanc.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/T-shirts-promotionnels-et-personnalise.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4

Pour votre T-shirt promotionnel avec votre logo: Café-Graffiti: (514) 259-6900

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,,,,,

Du Costa Rica au Viet-Nam: stage en journalisme international avec le Cegep de Jonquière

Du Costa Rica au Viet-Nam: stage en journalisme international avec le Cegep de Jonquière

Le magazine d’information et de sensibilisation Reflet de Société soutien un projet de formation en journalisme international. Après 2 années de travail, 5 finissants en journalisme du Cegep de Jonquière ont réalisé un voyage au Costa Rica.

À leur retour, une surprise les attendaient. Reflet de Société leur a permis de réaliser un magazine complet sur leurs aventures et leurs découvertes: En DIRECTion du Costa Rica. Les journalistes ont réalisé toutes les tâches nécessaires à la réalisation d’un magazine: comité de rédaction, lecture et choix des textes, corrections, montage, pupitre… Une vraie pièce de collection pour leur CV!

Cette édition spéciale a été présenté lors du Salon du livre du Saguenay-Lac-St-Jean. Un lancement sera aussi réalisé à l’agora du Salon du livre de Montréal, samedi le 22 novembre à 10 heures 30. Les jeunes journalistes pourront être rencontré tout au long du Salon du livre du 19 au 24 novembre à la Place Bonaventure.

Le projet de journalisme international de Reflet de Société avec le Cegep de Jonquière ne s’arrête pas là. L’expérience vécue par le premier groupe motive et stimule un deuxième groupe à partir. Pour 2009, c’est maintenant destination Viet-Nam. Marie-Sophie Trudeau, participante dans le 1er groupe et étudiante à l’Université de Montréal accompagnera le groupe au Viet-Nam, une façon de transmettre le savoir et les connaissances d’un groupe à l’autre.

Le magazine créé par le groupe de journaliste est en vente au coût de 5$. Cela permettra de financer le projet 2009. Vous pourrez vous procurer votre exemplaire spécial du Costa Rica lors du Salon du livre de Jonquière ou encore auprès du Cegep de Jonquière et de Reflet de Société (514 256-9000). Nous vous remerçions pour votre soutien et votre encouragement. En achetant le numéro spécial Costa Rica cela permet de reconnaître le travail réalisé par le groupe 2008 et de soutenir par la même occasion le projet 2009.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

reflet-de-societe-magazine-drogue-prostitution-suicide-alcool-gang-de-rue-gambling Internet-o-thon pour soutenir le magazine communautaire Reflet de Société édité par le Journal de la Rue. C’est le temps de vous abonner pour montrer votre soutien à votre revue sur l’actualité communautaire et sociale. Toute contribution supplémentaire pour soutenir notre cause est la bienvenue.

Par téléphone: (514) 256-9000, ext.: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.refletdesociete.com/Abonnement.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Mots clés Technorati : ,,,,,,,,,,,,

Cybermanifestation de Reporter Sans Frontière

Cybermanifestation de Reporter Sans Frontière 

Dans le monde, 62 cyberdissidents sont emprisonnés. Plus de 2 600 sites Internet, blogues ou forums de discussions ont été fermés ou rendus inaccessibles en 2007.

Reporter Sans Frontière organise une cybermanifestation. La liste des pays ennemis de l’Internet sont la Birmanie, la Chine, la Corée du Nord, Cuba, l’Égypte, la Tunisie, le Turkménistan, le Viêt-nam, l’Arabie saoudite, le Bélarus, l’Éthiopie, l’Iran, l’Ouzbékistan, la Syrie et le Zimbabwe.

Est-ce que cette cybermanifestation va changer quelque chose? J’en doute. Mais au moins, elle aura l’avantage de sensibiliser les gens. À l’ère de l’Internet et de la mondialisation, la répression est encore présente et mérite d’être dénoncé.

Merci à Renart L’Éveillé et Regardez la musique pour le lien sur cette information.

http://raymondviger.wordpress.com/2008/03/15/le-web-20-se-retrouve-en-cour-de-justice-lhistoire-de-fuzzfr/

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

PUBLICITÉ

Guide d’intervention de crise auprès de personnes suicidaires

guide-d-intervention-de-crise-personne-suicidaire-suicide-intervention-prevention-suicide-rates-suicide Le guide d’intervention auprès de personnes suicidaires démystifie le suicide. Il permet d’aider les proches à reconnaître les signes avant-coureur du suicide et de déterminer qu’est-ce qui peut être fait pour soutenir la personne en crise.

Une section du guide est réservée aux endeuillés par suicide.

Le livre est disponible au coût de 4,95$.
Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel

Trafic d’êtres humains en Asie

Trafic d’êtres humains en Asie

Dossier de Dominic Desmarais, Volume 15 no 3, février 2007

Dossier  Prostitution et Sexualité

Voleurs de vies

Thuy pensait mettre fin aux problèmes de la maison. Trois ans après le décès de son époux, avec qui elle a eu une fille et un garçon, elle se remarie. Son nouveau conjoint déteste sa fille, l’ambiance à la maison est lourde. Lorsqu’un voisin lui propose d’emmener au Cambodge sa progéniture, alors âgée de 15 ans, elle saute sur l’occasion. Loin de son nouveau conjoint, et ramenant de l’argent à la famille, la petite rentrerait dans les bonnes grâces de son amoureux.

Thuy voulait bien faire. Pas son voisin qui, arrivé au Cambodge, vend la jeune Vietnamienne à un bordel. Pour la petite, c’est le cauchemar. Le travail vire à l’esclavage. Les heures sont longues, les coups sont quotidiens. Les clients font la file pour cette adolescente issue du pays le plus recherché dans les milieux de la prostitution. Afin de la garder sous son contrôle, le propriétaire se rembourse à même ses honoraires pour payer une dette dont elle ne connaît pas l’origine.

Cette histoire est commune dans la région. Vietnam, Chine, Cambodge, Laos, Thaïlande et Myanmar (Birmanie) sont concernés. Le trafic comprend les mariages forcés, l’adoption, la prostitution, le marché du travail, les réseaux d’enfants mendiants. Il a lieu à l’intérieur de ces pays, entre ces pays et à l’extérieur de la région, vers l’Europe, l’Amérique.

Prostitution lucrative ?

Les raisons qui poussent les victimes dans les mains des trafiquants sont multiples. C’est ce qui complique la lutte contre la traite des humains. La pauvreté, la maladie de proches qui nécessitent des soins, l’espoir de devenir riche ou d’améliorer son sort, un désir chez les jeunes de vouloir découvrir un autre endroit sans comprendre ce qu’est le trafic, le manque d’informations sur la migration et la faible scolarité des filles sont les facteurs énumérés par Vichuta Ly, une Canadienne d’origine cambodgienne qui dirige une organisation non gouvernementale d’aide juridique pour femmes et enfants victimes de trafic.

Vichuta a fui son pays en 1975 lors de l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges. Son père, alors ministre de la Justice, a été assassiné par le régime de Pol Pot. Âgée de 14 ans, elle est accueillie par le Canada après 7 mois passés dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Ses études en droit à l’Université de Montréal terminées, elle pratique à Montréal avant de revenir dans son pays d’origine pour aider les femmes de son pays.

Son organisme, Legal Support for Children and Women (LSCW) a travaillé auprès de Cambodgiens partis à la conquête de l’eldorado dans la riche Thaïlande. Des gens qui ont quitté leur village dans l’espoir d’améliorer leur sort et celui de leur famille. Des gens qui ont reçu peu d’éducation d’un pays qui vient de sortir d’une guerre civile de 30 ans. Des habitants propices à grossir les rangs des trafiqués. « Comme la plupart n’ont pas les moyens de migrer par les voies légales, ceux qui migrent en Thaïlande doivent entrer illégalement, explique Mme Ly. Ils passent par des recruteurs et des contrebandiers qui, souvent, sont les trafiquants ».

Profiter des faiblesses

Les recruteurs prennent plusieurs formes: un membre de la famille ou un proche, une personne du village partie pour un meilleur avenir qui revient avec des signes de richesse, de belles femmes riches ou encore des personnes âgées. Envoyés par les trafiquants, ils vantent les conditions de vie et de travail du pays voisin, de la grande ville. Les villageois, à l’égard d’un avenir désolant, se laissent séduire. Ils sont transportés par des intermédiaires suggérés par leur recruteur.

« Les trafiquants utilisent la faible estime des femmes et des filles, leur pauvreté et leurs options limitées pour les emmener à travailler à l’extérieur du pays. On leur promet des emplois respectables, mais elles sont offertes aux bordels ou karaokés à la place, où elles doivent offrir des services sexuels. Des hôtels sont régulièrement garnis de nouvelles filles, plusieurs d’entre elles sont enlevées ou achetées à leur famille et trafiquées », raconte Chanthol Oung, directrice et fondatrice de Cambodian Women’s Crisis Centre (CWCC), un organisme d’aide aux femmes.

Illégaux, ces immigrants sont isolés. Ils ne parlent pas la langue, ne connaissent pas les lois et leurs droits, ne vont pas à l’hôpital, de peur d’être dénoncés à la police. Ils récoltent les emplois dont personne ne veulent. Sans documents, ils ont peur d’être arrêtés par la police, qui peut leur réclamer de l’argent, les jeter en prison et les déporter. Parfois, ce sont les 3 à la fois. Ils se déplacent hors de la maison pour aller travailler, et reviennent aussitôt. Ils n’ont pas de liberté de mouvement.

Stress, violence, alcool

Les emplois sont plus rares que prévu, les salaires plus bas, le coût de la vie plus cher. Ils ont peine à subvenir à leurs propres besoins. Plusieurs sont incapables d’envoyer de l’argent à la famille, raison de leur exil. Dans ces conditions de stress, la violence domestique augmente, les excès d’alcools et les batailles sont fréquents.

LSCW a rencontré des prostituées cambodgiennes dans un bar karaoké thaïlandais. Elles sont 3 à partager une petite chambre meublée d’un matelas et d’un ventilateur. Ces filles, en plus d’avoir à rembourser le propriétaire du bar le prix payé pour les acheter, et le transport, elles lui paient la nourriture, l’eau, la chambre et l’électricité. Elles travaillent 9 à 10 heures par jour, 7 jours sur 7, à recevoir des clients.

La vie après le bordel

Lorsqu’elles fuient ou sortent des bordels à la suite d’une descente policière, les femmes sont prises en charge par différentes organisations. Dans les refuges, les victimes ont un support psychologique. CWCC offre un suivi individuel pour construire et rebâtir leur estime. « Elles se sentent seules, veulent se suicider, constate Mme Oung, la directrice.

Une fois la semaine, c’est en groupe que se déroule la thérapie. La plupart du temps, on les laisse raconter leurs histoires. Ça dépend d’elles. On cherche des solutions. Parfois, on utilise des jeux, de l’art, du dessin par rapport à ce qu’elles ont vécu ou par rapport à leurs aspirations. On invite d’anciennes victimes qui parlent des problèmes qu’elles ont surmontés, de quelles façons elles les ont réglés. Alors, elles savent qu’il est possible de s’en sortir. » Mme Oung avoue cependant offrir un service limité de thérapie. « On a 2 intervenants pour 60 femmes et enfants dans notre centre de Phnom Penh. On ne peut pas prendre de l’expansion dans notre centre de Siem Reap, en raison d’un manque d’intervenants. C’est un problème criant, au Cambodge. »

Dans ces refuges, femmes et enfants reçoivent une formation leur permettant de travailler pour se réinsérer. « Ce qu’on propose, c’est une réintégration dans l’agriculture, le tissage, la coiffure, l’élevage, raconte Emmanuel Colineau, secrétaire général pour Agir pour les Femmes en Situation précaire (AFESIP), un organisme porté à bout de bras par Somaly Mam, une Cambodgienne victime de trafic. C’est possible de faire de l’argent hors de la prostitution, dans le lieu où elles veulent s’intégrer, continue-t-elle. On les suit 3 ans après leur sortie du Centre. On leur trouve un travail. Il y a des opportunités économiques. Le Cambodge est cependant pauvre. » AFESIP est également présent au Vietnam, au Laos et en Thaïlande. Au Vietnam, en raison de la scolarité plus élevée des habitants, les victimes ont un choix beaucoup plus varié d’emplois pour se réinsérer.

En Thaïlande, les organismes coopèrent. « On veut développer les choix, explique Jurgen Thomas, directeur d’AFESIP en Thaïlande. Par exemple, nous formons des coiffeuses, d’autres organismes s’occupent d’hôtellerie. Si on accueille une fille qui veut faire un tel métier, on la réfère à l’ONG qui offre cette formation. Quand la victime entre au Centre, on veut lui donner un stage tout de suite, pour que dès le début elle fasse de l’argent. Cela évite qu’en raison des besoins de la famille elle retourne dans la prostitution. »

Produit grâce à la contribution de l’Agence canadienne de développement international (ACDI)

Autres textes sur la Prostitution

Asie: Traite des femmes et prostitution internationale

Exploitation sexuelle en Asie

Cambodge: sexualité et prostitution

Asie: prostitution ou mariage?

Soutien aux prostituées asiatiques

Prostitution asiatique: racoleuse ou prostituée? 3 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 2 de 3

Prostitution asiatique: racoleuses ou prostituées? 1 de 3

Trafic d’êtres humains en Asie 1 de 2

Trafic d’êtres humains en Asie 2 de 2

Prostitution: le Cambodge se mobilise

Prostitution: un fléau international

Autres textes sur Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

autres textes sur sexualité

PUBLICITÉ

apres-la-pluie-le-beau-temps-recueil-de-textes-a-mediter-croissance-personnelle Après la pluie… Le beau temps. Recueil de textes à méditer. Chaque texte révèle un message, une émotion. Un même texte peut prendre un couleur différente selon notre état d’âme.

Le livre est disponible au coût de 9,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.

Le Cambodge se mobilise

Le Cambodge se mobilise
Dominic Desmarais
Dossier  Prostitution et Sexualité Juin 2007

C’est jour de célébration à Monteay Banteay, au Cambodge. Des centaines de personnes célèbrent le 10e anniversaire de l’organisme Cambodgian Women’s Crisis Centre (CWCC) et l’ouverture de son nouveau refuge pour femmes. Pour l’occasion, les 130 pensionnaires du centre, des femmes sorties de la prostitution ou aux prises avec la violence conjugale, ont préparé les repas, dressé le chapiteau et monté la tribune des invités de marque.

Oung Chanthol, présidente de l’organisme, est aux anges. Pendant une journée, elle écarte les histoires malheureuses de ses pensionnaires qui ont marqué les 10 années de CWCC. L’intimidation, les passages à tabac et les meurtres qui ont touché son personnel. Oung Chanthol sait bien que la violence faite aux femmes demeure toujours problématique.

L’égalité des sexes est encore un concept vague au Cambodge. Les prostituées y sont toujours mal vues. Les possibilités de réinsertion sont minces. L’économie du pays est toujours chancelante après 30 ans de conflits. Les femmes ont un accès limité à l’éducation. Elles trouvent difficilement du travail. La police est sous-payée, elle est mal formée pour contrer le trafic et peine à mettre les trafiquants en prison. Sans oublier que la corruption est au cœur du système de justice.

Aujourd’hui, Oung Chanthol se réjouit pour elle, ses employés, le CWCC et, surtout, pour son combat en faveur des droits des femmes. La présence de hauts dignitaires venus dénoncer la traite et la violence qui accablent plusieurs Cambodgiennes est à ses yeux une grande victoire. Des centaines de personnes se sont déplacées pour assister aux cérémonies: signe évident que la question préoccupe la population. La coopération s’améliore entre le gouvernement, les organismes internationaux et les ONG locales. Les gens s’impliquent. Ils sont de plus en plus attentifs aux discours sur les droits de la femme.

Des ONG indispensables

Les pressions internationales, dont celles du Canada, et le lobbying des ONG locales expliquent la mobilisation de plus en plus grande des pays de l’Asie du Sud-Est contre le trafic des personnes. Il y a quelques années, la présence de jeunes filles offertes sur Internet par de grands bordels a alerté des organisations internationales. Sous leurs pressions, le gouvernement cambodgien a fermé les portes de ces établissements. Des ONG recueillent des informations sur les lieux de prostitution qu’elles refilent ensuite à la police anti-trafic. Difficile, pour les forces de l’ordre, d’ignorer ces demandes. Les organismes ont derrière eux le poids de leurs donateurs occidentaux.

C’est le cas de l’organisation Agir pour les femmes en situation précaire (AFESIP). Porté par sa présidente, Somaly Mam, elle-même vendue à deux occasions par son grand-père à des bordels, l’AFESIP est incontournable dans la région. Avec des bureaux au Viêt Nam, au Laos, en Thaïlande et au Cambodge, l’organisme peut suivre les lieux du trafic mieux que les polices nationales.

Débarqué au Cambodge il y a un an, Emmanuel Colineau voulait participer à la lutte contre la traite. Grâce à son diplôme de droit, il est aujourd’hui secrétaire général de l’organisme. Le jeune Français explique que l’AFESIP découvre les victimes de trafic grâce à une équipe d’enquêteurs qui se rend sur les lieux de prostitution. Ils recueillent des informations qu’ils refilent au département juridique de l’organisme.

«Quand on est prêt, on donne les renseignements à la police, qui effectue le sauvetage des femmes trafiquées.» La police anti-trafic, avec qui l’organisme a noué de bons liens, arrête toutes les personnes présentes sur les lieux repérés par les enquêteurs. Cette coopération permet à l’AFESIP de limiter les dégâts. «On observe chaque descente pour nous assu-rer du respect des personnes arrêtées, continue Emmanuel. Des entrevues sont ensuite menées pour distinguer les victimes des intermédiaires et des propriétaires des lieux de prostitution.»

Les raids menés par la police sont souvent traumatisants pour les prostituées. Elles sont acheminées vers des refuges d’ONG adaptés pour les accueillir. «Les victimes sont envoyées dans notre centre de courte durée pour 14 jours. Elles veulent juste sortir. Elles sont libres et retournent à la prostitution, consentantes. Mais, c’est parce qu’elles ne connaissent pas d’autres solutions, estime Emmanuel. On demande à chacune quel est son rêve, ce qu’elle voudrait faire? Ce sont des questions importantes. On veut les aider à le réaliser.»

En montant des dossiers contre les trafiquants, en découvrant les lieux de la prostitution et en assistant les victimes qui désirent porter plainte contre leurs exploiteurs, l’organisme pallie le manque de formation de la police et des procureurs.

La clé de cette réussite est l’approche coopérative. L’AFESIP veut changer, petit à petit, la mentalité des dirigeants du pays. «On maintient la pression, résume Emmanuel Colineau, mais on souligne aussi les bons coups du gouvernement. On ne croit pas à la confrontation.»

Des pressions contre le gouvernement

L’approche consensuelle ne fait cependant pas l’unanimité. Pour la Ligue cambodgienne des droits de l’Homme (LICADHO), le gouvernement ne fait rien. On préfère le talonner. «Le gouvernement fait beaucoup de déclarations. Ça ne coûte rien et ça fait plaisir à tout le monde. Mais, il y a peu d’actions. On a une loi contre le trafic qui n’a que 10 articles… On a un département anti-trafic, mais la femme à sa tête ne fait rien.»

Ces propos tranchés sortent de la bouche du Dr Kek Galabru, présidente de
LICADHO. Contrairement à AFESIP, elle n’apprécie guère la police anti-trafic. L’escouade n’a pas voulu effectuer de descentes dans des bordels désignés par son organisme. Cette dame à l’allure aristocratique travaille sans arrêt. Attablée un vendredi soir à son bureau, Kek Galabru corrige des documents avec un assistant, multiplie les appels et répond aux questions de Reflet de Société. Après, elle assiste à une réception. «C’est très difficile de faire bouger le gouvernement. On a tellement essayé, soupire-t-elle. Si le gouvernement canadien exerçait une pression plus forte, peut-être que ça pourrait améliorer la situation des femmes ici.»

Changer les moeurs

Dans la région, la fille aînée travaille traditionnellement au bordel pour subvenir aux besoins du reste de la famille. «Si elle accepte, est-ce du trafic? se demande le Dr Bruno Maltoni, consultant de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dans certaines provinces, la prostitution est la seule façon de s’en sortir. Il s’agit d’un problème socio-économique. En Occident, on croit que les filles ont été kidnappées. Mais, souvent, ce n’est pas le cas. Plusieurs jeunes femmes veulent faire ce travail. Pas besoin de les forcer.»

Conseiller pour Oxfam Québec au Cambodge, Normand Champoux met en place un nouveau programme contre le trafic à la grandeur de la région du sud-est de l’Asie. «Quand on parle de trafic humain, on a notre perception occidentale, dit-il, corroborant l’idée du Dr Maltoni. Aux yeux de plusieurs Cambodgiens, si la famille ne vend pas sa fille, toute la famille meure. Je n’ai pas de solution au problème… Surtout que la famille ne le voit pas comme du trafic. Leur fille travaille pour leur bien.» La luttes aux réseaux de prostitution demeure essentielle, mais l’amélioration du niveau de vie et l’évolution des mentalités le sont tout autant.

Produit grâce à la contribution de l’Agence canadienne de développement international (ACDI)

 Autres textes sur Prostitution et Sexualité.

Avons-nous l’argent nécessaire pour légaliser la prostitution?

Doit-on légaliser la prostitution?

Les effets pervers de la légalisation de la prostitution.

Les clients de la prostitution.

Les filles dans les gangs de rue et la prostitution.

Prostitution de luxe d’une escorte.

Pour ou contre la légalisation de la prostitution?

Jean-François Lisée de L’actualité et la légalisation de la prostitution.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous  par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

autres textes sur sexualité

PUBLICITÉ

poesie-urbaine-jean-simon-brisebois-art-de-la-rue Poésie urbaine. Renaissance. Depuis 1997, Jean-Simon Brisebois s’est découvert une passion pour écriture. Il s’implique activement dans divers projets communautaires dans Hochelega-Maisonneuve.
Renaissance est un recueil de pensées et de poèmes parlant autant de son amour de la vie que d’espoir. 4,95$

Disponible par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html
Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Lettrage, bannière et T-Shirt promotionnel.