Affaires: Faire du mieux que l’on peut et … foncez

L’entrepreneur

Réussir en affaire

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire. 

Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire

On fait du mieux que l’on peut avec ce que l’on a. On accepte les résultats et on accepte les nouvelles opportunités. Mieux vaut foncer avec des défauts que d’attendre d’être parfait et ne jamais rien faire.

Être en affaire c’est dynamique, ça bouge. Le temps joue pour ou contre nous. Si je suis propriétaire d’un immeuble qui me rapporte des revenus et qu’il est plein, le temps joue pour moi. Parce qu’à chaque mois, des locataires payent mon hypothèque et mes dépenses et qu’après 15 ans ce bloc ne m’aura rien coûté, il vaudra 4 fois plus qu’au début et toutes ses hypothèques seront payés. Le temps joue en ma faveur.

Mais si j’ai un commerce qui perd de l’argent à chaque mois. Si j’ai des dépenses que je ne peux couvrir à chaque semaine. Si j’ai des dépenses de loyer à payer et non pas des revenus de location, le temps joue contre moi. À chaque mois, je creuse un peu plus ma tombe. Il faut en être conscient et avoir un plan d’action pour survivre dans un tel scénario.

Si je vends pour un million, c’est peut-être intéressant. Mais si j’ai mis 10 ans pour le vendre, je ne vends que 100 000$ par année. Si je l’ai vendu sur une période d’une année, c’est déjà beaucoup mieux. La notion permet de changer une victoire en échec. Ce n’est pas juste le résultat qui est important. C’est en combien de temps je l’ai attends qui l’est.

Mieux vaut vendre 200 000$ par année que de vendre un million sur 10 ans! Le temps c’est de l’argent.

VOS COMMENTAIRES SUR Être en affaire no 5: faire du mieux que l’on a et… foncez!

Chronique Réussir en affaire

Autres textes sur les affaires

Publicité D’un couvert à l’autre: être un entrepreneur communautaire

D'un couvert à l'autre livre bistro le ste-cath journal de la rue Café GraffitiLe livre retrace les 25 ans d’histoire de l’organisme Journal de la Rue, les principaux évènements que l’organisme a traversé et parle avec émotions et réalisme de la réalité de l’intervention auprès des jeunes.

Une section est dédiée au dernier projet de l’organisme, le bistro Ste-Cath, l’histoire quotidienne de ce lieu mais également la relation entre les artistes et le public, notamment Elizabeth Blouin-Brathwaite, Pascal Dufour, Sule Heitner, B.U, Davy Boisvert,…

Une co-publication entre Delphine Caubet et Raymond Viger. Photographies Georges Dutil. Une couverture de l’artiste Geneviève Lebel. Le livre est disponible en édition de luxe (30 pages en couleur) à 24,95$ ou en noir et blanc à 19,95$ (plus 4,95$ taxe et livraison). Aux Éditions TNT. (514) 256-9000.

Autres livres pouvant vous intéresser:

VOS COMMENTAIRES SUR Être en affaire no 5: faire du mieux que l’on a et… foncez!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :